Voilà comment de l’extérieur on imagine l’exercice criminel : on prépare un truc pas légal légal, comme tuer quelqu’un et violer son cadavre, par exemple, on passe à l’acte en toute discrétion, puis ensuite on la ramène pas. Sauf que la plupart des mecs qui font ça ont un besoin impérieux de le faire savoir au monde tout en se croyant plus malins que tout le monde. Et résultat ? Ils se font choper comme des merdes à cause de leur excès de confiance. Petits joueurs.

1. Marcel Hesse, darkos sur le darknet

En mars 2017, la police allemande arrête un jeune de 19 ans, Marcel Hesse : on a retrouvé le cadavre de son voisin de 9 ans dans sa cave. Jusqu’alors, personne n’avait songé à le soupçonner. Jusqu’à ce que cet imbécile (en plus d’être un meurtrier sadique) décide de se vanter d’avoir poignardé le gosse sur le darknet, se pensant à l’abri des autorités. Sauf que même sur le darknet on trouve des gens normaux : les flics ont été alertés par des internautes et ont immédiatement lancé une chasse à l’homme.

2. Luka Rocco Magnotta

Imaginez que vous êtes fou et imbu de vous-même : depuis des années, vous passez votre temps à essayer d’exister sur Internet en lançant des rumeurs sur votre propre personne dont par ailleurs tout le monde se fout puisque vous n’êtes pas connu ; et puis ensuite vous publiez des vidéos de vous en train de torturer et tuer des chatons. Et puis un jour, vous décidez de mettre sur Internet une vidéo de vous en train de torturer, tuer, découper et violer un cadavre. Et puis comme vous êtes dingue, vous envoyez un pied humain au siège du parti conservateur canadien. Et une main à celui du parti libéral. Et puis ensuite vous publiez un article en expliquant dans les moindres détails comment disparaître dans la nature sans laisser de trace.

Et vous vous faites choper comme le débile que vous êtes à Berlin après avoir séjourné à Paris.

Source photo : Giphy

3. Yes le selfie avec le flingue du meurtre !

En 2016, Raheem Benson, un ado du Colorado, décide de buter un mec au hasard dans la rue. Il porte un masque zarbi et tire trois fois sur un type de 33 ans comme ça, pour rien, dont une fois au cœur. Le type est mort et Benson, 16 ans, rentre chez lui. Et ensuite qu’est-ce qu’il fait ? Bah il poste une photo de lui avec le masque et le flingue sur Facebook en se vantant d’avoir tué un mec. 5-4-3-2-1… : l’arrestation intervient peu après. En 2018, il a été condamné à la prison à perpétuité.

4. Putain mais les mecs, franchement !

La scène se passe dans une boîte de nuit à Atlanta. Chauncey Pope joue au casino et se plaint de la proximité physique que lui impose Derrick Brooks. Dispute et tout le toutim. Sur le parking, Chauncey Pope sort un semi-automatique et flingue Derrick Brooks. Et ensuite qu’est-ce qu’il fait ? Il retourne dans la boîte de nuit et crâne en disant à tout le monde qu’il vient de tuer un mec. Et il rentre chez lui.

Ca pourrait s’arrêter là, mais le mec est tellement con qu’il retourne à la boîte plusieurs jours plus tard et se fait arrêter. Il a été condamné à perpet’.

5. L'homme qui en tweetait trop

Un jour, Ronald Herron, leader d’un gang à la con, tweete qu’il a tué un mec et qu’il s’en est tiré peinard. Et puis il ne trouve rien de mieux à faire que de poster sur YouTube une vidéo où il shoote dans le vide avec des flingues en hurlant qu’il est le chef de la « Murder Team », l’équipe du meurtre. C’était pas le truc le plus malin du monde. Ronald Herron a été jugé et condamné à perpet’, lui aussi.

Source photo : Giphy

6. Arrêtez avec Facebook, sans dec

En 2014, on retrouve le cadavre de Claude Nadro, dit Driver, dans son appartement à Champs-sur-Marne. Il a été lardé de coups de couteau. Qui sont les coupables ? La police ne va pas tarder à le savoir. Voilà ce qui s’est passé : le Driver en question était hébergé chez un pote. Or, il partageait l’appartement avec deux filles enceintes en rupture familiale qui foutaient le bordel et faisaient venir leurs mecs. Driver a craqué : il a foutu les filles dehors devant leurs petits copains. Le lendemain, les mecs sont revenus à 6 et l’ont planté.

Et ensuite, ils ont multiplié les statuts Facebook du genre « tu touches pas à mon gang », « voilà si tu me touches je te bute » et autres trucs du genre, jusqu’à ce que l’un des mecs fasse une remarque juste : « On en dit pas un peu trop ? »

Si.

7. Le tueur du BTK s'ennuyait de n'avoir pas été chopé

Le tueur du BTK, BTK pour « Bind Torture Kill » soit « Attacher, Torturer et Tuer » est un type qui a donc attaché, torturé, violé et tué des gens pendant un paquet de temps. Dix personnes en fait, entre le début des années 80 et 1991. Pour se faire mousser, il envoyait à la police des effets personnels de ses victimes. Et malgré ça, les autorités n’arrivaient pas à mettre la main sur lui. La main ou autre chose, d’ailleurs.

Jusqu’en 2005. Parce qu’en 2005, il se faisait chier, le tueur. Et il s’est dit qu’il avait envie de mettre un peu de piment dans sa vie. Il a donc envoyé une petite disquette aux flics en remettant le couvert de la vantardise. Sauf que sa disquette contenait des métadonnées qui ont permis aux flics de le retrouver et hop ! Sous les verrous, le BTK, alias Dennis Rader.

8. Albert Fish et la manie des lettres

C’est peut-être pas la peine de refaire l’histoire d’Albert Fish, un mec tellement horrible qu’il est cité dans presque tous nos tops sur les serial killers. Albert Fish, c’est un gros palmarès, puisqu’il se vantait d’avoir tué 100 personnes au début du XX°. Il choisissait des enfants qu’il mettait en confiance avant de les tuer et de les manger (parfois en les violant un peu avant ou un peu après). Et comme il était vraiment méchant méchant il aimait envoyer des lettres aux parents de ses victimes pour décrire ce qui leur était arrivé. Sauf que l’une de ces lettres a été envoyée dans une enveloppe indiquant le nom de la pension où il était hébergé. Ca a pas été très long de retrouver l’expéditeur, si vous voyez ce que je veux dire. Albert Fish est passé sur la chaise électrique en 1936.

9. Se faire un tatouage d'une scène de crime ? Pas malin malin

Les tatouages de papillon, c’est moche et con mais ça ne vous emmène pas en prison. En revanche, si vous vous faites tatouer une scène de crime où le tueur, c’était vous, c’est moche, con et ça vous emmène en prison. C’est Anthony Garcia, le membre d’un gang de Californie, qui a fait la boulette. En 2008, il se fait arrêter lors d’un simple contrôle de police, mais son appartenance à un gang bien connu convainc la police de prendre ses tatouages en photo. Et parmi ces tatouages : BIM ! L’un correspond à une affaire de meurtre non résolue datant de 2004. Et après qu’est-ce qui se passe ? Pri… SON !

Source photo : Giphy

10. Fausse handicapée moteur, a priori pas très apte mentalement

Si vous tuez votre mère et que vous voulez que ça ne se sache pas, qu’est-ce que vous faites ? Je sais pas. En tous les cas, je sais ce que je fais pas : écrire « La salope est morte » en statut Facebook. Sauf que Gypsy Blanchard n’avait pas le même genre de logique. Elle a non seulement lardé sa mère de coups de couteau, mais elle l’a aussi annoncé à tout le monde. Mais comment avait-elle pu tuer sa mère alors qu’elle était en fauteuil roulant ? Ah bah en fait elle était pas en fauteuil roulant, c’était juste une arnaque pour toucher des subventions. Ou comment tout perdre en 2 minutes.

Et on dit que les serial killers ont des intelligences supérieures.