mirror
Crédits photo (creative commons) : bubbo.etsy.com

On trouve tout sur Internet, même Internet lui-même. Il suffit de se lancer, sans craindre l'absurdité de sa démarche, et commencer à interroger l'outil sur sa propre nature et sur ce qu'il a à dire. C'est aussi con que visiter des autoroutes, demander à Siri si son boulot lui plait ou lire un journal qui ne parlerait que de lui-même, mais c'est possible. Et un jour, d'autres civilisations extraterrestres constateront que notre espèce a, un jour, inventé un moyen de communication pour parler avec lui. Et ça, c'est fort.

  1. Taper Google dans Google
    Normalement, c'est proscrit : cela reviendrait à diviser Internet par zéro, et bousillerait tout le réseau mondial. Mais si vous le faites quand même (parce que vous êtes des dingues), Google vous propose d'abord la page sur laquelle vous êtes puis différents services pour faire de vous un "googlefan", Google Earth, Google Maps, avant que la première actu ne soit signalée, en général un abus de position dominante. Un peu comme si on marquait au fond des pots de Nutella que ça fait grossir.
  2. La page Wikipedia de Wikipedia
    La seule page qu'on ne peut pas modifier. Mais vous pouvez quand même dire que fermer cette page à l'édition, c'est un peu totalitaire. Pour cela, le Wiki en anglais vous envoie sur la page "Critique de Wikipedia" et précise que la question de savoir s'il était légitime que Wikipedia dispose d'une page wikipedia a déjà été débattue, et que la réponse était "oui". Point final.
    wikinception
  3. Le compte Twitter de Twitter
    Plus de 17 millions de followers et une poignée d'élus qui ont le privilège d'être suivis sur Twitter par Twitter.
    twittinception
  4. Taper "Internet" dans la barre d'adresse
    Si vous le faites sur Chrome, vous tomberez sur la page de résultats de Google à la requête "Internet", pareil pour Explorer qui vous envoie sur Bing. Dans Firefox, on vous expédie sur la page Internet de Wikipedia, parce que manifestement, vous avez besoin de réviser les fondamentaux.
  5. Chercher Youtube sur Youtube
    Et on vous propose Gangnam Style, la vidéo la plus vue de la plateforme s'est identifiée au site. Tu veux du Youtube ? Voila du PSY. Avec ce genre de méthode, pas étonnant qu'on atteigne le milliard de vues.
    youtuception
  6. Suivre Google+ sur Google+
    2 millions de fans (des "googlos"?), la honte... En même temps, s'incrire sur Google+, c'est déjà une démarche alternative, mais le faire pour suivre les arguments de Google pour vous convaincre que c'était vraiment une super idée, c'est carrément pathologique. En tout cas, si vous pensez qu'il n'y a personne sur ce réseau, ce compte fera tout pour vous démontrer que vous vous trompez.
    googleplusception
  7. Rechercher les archives de Archive.org sur Archive.org
    Depuis 1997, l'Internet Archive fait régulièrement des "captures" des sites et se prend également "en photo", pour s'auto-archiver. Ça permet de se rendre compte qu'à l'époque, les archives, ce n'était pas bien plus fun que maintenant.
    archiveception
  8. Regarder les photos d'Instagram sur Instagram
    21 millions de gens veulent savoir ce que l'application de partage d'image partage comme images. Un chiffre à mettre en perspective avec les 2 millions de followers de Google+. @instagram poste un genre de "choix de la rédac" tout à fait défendable qui permet d'avoir un aperçu biaisé de ce qui se publie sur ce réseau. C'est un peu comme acheter un journal et avoir une page "nos meilleurs articles". Ah bon ? mais du coup, je lis les autres quand même ou quoi ?
    instagramception
  9. Regarder les vidéos de Dailymotion sur Dailymotion
    On a un champion : "Créé en l'an de grâce 2005, Dailymotion est un site de partage de vidéos... d'ailleurs vous êtes en train de naviguer dessus." Et Dailymotion filme son propre bonheur :

  10. Chercher "Topito" sur Topito
    Que se passe-t-il ? Il n'y a qu'un seul moyen de le savoir (mais ce serait peut-être une connerie).

Ca fout les jetons hein ?