Être riche, c’est mieux qu’être pauvre. Être très riche, c’est mieux qu’être riche. Être très très riche, c’est mieux qu’être juste très riche et être immensément fortuné, c’est mieux encore que tout le reste parce que personne n’ose te dire que tu es ridicule dans ton costume blanc avec tes lunettes de soleil en intérieur. Et si l’on croit que la fortune ne s’acquiert qu’au prix d’efforts démesurés et d’une chance de cocu (ou plutôt de psychopathe), on se trompe. Parce que pour amasser des pépètes, il suffit parfois simplement de se trouver au bon endroit au bon moment.

1. Castagner des CRS

Le boxeur qui a déglingué des CRS un à un a été arrêté. Dettinger qu’il s’appelle. Et qu’on fait les internautes ? Bah ils ont fait une cagnotte. Et qu’a fait la cagnotte ? Bah elle a grimpé : Dettinger est virtuellement possesseur de 120.000 euros à l’heure actuelle. Bref, ça rapporte le clong clong.

Source photo : Giphy

2. Retweeter des trucs

Un milliardaire japonais a proposé 8000 euros à 100 mecs au hasard qui retweeteraient son truc. Résultat : le tweet le plus partagé du monde avec 5,5 millions de retweets. Gagnez de l’argent depuis votre canapé.

3. Être aveugle, sourd et muet

En vrai c’est une bien belle histoire et on ne se moque pas : une étudiante de 18 ans a lancé un crowfunding pour payer une opération à un homme algérien aveugle sourd et muet pour lui permettre de recouvrer la vue. 40.000 euros ont été récoltés. N’empêche, moi aussi j’ai lu Helen Keller.

4. Être salarié

Grâce à notre président beau gosse Emmanuel Macron et à son coeur d’or, les entreprises qui le peuvent et le souhaitent pourront verser une mirifique prime de 1000 euros défiscalisés à leurs salariés pour leur donner un coup de pouce à l’heure où il faut se serrer les coudes et la ceinture. Félicitations pour le travail accompli !

5. Chercher des clés dans Libourne

Un type a perdu une sacoche avec ses clés dedans à Libourne : il a donc posé des affiches partout en offrant 500 euros à quiconque retrouverait ses clés qui représentent « beaucoup d’argent » selon ses dires. Deux solutions, donc : la première, retrouver les clés et empocher les 500 euros ; la seconde, retrouver les clés, essayer de comprendre à quoi elles servent et empocher beaucoup plus. Les deux côtés de la force.

6. Mourir

Jamais le business des albums posthumes n’a été aussi florissant. En trois jours, le disque posthume de Johnny a été vendu à 630.000 exemplaires physiques – sans compter celui de Bashung… Bref, la mort c’est juteux.

Source photo : Giphy

7. Tabasser des manifestants

Une fois dégagé de son poste de conseiller occulte-on-sait-pas-trop-quoi à l’Elysée, Benalla s’est trouvé un petit CDD de derrière les fagots dans une boîte assurant la sécurité de personnes importantes. Et ça lui a réussi ! D’après le Canard, il est passé de 7.000 brut mensuels à 12.000 brut mensuels. Franchement ça valait le coup de sortir son Glock.

8. Vendre des ordures

350 euros par mois en Inde (une fortune) pour récolter des ordures et les vendre ailleurs : c’est le job d’un Indien de 38 ans qui espère bien encore augmenter sa force de collecte et de vente cette année. En pleine débâcle climatique, on peut joindre l’utile à l’agréable et c’est tellement 2019 que ça me fait mal aux yeux.

9. Gagner au loto

Un Américain s’est contenté d’acheter un petit billet à 2 dollars qui lui en a rapporté 425 millions, ce qui fait un excellent rapport sur investissement quand on y pense. Non, en vrai, y’a peu de chances que ça vous arrive et c’est pas tellement propre à l’année 2019, mais ça reste une bonne manière de se faire une thune d’enfer si on est plus du genre Gontrand Bonheur que Calimero.

10. Se faire virer

José Mourinho est très riche, mais pas tellement parce qu’il gagne des thunes immenses quand il se trouve sur le banc d’un club ; bien sûr, il gagne des thunes immenses quand il se trouve sur le banc d’un club, mais il gagne bien davantage encore quand il se fait dégager dudit banc. Ses indemnités de licenciement de Manchester United s’élèvent tout simplement à 27 millions d’euros. Mais ce n’est pas la première fois qu’il bénéficie d’une telle largesse : viré de Chelsea en 2007, il s’était déjà goinfré 23 millions, un record à l’époque. Au total, en 10 ans, Mourinho s’est fait 75 millions d’euros d’indemnités de licenciement.

Source photo : Giphy

Tout ce qui brille n’est pas or, ça peut aussi être de la peau grasse.