L’écologie ça vient petit à petit. La bonne nouvelle c’est que plus on commence à se pencher sur cette houleuse question, plus on change notre comportement et on gagne toujours du terrain à notre rythme sur les petits gestes puis les moyens gestes jusqu’à devenir écolo radical (c’est quand tu te nourris exclusivement de radis et de chou kale). En attendant, personne n’est parfait et il arrive que malgré toute la bonne volonté du monde des paradoxes persistent. Et parfois c’est un peu ridicule.

1. Manger des plats végans... mais se les faire livrer

Saint-sujet de débat au quotidien au sein de toutes les entreprises. C’est bien joli de manger des bonnes choses ultra en accord avec nos valeurs humanistes mais si pour cela il faut faire appel à un livreur à vélo sous-payé qui a survécu à 17 accidents sur le chemin, c’est pas forcément top.

2. Ne pas manger de viande... mais nourrir son chien avec des croquettes de bœuf

Autre alternative : ne pas manger de viande… mais se gaver d’avocat, de soja et de tout un tas d’aliments qui viennent de l’autre bout de la planète et dont la consommation n’est en rien meilleure pour l’environnement.

3. Ne pas prendre l'avion... mais prendre un Uber pour n'importe quel déplacement

Même si tu ranges ton vélo dans son coffre, ça ne marche pas.

4. Ne plus prendre de bain... mais boire de l'eau dans des bouteilles en plastique

Les bouteilles en plastique, on n’aiiiiiiime pas çaaaaaaaaaa.

5. Se nourrir de produits sains, bio, de saison et issus de circuits courts... mais fumer des pétards et prendre des drogues diverses à chaque soirée

Eh attendez c’est déjà pas mal de se prendre en main sur un pan de sa vie, on peut pas non plus tout faire d’un coup, laissez-nous deux minutes.

6. Boire du vin nature... mais en boire beaucoup trop et le dégueuler bourré dans les toilettes

Le vin nature c’est sympa. Le problème avec le vin nature c’est qu’on en boit beaucoup trop parce qu’on pense que c’est bon pour la santé. Enfin je sais pas vous, mais moi c’est comme ça que je vois les choses. Et ça peut mener à certains excès.

7. Acheter des produits Made in France... mais sur Amazon

Oui bah quoi, c’est vrai que c’est plus pratique.

8. S'insurger sur les incendies en Australie... en partageant des vidéos sur les réseaux

Eh oui parce que les vidéos qu’on partage avec toute la bonne conscience du monde représentent pourtant un coût énergétique. Globalement dès que vous regardez une vidéo en streaming, ça a un impact carbone.

9. Parler du réchauffement climatique... à une terrasse chauffée

Chauffée… parce que tu fumes mais que quand même t’as pas envie de te cailler les miches quand tu bois ton verre de pinard dehors. Mais ça c’est désormais fini dans la ville de Rennes, et sincèrement on aimerait bien que ce soit interdit partout (et pourtant je fume, et pourtant j’aime bien les terrasses, mais bon à un moment faut pas abuser des bonnes choses).

10. Choisir un fournisseur d'électricité verte... mais foutre le chauffage avec les fenêtres ouvertes

Ou laisser allumés tous ses appareils en veille. Le côté positif c’est que les fournisseurs d’électricité « verte » comme Enercoop coûtent en moyenne 20 % plus cher que les fournisseurs traditionnels, donc si tu ne veux pas trop douiller sur ta facture, tu peux commencer à faire quelques restrictions d’usage. De toute façon, on se tape désormais des hivers à 20°C donc plus besoin de mettre le chauffage. YOUHOU.

Et si vous voulez en savoir plus, vous pouvez lire nos tops sur le dérèglement climatique ou la théorie de l’effondrement et éventuellement suivre nos conseils de gestes écolo pour déprimer un peu moins.