L’orthographe c’est un truc tout récent. Si, si je vous assure. Le mot a été inventé au XVIIème siècle sous Richelieu alors que ce dernier créait l’Académie Française censée rédiger un dictionnaire afin de fixer la norme orthographique des mots. Sauf que cette norme n’avait rien de scientifique, en réalité elle correspondait surtout à la norme des plus nobles. En gros, l’orthographe avait surtout pour objectif de se distinguer des pauvres gens et des femmes. Bref un sale truc. Alors comme on vous parlait il y a peu des grosses incohérences de la langue française, on continue notre croisade contre l’orthographe.

Ce top est garanti plein de fautes. BALEK MON FRÉR.

1. Parce que tous les pièges de la langue française n'ont pas vraiment d'explication

Les doubles consonnes ? Pff de la connerie de moine copiste OUAIS. Corneille écrivait « sifler » ou « aranger ». Lafontaine écrivait « diférent » ou « tranquile ». Les « ph » et « th » ? Pff de la connerie d’académiciens sociopathes OUAIS. Ça a été réintroduit dans l’orthographe française en 1835 alors qu’on les avait jartés.

Source photo : Giphy

2. Parce que personne ne décide vraiment de l'orthographe, donc si personne décide, tout le monde décide

On a tendance à croire tout bêtement que c’est l’Académie Française qui décide de l’orthographe. Mais que nenni. Sa mission est d’enregistrer les usages observés chez les gens et non de décider pour eux. Le truc con c’est que les gens se réfèrent à l’Académie Française et inversement. Donc dans le fond personne ne décide de l’orthographe. Et chaque fois qu’une réforme est proposée elle fait scandale ! Sachez qu’en 1908 l’Académie a proposé de se débarrasser des hiboux, choux, cailloux, genoux (pas des mots hein, leur pluriel) mais bon comme on peut le voir ça a marché bof.

3. Parce que chaque réforme de la langue proposée par l'Académie Française soulève beaucoup trop de débats CALMEZ-VOUS

A en croire les réactions offusquées dans la presse à la moindre réforme orthographique il faut croire qu’on est attaché à cette satanée bestiole qu’est l’orthographe. Pourtant, on est un des rares pays au monde à avoir une orthographe aussi compliquée et le pire c’est qu’on en est fier. Bouffons qu’on est.

Source photo : Giphy

4. Parce que les autres langues s'écrivent comme elles se prononcent et inversement bordel et c'est mille fois plus pratique !

Si l’on prend l’espagnol par exemple le mot « téléphone » s’écrit « telefono » c’est simple y’a pas de piège. En turc c’est pareil, l’orthographe est totalement phonétique, ainsi on dit « mayonez » pour mayonnaise, ou « ekler » pour un éclair en chocolat. Ce ne sont pas les seules, on peut compter également l’estonien, le grec, le portugais, le polonais, le néerlandais, le norvégien, le suédois, le bulgare, le tchèque, le slovaque, le croate ou encore le finnois. Certes ce ne sont pas des langues faciles à apprendre mais au moins ce sont des langues faciles à écrire.

5. Parce que Molière écrivait "misantrope" , la Bruyère écrivait "mistère", Lafontaine écrivait "diférent" et Corneille écrivait "sifler"

Et jusqu’à preuve du contraire on peut pas dire que c’était des gens totalement stupides.

6. Parce que c'est trop souvent un argument de moqueries dans la vie ou sur les réseaux sociaux, et la mokri cé méchant

Allez allez, faites pas genre. Bien sûr que vous avez ri au dernier Tweet de JUL. Que ce soit pour critiquer un article (tiens, un top par exemple) ou un tweet ou quoi que ce soit, l’argument de l’orthographe s’impose. Si tu ne connais pas ton orthographe, tu n’as pas le droit de t’exprimer. C’est quand même légèrement discriminant vous ne trouvez pas ? Quand on est conscient de la complexité (et surtout de l’absurdité) de l’orthographe française, c’est assez intransigeant de réclamer une orthographe parfaite sans quoi on part du principe que l’auteur de ces fautes est un gros débilos. Même si dans le cas de JUL cé vrai javou.

Source photo : Giphy

7. Parce que tous les grands auteurs l'ont grave taillée

De Voltaire à Flaubert en passant par Stendhal, Rimbaud et même Jules Ferry, ça casse un max. Flaubert écrivait ainsi dans son Dictionnaire des idées reçues « Orthographe : Y croire comme aux mathématiques. N’est pas nécessaire quand on a du grand style », quant à Stendhal il écrit tout simplement dans Lettre à Pauline « L’orthographe, divinité des sots ». Et pourtant c’était pas des moitiés de cons ces gars-là.

8. Parce que c'est dans l'édition de 1835 du dictionnaire qu'on a réintroduit les consonnes doubles, les "ph" et les "th"

Non seulement on complexifie sciemment l’orthographe mais en plus on l’impose à l’école avec des satanées dictées tout en revendiquant l’orthographe dans l’identité nationale. Alors que je le rappelle l’orthographe, ce n’est pas la langue. Le pire c’est que ça a bien marché puisque depuis cette édition, l’orthographe française n’a pas bougé d’un iota contrairement à la plupart des langues européennes. Salopri de merd.

9. Le mot "nénuphar" n'a aucune raison de prendre un "ph"

Figurez-vous que dans le cas spécifique de ce mot, c’est une erreur d’un académicien qui a cru que l’origine de la plante venait du grec « nymphéa » alors que pas du tout. Ça vient de l’arabe « nilufar ». Donc depuis le XIXème siècle, un « ph » squatte illégitimement dans ce mot (avant on écrivait nénufar). Depuis les années 90, les deux orthographes sont admises (malgré les fortes révoltes de l’opinion publique contre ce changement ALERTE GENS RELOUS). C’est donc bien la preuve qu’on se fout de la gueule du monde.

10. Parce que la 9ème édition du dictionnaire a commencé en 1992 et qu'elle n'est toujours pas finie

En 2000 les gars n’en étaient qu’à la lettre E et là ils doivent en être à la lettre V. Franchement on peut pas dire que les gars sont des super fusées.

Source photo : Giphy

Sources :

L’Académie Française

Sinon ce top repose principalement sur cet ouvrage qu’on a kiffé sa mère :

Prix : à partir de 17 chez Amazon.fr