paume
Crédits photo (creative commons) : Agence photo RMN

Si vous avez vaguement suivi les cours d'Histoire, le jeu de paume évoque chez vous le serment du même nom (le 20 juin 1789, pour ceux qui n'ont pas du tout suivi les cours d'Histoire), mais il se trouve que ce jeu aujourd'hui un peu désuet est également à l'origine de nombreux mots et expressions toujours très utilisés. Allez, un peu de culture générale n'a jamais fais de mal à personne.

  1. Jeu de main, jeu de vilain
    A l'époque - c'est-à-dire vers le XVIe siècle - les pauvres ne pouvaient pas de payer de raquette ou de battoir pour jouer au jeu de paume, du coup ils tapaient la balle à mains nues. Les richous se foutaient alors de leur gueule en déclarant "jeu de main, jeu de vilain".
  2. Tomber à pic
    Si vous avez déjà joué au jeu de paume, vous n'êtes pas sans savoir qu'il existe un point appelé "la chasse pic" qui consiste à placer la balle pile poil au pied du mur du fond, côté dedans. Un point qui rapporte beaucoup, d'où la connotation positive qu'à aujourd'hui l'expression "tomber à pic".
  3. Rester sur le carreau
    Le terrain du jeu de paume s'appelle le carreau. Dans le cadre de ce sport "rester sur le carreau" voulait donc tout simplement dire se casser la gueule ou perdre pied dans le match. L'expression est ensuite passée dans le langage courant pour dire être dans la panade.
  4. Prendre la balle au bond
    Au jeu de paume, prendre la balle au bond c'est la taper avant le rebond au sol. Chose que seuls les bons joueurs peuvent faire. Du coup, dès la Renaissance, on a utilisé le terme "prendre la balle au bond" pour désigner des gens qui étaient particulièrement vifs lors d'une discussion.
  5. Peloter
    Ce verbe était jadis utilisé pour désigner une partie où l'on ne comptait pas les points, pour le plaisir donc, comme ledit préliminaire qui consiste à malaxer les parties sensibles de votre partenaire. Tout ça tient clairement la route.
  6. Qui va à la chasse, perd sa place
    Si on parle aussi d'une origine biblique pour cette expression, il n'est pas impossible qu'elle vienne du jeu de paume puisqu'il existe dans ce jeu une pratique qui s'appelle la chasse et au cours de laquelle les joueurs échangent leurs places respectives, forçant le serveur à abandonner sa position de supériorité.
  7. Épater la galerie
    Au jeu de paume, les spectateurs s'installent généralement sous la galerie. "Épater la galerie" c'était donc faire le kéké pour impressionner le public.
  8. Chassé-croisé
    Bon on a pas tout compris au pourquoi du comment, mais encore une histoire de "chasse", de gens qui courent et qui tapent dans une balle. Si vous voulez une explication plus complète, il ne vous reste plus qu'à plonger votre joli petit nez dans les ouvrages spécialisés.
  9. Les enfants de la balle
    A la base c'était les enfants de paumiers, les fabricants de balles de jeu de paume, que l'on appelait comme ça. Le même nom a ensuite été donné aux enfants de comédiens qui faisaient le même boulot que leurs parents car à l'époque les comédiens jouaient beaucoup dans les salles de jeu de paume.
  10. Bisque, bisque, rage
    Oubliée dans le jeu de paume moderne, la bisque était il y a bien longtemps une sorte de point joker que le joueur pouvait invoquer à tout moment et qui énervait généralement pas mal son adversaire. D'où la notion de "rage".

Le jeu de paume c'est la vie. C'est pas le squash qui peut en dire autant.

Source : JdpFontainbleau, Wikipedia