C’est bien malheureux mais la grossesse, tant qu’on n’y est pas confronté, on y connaît pas grand chose. Il y a notamment tout un tas de termes qu’on découvre à ce moment et ça fait parfois un peu flipper sa mère. Voici donc un mini lexique des mots qui font peur quand tu t’apprêtes à expulser un polichinelle.

1. Une épisiotomie

Mhhh. La fameuse « épisio » qui s’invite dans tes sujets de conversations au fil de ta grossesse. Un plaisir pour les âmes sensibles. L’épisiotomie, si elle est courante n’est pas systématique. Il s’agit d’une incision du périnée lors de l’accouchement afin d’agrandir la voie d’expulsion pour laisser passer le loupiot. On recoud ensuite immédiatement après l’accouchement. Une bonne nouvelle donc si tu aimes le tricot.

Source photo : Giphy

2. Une aménorrhée

Un joli mot bien complexe pour qualifier le simple fait de ne plus avoir ses règles qui caractérise généralement une grossesse.

3. Le prolapsus génital

Parfois dans la vie on avance, on grandit, et puis l’air de rien comme ça d’un coup on se retrouve avec un prolapsus génital, soit une descente d’organes. Un petit drame du quotidien qui peut arriver aux femmes qui ont subi de nombreux accouchements. Bon je vous rassure, en réalité ce n’est pas très grave, c’est juste un glissement transitoire de quelques organes qui déforme le vagin et peut pousser jusqu’à l’expulsion des organes hors de la vulve. A côté, tes premières règles seront comme le souvenir d’une vaste plaisanterie.

Source photo : Giphy

4. L'amniocentèse

Tout d’abord, contrairement à la pensée commune (c’est à dire ma pensée) l’amniocentèse ne s’écrit pas « amniosynthèse ». C’est un prélèvement de liquide amniotique non obligatoire mais vivement recommandé surtout en cas de grossesse au delà de 38 ans. Il permet de dépister la trisomie 21 et de faire le choix le cas échéant de garder ou non le bébé. Une sorte de service après vente de la grossesse.

5. Un bouchon muqueux

Déjà quand on entend parler de bouchon muqueux, on se sent pas forcément hyper flex. Quand en plus on entend parler de glaire cervicale juste après, on retient tout juste son vomi. Ce bouchon est donc un amas (les glaires cervicales) qui ferme le col de l’utérus afin de protéger de fœtus. On le perd peu de temps avant d’accoucher (parfois quelques jours). Alors, heureuse ?

Source photo : Giphy

6. La césarienne

Plus courant comme terme, la césarienne n’a en revanche rien à voir avec Jules César qui n’a pas, comme le stipulent certaines rumeurs, été le premier empereur à subir une césarienne ce pourquoi il l’eût affublé de son propre sobriquet. La césarienne est décidée à la fin de la grossesse quand le bassin est trop étroit pour sortir le fœtus par les voies naturelles auquel cas, on sort le bistouri pour faire une incision des parois utérines.

7. Le cerclage du col de l'utérus

Cette pratique s’adresse aux femmes dont le col de l’utérus est trop ouvert (attention, on ne parle pas d’ouverture d’esprit mais bien d’ouverture physiologique), or comme il est censé retenir le bébé ce con-là, s’il est trop open, ça peut constituer une grossesse à risque. Attention accrochez-vous, c’est là que la méthode du cerclage arrive… Après une petite anesthésie locale, et avec un fil de nylon, on boucle le col avec un petit nœud qui dépasse dans le vagin. On l’enlève ensuite vers la fin de la grossesse.

Si cette information ne t’a pas mis en PLS, c’est que tu n’es pas humain.

Source photo : Giphy

8. Les forceps

On connaissait les triceps, les biceps, les quadriceps. Voilà qu’arrivent les forceps. Sauf que ça n’a strictement rien à voir. En effet, ce sont deux sortes de cuillères (établies sur le modèle de la cuillère à soupe) qui permettent de sortir la tête du morveux quand l’accouchement est un peu longuet et qu’il commence à s’ennuyer sans liquide amniotique. Mais attention on n’est pas des bouchers non plus, on fait quand même une anesthésie locale ou péridurale. YAY.

9. La péridurale

Tiens justement, parlons-en de la péridurale. Cette anesthésie très courante (77 % des femmes en France y ont recours) permet de moins douiller lors de l’accouchement. Vu que c’est déjà pas une partie de plaisir, on peut comprendre. On te fait alors une injection entre deux vertèbres dans le bas du dos (la zone péridurale) et comme l’aiguille est grosse, bah tu douilles quand même mais juste un peu moins.

Source photo : Giphy

10. Le siège

Le siège, jusque là dans ta vision bien restreinte du monde c’était un truc sur lequel tu pouvais t’asseoir tranquillou. Un siège quoi. Mais là non. Quand on t’annonce que l’asticot se présente en position de siège c’est que ce n’est pas sa tête qui va sortir en premier mais son joli p’tit boule. C’est pas bien grave et si l’accouchement par voie naturelle est trop compliqué, on procède alors à une césarienne. Elle est pas belle la vie ?

Prix : à partir de chez

Si d’autres termes aussi charmants ont retenu votre attention, n’hésitez pas partager vos traumatismes avec nous.

Sources :

Ameli Santé

Et sinon, t'as 2 minutes (allez 3) ? Alors découvre notre dernière vidéo !