On a eu une année 2018 bien remplie, et comme chaque année on a eu notre lot de disparitions très médiatisées, comme celles de Stephen Hawking, France Gall, Avicii, Charles Aznavour, Jacques Higelin, Stan Lee, Maurane, Marc Miller ou encore Pierre Bellemare. Des personnes à qui on a rendu des hommages publics, et on peut le comprendre. Mais il y a d’autres étoiles qui se sont éteintes et pour lesquelles les gros médias sont restés bien muets. C’est une petite injustice qui méritait d’être réparée, même si on en oubliera toujours. Allez sortez les mouchoirs.

1. Le sergent instructeur Hartman de Full Metal Jacket (15 avril 2018)

Certains ne se souviennent même que de lui dans le film de Kubrick, et en même temps c’est compréhensible tellement il a crevé l’écran avec son rôle de grosse brute qui détruit psychologiquement des jeunes soldats. Lee Ermey, l’acteur, est mort d’une pneumonie à l’âge de 74 ans. Salut l’artiste, comme on dit.

Crédits photo : Full Metal Jacket

2. Keyboard Cat II (8 mars 2018)

Nooooon, pas lui. Bento, de son prénom, est mort d’un cancer à l’âge de 9 ans. Il était le successeur de Fatso, le Keyboard Cat original, mort bien avant sa naissance. Les deux stars avaient le même propriétaire, Charlie Schmidt, et on espère qu’un troisième Keyboard Cat viendra rependre le flambeau et faire perdurer une des plus belles conneries d’internet.

3. Le co-fondateur d'Atari (26 mai 2018)

Ted Dabney a fondé, avec son pote Nolan Bushnell, la société Syzygy en 1972. Mais ils ont très vite changé le nom pour Atari parce que Syzygy c’est quand même très moche. C’est entre autres grâce à Dabney qu’on a eu le droit au jeu Pong, même si c’est Bushnell qui a imaginé cette légende du jeu vidéo. C’est un cancer de l’œsophage qui l’a emporté, mais son héritage restera à jamais gravé dans le cœur des gens qui se disputent encore pour savoir si c’est mieux de jouer sur une console ou un PC.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

4. La première James Bond girl (8 juin 2018)

Elle s’appelait Eunice Gayson et a joué dans le premier James Bond « James Bond 007 contre Dr No », sorti en 1962, avec Sean Connery. Du coup, elle est officiellement la première James Bond Girl. Elle a même joué dans le James Bond suivant, « Bons Baisers de Russie », ce qui est assez rare pour une James Bond Girl (Léa Seydoux va remettre le couvert dans le prochain et fera partie de ce club très privé).

5. Une tueuse de nazis (5 septembre 2018)

Freddie Oversteegen est une femme néerlandaise bien badass comme on les aime. Enrôlée dans la résistance à l’âge de 14 ans, elle participe à des actions de sabotage, et fait encore plus fort : avec son amie Hannie Schaft, elles butent des soldats nazis en se déplaçant sur leurs vélos, ou séduisent les gars pour les emmener en forêt et les zigouiller sur place. Le tout en cachant des familles juives. Elle est morte à 92 ans, la veille de ses 93, et elle aurait mérité un hommage bien plus grand.

Sur la photo, elle est à gauche, accompagnée de sa sœur, elle aussi résistante.

Crédits photo (creative commons) : Ministerie van Defensie

6. Hershell de Walking Dead (6 octobre 2018)

Le vétérinaire de Walking Dead un peu bourru mais finalement assez sympa qui se fait couper la jambe pour éviter de se transformer en zombie, c’est Hershell. Il était interprété par Scott Wilson, qui est mort d’une leucémie à l’âge de 76 ans. A noter que Scott Wilson a aussi joué dans l’excellent The Host de Bong Joon-ho qu’on vous invite chaudement à regarder si c’est pas encore fait.

Crédits photo (creative commons) : Gage Skidmore

7. La voix de la mémé de Titeuf (1er décembre 2018)

Maria Pacôme, de son vrai nom, est une légende du théâtre de Boulevard en France. Nous, on n’a pas forcément cette culture-là, mais elle pesait vraiment dans le métier et a joué avec ce qui se faisait de mieux à l’époque, sous la direction des plus grands metteur en scène. Une grande dame Pacôme les autres (si vous n’appréciez pas ce jeu de mot, veuillez vous en plaindre auprès de Pierre Galouise qui en est l’instigatrice. Si, au contraire, vous l’appréciez, je veux bien en récolter les lauriers ici.)

Crédits photo (creative commons) : Michaël Bemelmans

8. Le guitariste compositeur de Sweet Home Alabama (22 août 2018)

Ed King a été pendant des années le guitariste de Lynyrd Skynyrd, le groupe qui sent bon le sud des Etats-Unis. Il a coécrit la chanson Sweet Home Alabama avec deux autres membres du groupe, et en a surtout composé la partie guitare que tout le monde connaît. La chanson a souvent été considérée comme raciste (on va pas faire un cours sur la ségrégation raciale en Alabama, mais vous voyez le délire), mais ses créateurs s’en sont toujours défendu. On vous laisse vous faire votre avis.

Crédits photo : Getty Images

9. Mamma Carmela dans Le Parrain (22 mars 2018)

La femme de Don Vito Corleone (Marlon Brando) était interprétée par Morgana King, qui était aussi une légende du jazz. Malgré ça, sa mort provoquée par un cancer est passée quasiment inaperçue et la nouvelle n’a été médiatisée qu’à la mi-août, soit presque 5 mois après. Et non, Morgana King n’a rien à voir avec Ed King.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

10. Vibius Pisentius Petrus de Kaamelott (31 juillet 2018)

Jean-Yves Chatelais n’incarnait pas le plus connu des persos de Kaamelott, c’est vrai. Vibius Pisentius Petrus, c’était un des sénateurs de la dernière saison, à Rome. C’est en magouillant avec ses potes sénateurs qu’il a permis, indirectement, à Arthur de devenir roi de Bretagne. Vu la communauté qu’il y a autour de Kaamelott, on aurait pu imaginer un plus grand hommage.

Crédits photo : Kaamelott

Voilà une petite injustice de réparée.

Inspiré de Cracked