Crédits photo : Môsieur J.

Vous voulez vous lancer vous aussi dans la grande aventure de la présidentielle. Vous êtes avide de pouvoir, ou tout simplement vous pensez pouvoir guider votre peuple vers un avenir radieux. L'ennui, c'est que pour l'instant, peu de monde partage vos certitudes, et les élus locaux renâclent à vous lâcher leur signature. Pas de panique, Topito est là pour vous, petit-e candidat-e, et vous aide à vous faire une place au soleil de la démocratie en marche. Mais va falloir y mettre un peu du vôtre aussi.

  1. Promettre des postes de Ministres à des élus ruraux
    Le Maire de Kertanguy-lieu dit- (Basse Bretagne), du fait de sa grande expérience, sera sûrement ravi d'occuper un poste à haute responsabilité. Quand on passe ses journées à régler des problèmes de haie qui dépasse et à organiser la journée de la Crêpe au Sarrasin, on est prêt pour Matignon.
  2. Considérer que les délégués de classe et leurs suppléants sont des élus territoriaux et faire la sortie des collèges
    N'hésitez pas à ramener des confiseries pour amadouer ces jeunes créatures. Attention, car même si vos attentions sont louables et tout à fait irréprochables, il est mal vu dans l'imaginaire collectif de traîner aux alentours des écoles avec des bonbons. Les gens ont l'esprit mal tourné.
  3. Noyauter les lieux de convivialité
    Et par lieux de convivialité, on entend rades locaux. Moustache+Pastaga dès potron-minet+clope à l'intérieur= gagné, vous êtes dans un endroit propice aux mondanités entre gens de bonne compagnie. Payez votre tournée aux adjoints du Maire et à toute personne capable de signer (même d'une croix, vous n'êtes pas difficile) après 3 litres.
  4. Payer de sa personne (ou de celle des autres)
    Même si vous ne partez pas à la chasse aux signatures pour Le Parti du Plaisir, rien ne vous empêche d'user d'arguments physiques avec les Maires, car sous l'écharpe, il y a une femme ou un homme, avec un petit cœur qui bat et qui en a plein les dents des histoires de cadastre et de guerre des voisins. Proposez vos bons offices afin d'adoucir une dure existence de hautes responsabilités, ou au besoin envoyez quelqu'un dont vous n'avez aucun scrupule à vendre le boule en échange d'un petit grigri.
  5. La violence
    Aux grands maux les grands remèdes. Menacez la population de déverser du gaz mortel hilarant dans la réserve d'eau locale. N'hésitez pas à organiser un lâcher de ballons. Parce que tout le monde aime les ballons. Et parce que comme ça votre statut de psychopathe sera bien établi dans l'imaginaire collectif, donc on préférera vous contenter plutôt que de vous voir semer le chaos. Mais avez-vous déjà dansé avec le diable au clair de lune?
  6. Le chantage affectif
    Racontez partout que vous allez bientôt mourir des suites de votre variole du singe, et que votre dernier combat sera la présidentielle. Faites le tour des émissions de télé à vocation lacrymale où l'on ne manquera pas de louer votre courage. Si après ça les Maires refusent de vous signer, c'est qu'ils sont des monstres dépourvus d'empathie. En revanche, ils refuseront sans doute de vous serrer la main.
  7. La GROSSE PROPAGANDE
    Affichez-vous façon Grand Leader de Corée du Nord, inspectez des trucs, faites courir le bruit que vous avez écrit votre premier manifeste à 4 ans et qu'à 6 vous passiez votre permis-char d'assaut. Rencardez quelques amis pour les faire défiler en uniforme dans les rues et haranguez la foule. Abrutissez les masses en diffusant 24h/24 un hymne à votre gloire composé par vos bons soins au clavier Playschool. Quand vous aurez transformé vos congénères en zombies, les signatures devraient pleuvoir. Au moins pour vous faire partir.
  8. La feinte
    Déguisez-vous en livreur-se. Pointez-vous à la mairie avec un colis fictif pour Madame ou Monsieur le Maire. Et voilà, une signature dans la poche. Variante: la pétition pour les petits enfants manchots qui fabriquent des Nike dans les usines chinoises avec leurs dents. On n'a jamais dit que ça devait être cohérent, ça doit juste être efficace.
  9. Le harcèlement
    Vous n'avez pas les moyens pour la propagande à grande échelle? Harponnez le Maire de votre choix. Collez-le comme une grosse boulette de Patafix. Suivez-le partout, même aux toilettes, et répétez-lui inlassablement "eh eh dis, dis, tu signes, dis, tu signes, dis dis, dis, tu me donnes ta signature, dis dis, dis...et maintenant? Hein, dis, dis, dis..."
    Si votre entreprise de torpillage n'a pas l'effet escompté, vous aurez au moins pourri la vie de quelqu'un, et faire chier les gens, ça n'a pas de prix. Évitez les coups tout de même.
  10. La prise d'otage
    Assurez-vous de bien prendre en otage un être cher du Maire dont vous convoitez la signature. Si c'est un-e ami-e des bêtes, privilégiez son caniche plutôt que ses gosses. De même, évitez les personnes âgées, parce que personne n'aime les vieux.

Si avec tout ça vous n'arrivez pas à gratter vos 500 signatures, c'est que vous n'y mettez pas du vôtre. N'oubliez pas que la date limite de dépôt de parrainage est le 16 mars.