Les départements, c’est un peu comme les animaux de compagnie, il y a presque toujours une histoire qui se cache derrière leur petit nom. Sauf qu’à notre connaissance, aucun département ne s’est encore jamais appelé Filou, ni minette…

1. La Côte-d’Or

En France, on n’a pas de pétrole et on n’a pas d’or non plus. Par contre, on a de l’imagination et un brin de poésie aussi. C’est ainsi qu’en 1789, un avocat dijonnais proposa de nommer le département Côte-d’Or en hommage à la teinte dorée que prenaient les vignes de la région à l’automne. Et non, ça n’a rien à voir avec les tablettes de chocolat.

2. Le Finistère

Au moment de se trouver un nom de département à la fin du 18ème siècle, les Bretons ne se sont pas trop pris la tête. Ils sont simplement partis de leur situation géographique à la pointe du pays… ou si vous préférez, à la fin de la terre, pour nommer leur territoire. Quant à ces relous de latinistes, ils ne pourront s’empêcher de faire le rapprochement avec le latin « Finis Terrae » ou à « in finibus terrae », qui signifie « au bout du monde ».

3. Le Pas-de-Calais

Autrefois, le « pas » désignait la notion de « passage ». Or Calais a toujours été une ville de passage pour les bateaux qui se rendaient en Angleterre. D’où son nom de Pas-de-Calais. Une autre théorie circule et voudrait que ce soit également le nom donné au canal étroit au sortir de la ville et au-delà duquel on aperçoit le rivage anglais.

Le plus spectaculaire des 2 Caps ??

A post shared by Pas-de-Calais Tourisme (@pas_de_calais_tourisme) on

4. La Guadeloupe

La Guadeloupe doit son nom à Christophe Colomb qui y débarqua en 1493. Ce dernier passa son enfance près d’une rivière espagnole appelée Guadalupe, qui elle-même tirait son nom de l’arabe « Oueb El Oub » qui signifiait « La Rivière de l’Amour ». Ça nous donnerait presque envie d’écouter du Francky Vincent (oui on a vérifié, il est bien guadeloupéen) !

5. La Martinique

Concernant la Martinique, il y a bagarre. D’un côté, ceux qui soutiennent mordicus que son nom viendrait de « Madinina » ou « Madiana », mots utilisés par les Amérindiens et qui signifiaient « île aux fleurs ». Pour d’autres, l’île aurait été appelée « Martinino », en référence à une île légendaire qui selon les Amérindiens toujours, aurait été habitée par des Amazones. Enfin, une troisième version nous explique que Christophe Colomb (encore lui), l’aurait nommée « Martinica » car le 11 novembre 1493, le jour où il l’aperçut, était le jour de la Saint-Martin. C’est tellement con comme explication qu’on a presque envie d’y croire.

6. Le Morbihan

En breton « Mor-Bihan » veut dire « Petite Mer », qui fait elle-même référence au golfe du même nom et sa mer de 20 km d’est en ouest. Donc, si vous avez suivi, l’acteur Samuel Le Bihan, s’appelle donc en réalité, Samuel le Petit.

7. Le Calvados

Une légende voudrait que le nom « Calvados » fasse référence à un navire espagnol (le Salvador) qui aurait fait naufrage près d’Arromanches. Balivernes ! Un professeur de l’Université de Caen a démontré au début des années 90, que l’origine serait à chercher du côté du latin « dorsa » qui signifie « dos » et de « Calva » qui veut dire « chauve ». Ce « dos chauve » ferait référence à deux bancs rocheux situés à 2 km du rivage, accessibles à marée basse, et que les navigateurs utilisaient pour se repérer et rejoindre le grand large. Évidemment, il existe une autre théorie qui s’oriente plutôt du côté du passage des vikings dans la région. Dans leur langue, Kal voulait dire « nu/chauve/pelé » et Fadderlös : « orphelins ». Des orphelins chauves qui auraient également pu désigner les deux bancs rocheux évoqués plus haut.

8. Les Yvelines

Le 78 tire son nom de la forêt d’Yveline située dans le sud du département. « Yveline » qui étymologiquement viendrait soit du celte « ioline » qui signifie « abondant en eau », soit du latin « aqua » devenu « iv » en ancien français. Une histoire d’eau donc qui n’a au passage rien à voir avec Yveline Dhéliat, même si elle aussi est réputée pour faire la pluie et le beau temps.

9. La Lozère

Lorsque les Cathares se firent courser au 13ème siècle par les troupes papales qui voulaient en finir avec ces rebelles et leurs croyances hérétiques, certains trouvèrent refuge dans les hauteurs du Massif Central. Or, les cimes en langue d’oc du XIIIe se disait « los seres », qui donnera plus tard la Lozère.

10. La Corse-du-Sud et la Haute-Corse… bref la Corse quoi !

Ah ça, des conneries sur l’étymologie du nom de l’île, il y en a un paquet, avec des références mythologiques abracadabrantes. En vrai, il faut regarder du côté des premiers Grecs qui découvrirent l’île vers 600 avant JC. Ces derniers l’appelèrent « Kur » (ou « kyr ») qui voulait dire « pointe, cap voire promontoire », mais aussi « Korsai » qui désignait « un lieu couvert de forêts ». De Korsai à Corsica en latin, inutile de chercher plus loin.

Merveille du soir sur Bonifacio

A post shared by Brigitte Marsilliac (@marsilliac) on

Source : wikipedia