dahlia-noir
source photo : incine

Qu'ils soient mineurs ou non, les serial killers et autres meurtriers du dimanche finissent généralement par se faire choper et gronder très très fort par la justice. Sauf les plus malins qui, comme notre ami Hannibal Lecter, finissent par couler des jours heureux aux Bahamas. Pour certains, ça quand même un siècle et demi qu'on les cherche et qu'on les trouve pas.

  1. Mary Jane Kelly dite Ginger
    Considérée comme la cinquième et dernière victime du sympathique Jack l’Éventreur, cette prostituée irlandaise est retrouvée morte dans son domicile londonien le 9 novembre 1888. Elle avait été égorgée, éventrée, ses seins avaient été coupés à la base et l'un d'eux, ainsi que son utérus et ses reins, étaient cachés sous sa tête. La peau de ses cuisses et de son abdomen avaient été soigneusement déposée sur la table de nuit. Comme les quatre autres assassinats attribués au célèbre tueur en série, il ne fut jamais élucidé. Encore aujourd'hui, on ne sait toujours pas qui était Jack l’Éventreur et il y a pas loin d'un vingtaine de suspects potentiels.
  2. Laetitia Toureaux
    Le 16 mai 1937 à 18h27, six personnes montent dans une rame de métro à la station Porte Dorée. Une jeune femme semble dormir sous son chapeau blanc, elle est seule dans le wagon. À la première secousse, son corps s'écroule dans une marre de sang. L'un des passagers, médecin, constate qu'un couteau Laguiole a été planté quelques secondes plus tôt dans le bas de son cou. Le meurtrier est parvenu à quitter la rame entre les deux stations. Malgré une couverture médiatique internationale, le meurtrier n'a jamais été retrouvé. On a découvert plus tard que Laetitia Toureaux était espionne à ses heures perdues, sans pour autant savoir si c'est cela qui lui avait coûté la vie.
  3. toureauxdetectuve
    source photo : ParisZigzag
  4. Elizabeth Ann Short alias le Dahlia noir
    Le corps d'Elizabeth Ann Short, 22 ans, est retrouvé dans un terrain vague de Los Angeles le 15 janvier 1947. Coupée en deux au niveau du bassin, la jeune femme s'est vidée de son sang. Le surnom du Dahlia noir apparaît vite dans les journaux, à cause, selon les théories, de la fleur qu'elle portait dans les cheveux ou des habits noirs dont elle était vêtue au moment où l'on a retrouvé son corps. Plus de cinquante personnes avouèrent être son meurtrier, mais à chaque fois les déclarations ne collaient pas avec le constat de police. Belle et ténébreuse, le Dahlia noir inspira un roman à James Ellroy et un film à Brian De Palma.
  5. Black_Dahlia_Mugshot
    Crédits photo (creative commons) : Santa Barbara Police
  6. Le Zodiac Killer
    Accusé de cinq meurtres et soupçonné de 37 à 200 autres, le Zodiac Killer a agi en Californie à la fin des années 60 et au début des années 70. Le tueur en série tient son nom des lettres qu'il a envoyées à la presse locale et qui contenaient quatre cryptogrammes quasiment indéchiffrables. Il les signait d'un symbole ressemblant à une croix celtique ou à la mire de visée d'un fusil de précision. Malgré de nombreux suspects potentiels et les témoignages de certaines de ses victimes qui étaient parvenues à s'échapper, le Zodiac Killer n'a jamais été démasqué. Il s'attaquait principalement à des couples en voiture qui s'étaient arrêtés dans des lieux isolés comme une falaise ou un bord de lac.
  7. Le bébé Lindbergh
    Fils du célèbre aviateur Charles Lindbergh, Charles Augustus Lindbergh Jr., 20 mois, fut enlevé le matin du 1er mars 1932 au domicile de ses parents dans le New Jersey alors qu'ils étaient tous les deux présents dans la maison. En allant constater la disparition de son fils dans sa chambre, Charles Lindbergh retrouva une lettre, bourrée de fautes d'orthographe, où lui était réclamée une rançon de 50 000$. Il y avait deux cercles interconnectés (colorés en rouge et en bleu) en bas du message, avec un trou fait au milieu du cercle rouge et deux autres trous en dehors des cercles. Malgré le paiement de la rançon, le corps du bébé fut retrouvé deux mois après son enlèvement, le 12 mai 1932, non loin du domicile de sa maison. Un immigré allemand, Bruno Hauptmann, fut accusé du crime et condamné à mort. Il clama son innocence jusqu'à la fin et on a su plus tard que de nombreuses preuves contre lui avaient été fabriquées de toutes pièces. Le vrai meurtrier du bébé Lindbergh est sans doute mort de sa belle mort.
  8. Lindbergh_baby_poster
    Crédits photo (creative commons) : wikimedia
  9. La tuerie de Chevaline
    C'est un cycliste qui découvre, le 5 septembre 2012 sur les hauteurs du lac d'Annecy, ce qu'il croit d'abord être un accident de voiture. Très vite il réalise qu'il est le premier témoin d'un crime sanglant. En effet, dans la voiture dont le moteur tourne encore : toute une famille massacrée par balle. Un peu plus loin, un cycliste baigne dans son sang, sans doute déjà mort. On apprend rapidement qu'il s'agit de la famille Al-Hilli, des Anglais d'origine irakienne. Le père, la mère, la grand-mère et leurs deux filles de 7 et 4 ans étaient en vacances dans la région. Le cycliste, lui, est une victime collatérale de la fusillade. À l'exception des deux petites filles, dont l'une des deux a été retrouvée huit heures plus tard prostrée sous les jambes de sa mère, toute la famille a succombé à ses blessures. Pour le moment, personne n'a encore été arrêté.
  10. JonBenét Ramsey
    Mini-miss ayant remporté plusieurs concours de beauté, JonBenét Ramsey, 6 ans, disparaît le jour de Noël 1996 à Atlanta, Géorgie. Son corps est retrouvé huit heures plus tard, le 26 décembre 1996, dans la cave de son domicile familial. Elle a été étranglée, battue et violée. Un temps accusés, les parents ont finalement été innocentés par la police. Malgré une vague piste qui n'a finalement jamais donné suite en 2006, on ne sait toujours pas qui a torturé et assassiné cette petite fille à quelques mètres de sa famille et de la police.
  11. bennet
    source photo : newsweek
  12. Georgi Ivanov Markov
    Le 11 septembre 1978, en pleine Guerre froide, l'écrivain et dissident bulgare Georgi Markov décède à Londres sans raison visible. À l'autopsie, on découvre dans sa jambe une petite capsule d'acier de deux millimètres de diamètre contenant de la ricine. Le poison lui a été injecté alors qu'il attendait le bus sur Waterloo Bridge : un passant l'a bousculé et piqué avec son parapluie sans qu'il n'y prête attention. Une mort digne d'un film d'espionnage et qui avait à l'époque fait couler beaucoup d'encre. Pour beaucoup, cet assassinat est lié aux engagements politiques de Markov.
  13. Black Doodler
    Le Doodler est un serial killer qui a agi à San Francisco de janvier 1974 à septembre 1975. De toute évidence légèrement homophobe, il s'attaquait à de jeunes garçons gays qu'il draguait dans les bars avant de les ramener dans son lit et de les poignarder à mort. Il a ainsi tué quatorze garçons et blessé trois autres. Les quelques victimes qui ont survécu ont toujours refusé de témoigner, préférant ne pas afficher au grand jour leur homosexualité. Le Doodler n'a donc jamais été démasqué.
  14. Bible John
    Vous n'avez pas eu votre dose de glauque ? Bible John devrait vous satisfaire ! Serial killer écossais ayant agi entre 68 et 69, ce jeune homme avait l'étrange manie d'étrangler ses victimes avec leurs bas, après les avoir violées. Il choisissait par ailleurs des filles ayant leurs règles, comme le prouvent les tampons ou serviettes hygiéniques toujours retrouvés sur la scène du crime, disposés près du corps. Connu de la sœur de l'une de ses trois victimes avec laquelle il avait partagé un taxi, il n'a pour autant jamais été identifié.
  15. Le petit Grégory
    Le 16 octobre 1984, le corps de Grégory Villemin, quatre ans, est retrouvé dans la Vologne, pieds et points liés. Trente ans après les faits, on ne sait toujours pas qui a tué le petit Grégory. Un temps accusé, le cousin du père de Grégory, Bernard Laroche, a finalement été innocenté par la justice mais abattu au fusil par le père du petit garçon qui était semble-t-il quelque peu remonté. Depuis, l'affaire patauge dans la semoule, notamment victime des manquements de la police judiciaire.

    gregory
    source photo : liberation

Globalement, évitez les serial killers.