Les pays sont comme nous, il leur arrive de vouloir changer de nom, notamment après une rupture avec une ancienne conquête devenue un peu trop envahissante. Une façon d’oublier le passé et surtout d’affirmer son indépendance avant de repartir vers de nouvelles aventures.

1. La République démocratique du Congo (anciennement Zaïre)

Généralement quand un pays tient absolument à faire référence à la démocratie dans son nom, c’est rarement bon signe. Dans l’ex Zaïre par exemple, cela fait 17 ans que Joseph Kabila, fils de Laurent Désiré Kabila lui-même Président du pays pendant un bail (1997-2001), règne « démocratiquement ». C’est d’ailleurs son paternel qui remplaça en 1997 l’ancien nom Zaïre, hérité d’un autre célèbre dictateur local, Joseph Désiré Mobutu, par le terme aujourd’hui galvaudé de République démocratique du Congo.

2. Le Bangladesh (anciennement Pakistan oriental)

En 1947, lorsque les Britanniques décident de plier bagages, ils tentent de mettre d’accord les locataires restants en traçant un plan censé répartir équitablement leur ancienne colonie, et en tenant compte des particularités notamment religieuses de chacun. En réalité, cette scission provoque un immense bordel entre l’Inde d’un côté, le Pakistan de l’autre, et le Bangladesh au milieu. D’abord simple province du Pakistan, le territoire connu alors que le Bengale oriental, devient de 1955 à 1971, le Pakistan oriental, avant de gagner son indépendance lors de la 3ème guerre indi-pakistanaise en 1971, en même temps que son nom définitif de Bangladesh, qui veut dire « pays du Bengale ».

3. Le Zimbabwe (anciennement Rhodésie du sud)

Jusqu’en 1980, le pays de Mugabe s’appelait la Rhodésie du sud, lointain souvenir du magnat colonialiste britannique Cecil Rhodes qui fit fortune dans la région dans la seconde partie du XIXème siècle. Une fois son indépendance acquise aux dépens des Anglais, le pays commence par se faire appeler dès 1965 le Zimbabwe-Rhodésie, avant de couper définitivement le cordon ombilical ne conservant que le nom de Zimbabwe. Celui-ci viendrait de « dzimba dza mabwe » qui désignait en langue shona « la maison de pierre » ou « la cour du roi ».

4. Le Sri Lanka (anciennement Ceylan)

Ancienne colonie d’abord portugaise, puis hollandaise et enfin anglaise, le Sri Lanka était connu jusqu’en 1972 sous le nom de Ceylan, nom qui signifie en cingalais « pays resplendissant ». Et si aujourd’hui le Sri Lanka se montre enfin à la hauteur de la promesse, il fut longtemps ravagé par un conflit entre la majorité bouddhiste cingalaise (78 % de la population) et les Tamouls. Une guerre civile qui fit environ 100 000 morts en 45 ans. Quant au nom de Ceylan, on le retrouve encore aujourd’hui sur certains produits, comme le thé.

5. Le Burkina Faso (anciennement Haute Volta)

Connu jusqu’en 1984 comme la Haute Volta, le Burkina Faso doit son nouveau nom au Président Thomas Sankara qui utilisa les deux langues officielles du pays pour lui offrir sa nouvelle identité. Burkina en langage moré signifie «gens honnêtes», alors que Faso désigne en dioula, la notion de patrie. Si on se résume, Burkina Faso veut donc dire « patrie des gens honnêtes ».

6. Le Myanmar (anciennement Birmanie)

En 1989, la junte militaire, dirigée par le général Ne Win, renverse le pouvoir communiste en place depuis 1962 et en profite pour changer le nom du pays “Birmanie” (ou Burma en anglais) en “Myanmar”. Bizarrement, en France, on tarde à suivre et encore aujourd’hui, beaucoup continuent de rêver d’un séjour en Birmanie.

Sunrise over Bagan this morning ?? #sunrise #bagan #myanmar #inlove

A post shared by Claire Greville (@claire_grevs) on

7. Le Bénin (anciennement Dahomey)

Après son indépendance accordée en 1960 par le Général De Gaulle, le pays connaît de graves tensions ethniques, auxquelles succèdent plusieurs coups d’État militaires dont celui du Commandant Kérékou en 1972 qui instaure un régime marxiste-léniniste. Il en profitera quelques années plus tard, en 1975 pour remplacer le nom du pays de Dahomey par celui de Bénin, en référence au royaume du même nom qui régnait sur la région et une partie du Nigéria avant l’invasion britannique de la fin du XIXè.

8. Le Belize (anciennement Honduras britannique)

Comme son ancien nom l’indique, le Belize était autrefois une colonie britannique. Ce n’est d’ailleurs qu’en 1981, qu’elle acquiert son indépendance et en profite pour changer de nom définitivement. L’ancien Honduras britannique est encore aujourd’hui le seul pays d’Amérique centrale où la langue officielle est l’anglais, et ce, même si l’espagnol reste la langue la plus utilisée. De la même façon, le pays est considéré comme un paradis fiscal, alors que la majorité des habitants ne roulent pas sur l’or….

9. L’Iran (anciennement La Perse)

Le Prince of Persia du jeu vidéo aurait très bien pu s’appeler le Prince d’Iran. D’ailleurs le mot Iran signifie étymologiquement le « royaume des Aryens », ce qui pourrait en exciter plus d’un qui ignoreraient que pour les Perses, le terme Aryens n’a rien à voir avec de grands blonds aux chaussures (militaires) noires, mais qualifie les choses « nobles ». Quant au changement officiel du nom du pays d’Iran, il date de 1935.

10. La Thaïlande (anciennement Siam)

Avant d’accueillir des flopées de touristes, la Thaïlande a subi de nombreuses invasions de peuples venus de toute l’Asie du Sud-est. Le territoire était connu sous le nom de Royaume de Siam dès le 14ème siècle et vit plusieurs dynasties se succéder sur le trône, avant que le Parti du Peuple (essentiellement composé de militaires) décide en 1932 d’y mettre un peu d’ordre lors d’un premier coup d’État (18 autres suivront jusqu’à aujourd’hui). Il en profita également pour renommer en 1939 le pays en Royaume de Thaïlande.

Vous aussi, si vous aviez le choix, vous aimeriez changer de nom ?

Source : worldatlas.Com