verrou
Crédits photo (creative commons) : Live4Soccer

Beaucoup d'internautes suivant l'actualité des nouvelles technologies étaient déjà plus ou moins au courant mais cette fois c'est officiel : le scandale de PRISM a officiellement éclaté. Les USA nous surveillent, Big Brother est bien réel, et il faudrait peut-être qu'on se méfie un peu. Si jamais vous voulez pendre quelques petites précautions pour laisser le moins de traces possible quand vous surfez, lisez donc ce top.

  1. Choisissez bien votre navigateur web
    Désinstallez Internet Explorer (Microsoft), Google Chrome ou Safari (Apple), ou cessez au moins de les utilisez. Optez plutôt pour Mozilla Firefox ou GNUzilla IceCat (copie de Firefox en licence libre).
  2. Maintenant que vous avez un bon navigateur, collez-lui quelques extensions
    - HTTPS Everywhere qui vous fera passer en mode crypté automatiquement dès que le site visité est compatible.
    - AdBlock Edge : une version boostée du célèbre AdBlock Plus, terreur des publicités (pensez à le désactiver sur Topito, il faut bien qu'on mange nous :)
    - Disconect qui bloquera certains trackers fouineurs comme Google Analytics
    - NoScript : pour ceux qui connaissent un peu le fonctionnement d'un navigateur, il bloque tous les scripts (javascript, Flash, etc..) à vous de configurer votre "white list" pour que les sites visités fonctionnent convenablement. Uniquement pour les mecs qui savent ce qu'ils font, donc.
    - FlashBlock : si NoScript est trop contraignant pour vous, installez au moins FlashBlock qui remplacera les scripts flash par de petites icônes sur lesquelles vous pourrez cliquer pour libérer un script (vidéo, jeu, etc...)
  3. Changez de moteur de recherche
    Google Search, Microsoft Bing et Yahoo! Search collaborent activement avec PRISM, utilisez donc leurs concurrents libres et communautaires : Duckduckgo, Seeks Project, StartPage ou encore YaCy.
  4. GPS/Cartographie
    Apple Maps, Google Maps et Microsoft Bing Maps sont détenus par des boîtes américaines collaborant activement avec PRISM, utilisez plutôt Open Street Map qui est collaboratif et totalement libre. Il parait même qu'il est plus complet.
  5. Bien choisir sa messagerie instantanée
    Aim, Google Talk, OS X Messages, WhatsApp Messenger, Yahoo! Messenger, tout ça, c'est du collabo ! Préférez-leur Pidgin avec Off-the-Record Messaging, Adium, Gibberbot, Surespot, TextSecure, Xabber ou ChatSecure (certains ne sont disponibles que sur un seul système d'exploitation).
  6. Vidéo conférence et VOIP
    Oubliez FaceTime, Google+ Hangouts, Google Talk ou Skype, préférez leur Jitsi, Mumble, RedPhone
  7. Réseaux sociaux
    Si vous utilisez Twitter, Facebook, G+ ou LinkedIn n'utilisez jamais votre vrai nom. Si vous voulez réellement être tranquilles, utilisez plutôt pump.io, buddycloud, Diaspora, Friendica, GNU Social, Lorea, Movim, RetroShare ou Tent selon votre besoin.
  8. Service de "Cloud", stockage en ligne
    N'utilisez pas Apple iCloud, Dropbox, Google Drive, Microsoft SkyDrive ou alors adressez directement vos fichiers à la CIA, ça ira plus vite ! Non, préférez leur : git-annex assistant, ownCloud, SeaFile, Sparkleshare ou Tahoe-LAFS.
  9. Documents collaboratifs
    Si vous avez un peu suivi depuis le début, on vous déconseille Google Docs, Microsoft Office Web Apps ou Zoho Office Suite. Pour garder le contrôle sur vos documents, essayez plutôt Etherpad et Ethercalc.
  10. Hébergement de médias
    Instagram, Picasa, Tumblr et YouTube, Dailymotion, c'est très bien mais attention. (Peut-être ignoriez-vous par exemple que Facebook a récemment racheté Instagram ?) Préférez plutôt Noblogs, GNU MediaGoblin, Piwigo, WordPress ou ZenPhoto selon vos besoins.
  11. Webmail
    Google Gmail, Microsoft Exchange, Microsoft Outlook.com, Yahoo! Mail ne sont pas particulièrement réputé pour leur discrétion. Si vous voulez un peu plus d'indépendance, testez Autistici/Inventati, BitMessage, Kolab, MyKolab ou Riseup.
  12. Client mail
    Apple Mail, IBM Notes (faut vraiment être masochiste), Microsoft Office Outlook ou Novell Groupwise sont blindés de trackers, utilisez plutôt Mozilla Thuderbird, Claws Mail, Evolution, IceDove (version libre de Thunderbird) ou Kontact.
  13. Cryptez vos mails/votre navigation
    Avec des logiciels comme Enigmail, TorBirdy, GNU Privacy Guard (GPG), Mailvelope, OpenPGP, WebPG, toutes les infos que vous enverrez par mail ou lors de votre navigation seront cryptées et donc inutilisable par le grand méchant loup.
  14. Paiement en ligne
    PayPal et Google Wallet sont indiscrets et se permettent en plus de bloquer certaines transactions (avec Wikileaks ou en passant par des proxy par exemple). Passez donc aux Bitcoins, la monnaie open source des Internet.
  15. Analyseurs de trafics (pour Webmaster)
    Laissez tomber Google Analytics, de toute façon de plus en plus d'internautes le bloquent avec Ghostery ou Noscript. Si vous avez un site et que vous voulez avoir une idée du trafic qu'il génère, tentez l'expérience avec Piwik.

Évidemment, vous n'êtes pas obligés de TOUT faire, mettez-vous y petit à petit et n'utilisez que ce dont vous avez vraiment besoin. Votre surf ne devrait pas en être bouleversé, vous laisserez juste beaucoup moins de traces de votre passage, et ce n'est pas un mal.

source : Sebsauvage.net, Korben

Hey, tu fais quoi mardi prochain ? La Topito Comedy Night reprend pour une nouvelle saison. Réserve tes places.