Nianianianianiania la France trop généreuse avec les assistés nianianianianiania. Bah oui, on est généreux et ça ne marche pas si mal. Alors que Macron est en train de retirer sa promesse d’indemniser les démissionnaires de ses fesses avant de la jeter dehors puis de lui rouler dessus avec un 18 tonnes, il semblait bon de faire un tour d’horizon des politiques d’indemnisation chômage en Europe. On n’est pas les mieux lotis, mais on n’est clairement pas les pires.

1. Les Pays-Bas : 38 mois avec une indemnité plafonnée à 4255 euros par mois

Et un taux de chômage de 4,4%. Bref c’est louche : les mecs ont la possibilité d’être au chômage super longtemps en touchant pas mal de thunes, et ils n’en profitent pas vraiment. De là à penser qu’en réalité les gens, de manière générale, préfèrent bosser plutôt que de profiter des allocs, hein, y’a qu’un pas, mais ne le franchissons pas trop vite.

2. La France : 24 mois avec une indemnité maximale de 6200 euros

Et voilà, c’est la gabegie, que même les riches ils peuvent toucher vachement quand ils sont au chômage ! Et bah bravo ! Heureusement, les riches, ils sont pas au chômage, ce sont les pauvres qui plombent le système pour qu’on soit à 9,2% de chômeurs et qu’en plus maintenant ils peuvent même le toucher en démissionnant, enfin à condition de réunir 752 pièces justificatives et d’être du groupe sanguin AB+, mais quand même, c’est la gabegie, c’est la chientit, c’est la HONTE.

3. Le Danemark : 24 mois avec un plafonnement à 2406 euros

C’est tellement la honte d’ailleurs, que le Danemark a exactement la même politique d’indemnisation avec un plafonnement inférieur, toutefois. Et ça ne manque pas : avec 5,6% de chômeurs, hein, ils font pas belle figure les Danois. C’est pas comme en République tchèque où le chômage est de 2%. Bref, mieux vaut avoir des travailleurs pauvres que des chômeurs.

Source photo : Giphy

4. L'Espagne : 24 mois avec un plafonnement à 1087 euros sans enfant à charge

Le plafond peut aller jusqu’à 1700 quand on est vieux et qu’on a des gosses. Bref, un petit SMIC max et 16% de chômage, comme quoi les gens ne choisissent sans doute pas d’être au chômage parce qu’avec un SMIC, on ne va pas bien loin.

5. Le Portugal : 18 mois avec un plafond à 1048 euros

Et 7,8% de chômage. Mais est-ce que, quand on est champion d’Europe, on a besoin d’avoir des Assedic qui tuent la mère ? Pas sûr.

6. L'Autriche : 12 mois jusqu'à 80% du salaire

C’est pas si mal, quand on y pense, 80% du salaire. Mais est-ce que ça suffirait pour justifier son déménagement en Autriche ? Pas sûr. En plus, avec 5,3% de chômeurs, le pays se situe dans le ventre mou et c’est sans doute parce qu’on y boit trop de bière, en Autriche.

Source photo : Giphy

7. L'Allemagne : 12 mois (extensible après 50 ans) avec un plafonnement à 2317 euros

Alors on peut toucher des indemnités sympas, mais elles sont très vites dégressives. Merkel idée, aussi, de vouloir être au chômage plus de 12 mois ? 3,6% de chômage à la cool. Avec un revenu minimal bien bas. Travailler plus pour gagner rien.

8. La Suède : 10 mois avec un plafonnement à 2105 euros

6,5% de chômage en Suède. En même temps, que se passe-t-il une fois que t’as passé les 10 mois d’indemnisation ? Est-ce que tu es encore enregistré comme chômeur ? Pas sûr. Le pays le plus heureux du monde, tout ça tout ça. A d’autres. S’il fallait bosser pour être heureux, ça se saurait.

9. L'Italie : 10 mois (16 pour les plus de 50 ans) avec un plafonnement à 1167 euros

Et quand même 11% de chômage. Bref, les Italiens sont les crevards de l’Europe. J’espère qu’ils avaient pas prévu de dédommager les chômeurs en leur offrant des abonnements pour regarder la Coupe du monde, sans quoi ça va être la révolution.

10. L'Irlande : 9 mois sans plafonnement

Ok 9 mois c’est pas terrible, mais le côté non plafonné est sympa, quand même. Bref, j’ai rien à dire sur l’Irlande, moi. 6,2% de chômage. Vous aimez ce chiffre ? Moi je m’en fous un peu.

Source photo : Giphy

11. La Grande-Bretagne : 6 mois avec un plafonnement à 318 euros

CREVARDOS 2000. CREVARDOS 2000. Tu m’étonnes que les gens bossent. Y’a quand même 4,2% des gens qui sont concernés par ce qu’ils osent appeler un droit social.

Les chômeurs, ils croient que tout leur est (chôm)dû.

Sources : Le Monde, UNEDIC, Le Figaro, Eurostat