Avant le rap, on savait déjà enchaîner les punchlines. Depuis la nuit des temps, des gens se clashent violento avec pas mal de classe. Mais autant il était assez facile de vanner René Coty, autant il fallait pas s’y frotter avec Churchill ou Néron. De l’art de savoir repérer les vicos.

1. "Mon opposant n'est qu'une boule de morve" - Kirkegaard

Une manière comme une autre d’expliquer que c’est çui qui dit qu’il y est ou de réinventer le parle à ma main.

2. "J'aime bien votre opéra. Je vais peut-être le mettre en musique" - Beethoven

Beethoven aurait dit ça à Ferdinando Paër après avoir vu Leonora, basé sur la même oeuvre que son Fidelio et un peu saoulé de voir qu’il se faisait piquer ses idées.

3. "Comment ai-je pu avoir peur d'un homme avec un si long nez ?" - Néron

Ce qui est sympa, c’est que Néron aurait prononcé cette phrase devant la dépouille d’un mec qu’il venait de tuer parce qu’il l’avait menacé. Néron, fallait pas déconner avec lui: il te butait, puis ensuite il t’humiliait post-mortem.

4. "Ronald Reagan ne se teint pas les cheveux - il est juste orange en permanence." - Gerald Ford

Le président en exercice en avait peut-être ras-le bol de se faire talonner par l’ancien acteur dans les primaires républicaines de 1976. En tous les cas, il avait trouvé comment faire mouche.

5. "Kerouac manque de discipline, d'intelligence, d'honnêteté et de sens de la narration. Son rythme est erratique, il n'a aucun sens des personnages, et il est aussi prétentieux qu'une pute riche, aussi sentimental qu'une sucette" - Norman Mailer

Pas très beau joueur, Mailer, attaqué sur sa façon d’écrire et moins populaire que Kerouac qu’il épinglait à l’envi.

6. "Je me demande de quoi vous mourrez en premier, de la syphilis ou sur la potence." "Ca dépend si j'embrasse votre femme ou vos idées." - Samuel Foote

Comédien du XVIII°, Samuel Foote était invité à une soirée où se trouvait le Comte de Sandwich. Celui-ci a essayé de lui envoyer une vanne pour l’humilier. La réponse est assez cinglante.

7. Churchill VS George Bernard Shaw

L’histoire est connue. Le dramaturge George Bernard Shaw aurait envoyé un télégramme à Churchill : « Ai réservé deux places pour la première de mon spectacle. Venez avec un ami, si vous en avez un. » Et Churchill de répondre « Impossible de venir à la première. Viendrai à la deuxième si vous en avez une. »

8. Truman Capote

Un soir, Capote picolait tranquillou avec ses potes, quand une fan s’est approchée pour lui demander un autographe. Capote s’est exécuté, mais un mec bourré a vu ça d’un mauvais oeil et s’est approché de l’écrivain en exhibant sa bite, disant « puisque vous faites des autographes, signez donc ça ! » Et Capote, imperturbable, répondit : « Pour un autographe, ça me paraît compliqué ; une initiale, peut-être ? »

9. Wellington

Lors d’un banquet, à Vienne, Wellington était attablé chez une dame de la haute en présence d’officiers français qui refusèrent de le saluer et se détournèrent de lui. Dès lors, la dame, en bonne hôte, se couvrit d’excuses. Wellington aurait répondu : « Ca n’a pas d’importance, madame, j’ai déjà vu leurs dos. », en référence à la fuite française lors de la bataille de Waterloo.

10. Churchill encore

Nancy Astor, la première femme jamais élue à la chambre des représentants, n’aimait pas beaucoup Churchill. Un jour, elle lui dit : « Si j’étais votre femme, je mettrais du poison dans votre thé. » Churchill, souriant, lui répondit : « Si j’étais votre mari, je le boirais. » Ambiance.

Des punks.

Source : Cracked