Plus on recule, mieux on saute. Et si Jérôme Cahuzac a sauté du gouvernement sans aucun soutien, c'est certainement parce qu'il a nié de manière un peu trop véhémente les suspicions qui gravitaient autour de l'existence de son compte à l'étranger. Être une personnalité et retarder l'échéance des aveux, c'est la garantie de mettre la lumière sur soi au moment de lâcher le morceau, ce qu'on fait ces quelques personnes au cours des dernières années. Petite sélection de ces aveux poignants :

  1. Lance Armstrong
    10 belles années de mensonges, malgré les révélations de l'Equipe, malgré les accusations de Floyd Landis, malgré les performances de plus en plus suspectes... 10 ans de mensonges renforcé par un règne de la terreur presque mafieux au sein du peloton, ça appelait autre chose qu'une courte lettre sur un blog perso, là, c'est minimum le plateau d'Oprah.

    Les mensonges :

    Les aveux :

  2. Bill Clinton
    On le sait, aux États-Unis, rien n'est plus grave que le mensonge. Et face à une affaire de mœurs, la question de la distinction "vie publique / vie privée" ne se pose plus : si le Président ment à la Justice concernant ses rapports avec les stagiaires de la Maison Blanche, il s'expose à une procédure "d'impeachment". Du coup, Bill doit tout raconter, les cigares, les tâches sur la robe et tout le reste.

    Les mensonges :

    Les aveux :
    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=7r4e5Wg4PDI

  3. John Edwards
    La carrière politique de John Edwards, sénateur et candidat à l'investiture démocrate pour l'élection américaine de 2008, aura été jonchée de drames : il s'engage en politique à la suite du décès de son fils et perd tout crédit lorsqu'on apprend ses frasques extra-conjugaux alors que son épouse légitime lutte contre un cancer du sein qui aura raison d'elle. Il niera toutes ces accusations, puis admettras que "tout n'est pas infondé", mais qu'il n'est pas le père de l'enfant et qu'en fait, si, maintenant, ça lui revient, c'est bien son gamin. Sale histoire.

  4. Jérôme Cahuzac
    L'affaire est toute fraiche, et il va désormais falloir comprendre comment l'ancien Ministre du Budget a pu s'enferrer dans un "spirale de mensonges". On ne lui a posé qu'une question : avez-vous un compte à l'étranger ? "Non" a-t-il dit, "Non" a-t-il répété, "Bon en fait peut-être... Bon, ok, admettons" a-t-il conclu. Ce n'est pas une "spirale de mensonges", c'est juste un gros mensonge débusqué par des journalistes.

    Les mensonges :

    Les aveux :
    declaration-cahuzac

  5. Juan Carlos Ier d'Espagne
    Officiellement, le régent espagnol était en "voyage privé". Ce qui était vrai. mais Juan Carlos s'étant cassé la hanche et ayant dû être rapatrié d'urgence, on a appris que le bougre était parti déglinguer de l'éléphant au Botswana sur l'invitation d'un ami saoudien. En pleine crise économique, le safari de ce président d'honneur de la WWF passe mal, et le roi se fend de plates excuses.

  6. Tiger Woods
    Les rumeurs vont bon train sur la vie mouvementée du golfeur, bien souvent aperçu dans des night-clubs peu recommandable au bras de jeunes filles bruyantes. Mais les sources étant des habitués des lieux, difficile de leur donner du crédit. Mais quand Rachel Uchitel, directrice d'un lieu de perdition de ce genre, prend l'avion pour Melbourne quand Tiger y dispute un tournoi, descend dans le même hôtel, le golfeur fait savoir par son avocat qu'il n'y a rien du tout. Manifestement, ça n'a pas convaincu son épouse et le champion passe aux aveux.

  7. François Mitterrand
    Le Président socialiste aura eu une conception assez particulière de la protection de la vie privée. S'il est prompt à mener des écoutes sur des personnalités publiques telles que Carole Bouquet ou Jean Edern-Hallier, il considère apparemment qu'un cancer détecté en 1981 ou l'entretien aux frais de l'état d'une fille cachée, ça ne regarde que lui. Mazarine sortira du bois dans les colonnes de Paris Match mais sa maladie sera bien évoquée par le Président, via un bulletin de santé un peu moins falsifié que les autres, quand il lui semblera impossible de la cacher plus longtemps.
  8. Bill Clinton (oui, encore, mais ce coup-ci c'est pas sa faute)
    Mais ce coup-ci, c'est pour excuser sa femme, Hillary s'étant un peu enflammée en racontant une sortie en Bosnie en 1996. Elle y évoque, hilare, la pluie de balles des snipers ennemi. C'est con, tout a été filmé. Hillary a un peu tendance à en rajouter, elle avait également raconté que sa fille Chelsea joggait près du World Trade Center pendant les attentats du 11 septembre alors qu'elle avait en fait tout suivi à la télé. Du coup, Bill s'y colle et explique que bon, elle était crevée, on n'est pas des bêtes non plus.

Vous en voyez d'autres ?

Crédits photo (creative commons) : Express Monorail

Hey, on vient de sortir notre premier jeu de société ! Commande-le dès maintenant.