Crédits photo (creative commons) : Johan J.Ingles-Le Nobel

L'ornithologue est avant tout un poète. Comme le chasseur. Est-ce cette communion permanente avec la nature, l'appeau à la bouche et les bottes en caoutchouc qui inspirent à ces passionnés des noms si imagés aux bestioles qui occupent leur week-end ? Toujours est-il que quand il s'agit de trouver une alternative au latin pour distinguer un piaf, l'imagination le dispute à l'expression d'une sensibilité toute forestière. Petit lexique des plus belles trouvailles de bord d'étang.

  1. Le chevalier cul-blanc : il pourrait s'agir du titre d'une BD médiévale parodique moquant un naïf damoiseau. En l'occurrence, c'est un oiseau tout court. L'appellation dont il est affublé donne une envie irrésistible de mater son croupion.
  2. Le chevalier gambette : l'animal est certes haut sur pattes, mais de là à y voir un chevalier en bas résille, on se dit que certains ornithologues passent trop de temps seuls en forêt.
  3. Le pouillot véloce : c'est lui qui vous empoisonne la vie sitôt le printemps venu. Impossible d'échapper à son chant lancinant. Il ne connaît que 2 notes :"Tsip, tsap". Ferait bien de prendre des leçons chez le rossignol philomèle! Alors, véloce, je ne sais pas mais orchidoclaste (casse-couille, si vous préférez), certainement.
  4. Le pipit farlouse : on se dit que cet oiseau a du en chier à l'école... En CE2, le type qui s'appelle "Pipit Farlouse" passe une année scolaire compliquée. En plus, selon la page wikipedia de la bête, il est souvent confondu avec le "Pipit des Arbres".
  5. Le bruant zizi : pas malin de l'avoir baptisé ainsi! Parce qu'un bruant zizi femelle, ça ressemble à quoi?
  6. La mésange nonnette : elle évoque à la fois une pâtisserie et une religieuse mais c'est aussi une petite mésange toute mignonnette à la calotte noire.
  7. Le butor étoilé : son nom est associé au qualificatif qu'on attribue à un type grossier ou maladroit. Et malgré ses étoiles, cet échassier est très menacé et donc protégé
  8. L'oedicnème criard : si les oiseaux avaient le choix, pas sûr qu'il prendraient des noms qui ressemblent à des maladies. Criard en plus. Ça doit pas être marrant d'avoir ça.
  9. La bouscarle de cetti : étrange combinaison : celle d'une appellation vernaculaire régionale et du nom du naturaliste du XVIIIème siècle qui s'y est intéressé. Un peu comme si on appelait un poisson la "truite de Cousteau".
  10. La poule sultane : là, on est sur de la poule haut-de-gamme. De la poule de prestige.

Et vous, êtes vous sensible à la poésie des ornithologues?