Vous voyez le patron à cigare qui nage dans une piscine de billets ? Vous voyez le patron faussement proche de ses salariés qui les exploite jusqu’au dernier centime ? Vous voyez le patron qui paie tout le monde au SMIC pendant qu’il passe ses vacances à Saint-Barth ?

Et bah, là, on ne parle pas d’eux.

1. Le patron de Volvo a refusé de prendre du blé pour la création de la ceinture de sécurité

Gunnar Engellau, président de Volvo à la fin des années 50, avait perdu un pote dans un accident de bagnole. Il s’est alors dévoué à régler le problème de la sécurité au volant. Il a pour ce faire embauché un ingénieur dont le boulot consistait à trouver des solutions pour rendre toutes les bagnoles, pas seulement les Volvo, plus sécurisées. Et l’ingénieur a inventé la ceinture de sécurité moderne.

Or, cette découverte, Volvo a décidé de la laisser en accès libre pour toutes les autres entreprises de bagnoles. En cinq ans, toutes les voitures furent équipées de la ceinture à trois points d’accroche. Et Volvo n’en tira pas une thune.

Source photo : Giphy

2. L'héritière du Bon Marché a tout refilé à ses employés

En 1800, Marguerite Boucicaut, veuve du fondateur du Bon Marché, se rend compte qu’elle n’a pas de descendance parce que son fils est mort. Elle constitue alors une société avec ses collaborateurs pour qu’ils en deviennent associés. Le capital est divisé entre les salariés. Elle lègue aussi 16 millions de francs à ses employés et donne quasiment tout le reste de sa fortune à l’Assistance publique.

3. Le patron de Victorinox a refusé de virer un seul employé après une crise majeure

A la suite du 11 septembre, les ventes de couteaux-suisses descendirent en flèche, notamment après leur interdiction de vente dans les aéroports. Cette interdiction soudaine créa un trou dans les finances de Victorinox, la boîte spécialisée dans la fabrication des couteaux-suisses, avec 40% de ventes en moins. Crise absolue.

Mais Victorinox ne se résolut pas à virer un seul employé. Le patron, Elsener, trouva une solution : il détacha ses employés vers d’autres entreprises locales le temps que Victorinox se remette de la crise via une diversification de ses activités. Et ça a marché : tous les entreprises retrouvèrent leurs boulots après quelques mois difficiles.

4. Coca-Cola a menacé Atlanta pour que les autorités locales honorent Martin Luther King

En 1964, Martin Luther King fut honoré du Prix Nobel. Le genre d’événement qui vaut bien un petit banquet d’honneur dans sa ville natale en temps normal. Sauf que la très blanche société d’Atlanta n’était pas chaude chaude pour fêter un de ses ressortissants noirs. Et ne comptait pas nécessairement se présenter au banquet… Jusqu’à ce que le patron de Coca, J. Paul Austin, menace Atlanta de ne plus livrer la ville si les autorités locales ne se présentaient pas au dîner. Comme le siège de Coca est situé à Atlanta, la menace était aussi celle de perdre pas mal d’emplois…

Tout le monde se présenta au dîner et Martin Luther King fut régulièrement honoré.

Source photo : Giphy

5. Un patron d'une entreprise de yaourts grecs protège les réfugiés et refile plein de thunes à ses employés

La boîte ede yaourts Chobani, fondée par Hamdi Ulukaya, vaut aujourd’hui quelque chose comme deux milliards de dollars, après 12 ans d’existence. Or, Ulakaya est un mec bien : il a donné la moitié de sa fortune à des associations, partagé une bonne partie des actions et de la thune de son entreprise avec ses salariés, mais surtout il s’investit pour aider les réfugiés à commencer une nouvelle vie sur le sol américain. Il embauche ainsi de nombreux réfugiés dans ses usines (jusqu’à 30% sur certains sites). Et ce qui devait arriver arriva : comme Ulakaya est d’origine turc, on l’a accusé de vouloir plus ou moins faire des Etats-Unis une république islamique, menaces de mort et tout le toutim.

 

6. Dan Price a baissé son salaire de 90% pour augmenter ses employés

Fondateur de la startu-up Gravity Payments, Dan Price a décidé un beau jour de baisser son salaire de 90% pour assurer à ses 120 employés un salaire minimal annuel de 70.000 dollars par an. Cette somme correspond aux seuils généralement décrits comme permettant d’atteindre le bonheur dans sa vie.

Plus réglo, tu meurs.

Source photo : Giphy

7. Mark Zuckerberg a offert 99% de ses actions aux employés de Facebook

Un matin, Zuckerberg s’est levé, et il a décidé de prendre 99% de ses actions pour les donner aux employés de Facebook. 99% de ses actions, ça représente quand même 45 milliards de dollars. Oui, c’est beaucoup.

8. Le patron de Linkedin a reversé l'intégralité de son bonus annuel à ses salariés

Jeff Weiner, le patron de Linkedin, a décidé en 2015 de donner ses 14 millions de dollars de bonus annuel à ses 9.200 employés, ce qui leur a permis de toucher environ 1500 dollars de prime chacun. Sympa.

9. Le patron d'un groupe d'assurance britannique a fait don de 9 millions d'euros à ses salariés

Il y’a des mecs encore plus fous. Comme Henry Engelhardt, patronn d’un groupe d’assurance automobile, qui a carrément donné 9 millions d’euros à ses salariés. L’argent ne venait pas de l’entreprise mais de son fric perso. Tous les salariés ont touché 1200 euros ainsi que pour 5000 euros d’actions dans la boîte.

Pourquoi mes patrons ne sont-ils pas aussi riches ?

Source photo : Giphy

10. L'ancien patron d'une usine italienne lègue 1,5 millions d'euros à ses salariés

Ancien patron d’une usine de 250 salariés, Piero Macchi, retraité, a eu la triste idée de mourir à 87 ans. Par contre, le truc moins triste, c’est qu’il avait ajouté une clause à son testament pour que ses anciens salariés touchent 1,5 million d’euros. Les plus anciens salariés ont ainsi touché 10.000 euros et certaines familles en difficulté plus de fric encore. La mort vous va si bien.

Patron incognito, c’est pour les petits joueurs.

Sources : Cracked, Le Parisien,