La PMA est la « procréation médicalement assistée », on parle aussi de AMP pour « assistance médicale à la procréation ». En clair, c’est une manipulation des ovules ou des spermatozoïdes censée favoriser la fécondation pour un couple infertile. Il en existe différentes techniques : la fécondation in vitro, le transfert d’embryons congelés ou encore l’insémination intra-utérine. En France, on peut avoir recourt à ces techniques, en revanche on ne peut pas congeler ses ovocytes pour soi (sauf dans certains cas, si par exemple on est déjà donneuse, ou si on a un cancer). L’opération est prise en charge par la sécurité sociale à condition que la femme ait moins de 43 ans et qu’elle soit hétéro. Elle est interdite pour les femmes lesbiennes ou célibataires et c’est bien malheureux. Chaque année, 10 000 couples se payent ainsi une PMA à l’étranger quand on leur en refuse l’accès en France. Certes Manu chéri a promis d’ouvrir la PMA à toutes les femmes quelque soit leur sexualité mais bizarrement, on en entend plus trop parler.

Voici donc une sélection des pays d’Europe les plus open sur la question, pour ces ignobles personnes qui auraient le mauvais goût d’être lesbienne ou célibataire, BEURK.

1. Le Royaume-Uni

Va donc taper la bise à la queen, entre deux PMA, tu pourras aussi bénéficier d’une auto-conservation des ovocytes. Car en France tu ne peux conserver tes œufs que si tu souffres d’une maladie comme l’endométriose ou que tu es déjà donneuse d’ovocytes (si tu en donnes aux autres en même temps c’est un peu logique que tu en profites). Le Royaume-Uni est un des rares pays d’Europe à permettre cette pratique ainsi que la GPA (Gestation pour autrui) en revanche la GPA ne peut être faite contre rémunération.

Source photo : Giphy

2. Les Pays-Bas

On adorait déjà les Pays-Bas d’un amour fou, alors c’est juste une raison de plus de surkiffer les Hollandais. Faut dire qu’ils poussent même le bouchon un peu loin, non seulement la PMA est ouverte à toutes (quoique l’accès en est limité aux femmes de moins de 40 ans), la GPA également, mais en plus on peut bénéficier d’une PMA post mortem. Tu peux donc être fécondée par le sperme de ton mec mort. Un poil blackmirroresque.

3. L'Espagne

Le pays a beau être très catholique il est souple sur l’accès à la PMA, et donne également accès à l’auto-conservation des ovocytes (la clinique Eugin de Barcelone créée en 1999 est même un des premiers centres de procréation assistée en Europe) et à la PMA post-mortem.

4. La Belgique

Avec une restriction aux femmes de moins de 45 ans et un remboursement possible seulement jusqu’à 41 ans (sauf les femmes qui ont déjà fait un don d’ovocytes auquel cas le remboursement d’une fécondation in vitro peut aller jusqu’à 45 ans), la Belgique reste tout de même un des pays les plus open sur la PMA (y compris la PMA post-mortem), la GPA et l’auto-conservation des ovocytes. Fais péter tes œufs, une fois.

Source photo : Giphy

5. Le Danemark

Sont parfaits ces Danois. Pour le coup si la PMA y est autorisée, la PMA post-mortem reste interdite (et cela surprend moins quand on voit le nombre de questions éthiques que peut poser le fait d’avoir un enfant d’une personne morte). Toutefois, tout comme la Belgique, le Danemark interdit l’accès à la PMA aux femmes de plus de 45 ans.

6. La Suède

Idem au Danemark, la Suède donne accès à la PMA mais pas la PMA post-mortem. En revanche le pays est très beau donc même si tu n’as pas besoin de PMA, on ne peut que te conseiller d’y traîner. Ils ont ABBA et Zlatan quand même les gars.

7. La Finlande

Partons chères camarades célibataires et lesbiennes en mal de fécondité en terres finnoises. La Finlande interdit certes la PMA post-mortem mais donne accès à la PMA aux femmes de moins de quarante ans, c’est un peu tôt à notre goût mais si vous êtes dans le bon timing profitez en pour visiter l’île de Suomenlinna en face de Helsinki.

8. Le Portugal

Si la PMA post-mortem est out de la question, on peut toutefois profiter d’une PMA digne de ce nom en bouffant des pasteis de nata. Notons par ailleurs que le pays a également légalisé la GPA pour certaines femmes souffrant de dysfonctionnement de leur utérus les empêchant de porter leur propre enfant.

Source photo : Giphy

Notons par ailleurs que même si la PMA n’y est pas autorisée, il est aussi possible de congeler ses ovocytes en Italie, en République Tchèque et en Suisse. Il suffit donc juste de geler tes œufs en attendant qu’un jour la PMA soit enfin autorisée en France, ESPOIR.

Sources :

Causette n°85 : janvier 2018

Le Monde

La Croix

L’Express