Filières d’hommes et filières de femmes. Des codes sociaux mille fois reproduits qui aboutissent toujours à peu près à la même chose : les hommes font des études scientifiques et terminent à des postes à responsabilité tandis que les femmes occupent des fonctions plus volontiers subalterne, d’assistanat ou d’aide à la personne. Bref, une sorte de reproduction éternelle de la même rengaine qui prend tout son sens lorsque l’on observe de près les filières où les femmes sont archi-dominantes statistiquement. Etonnamment (comme c’est étonnant, oui), aucune de ces filières ne correspond à un statut de cadre sup’, à part prof où les femmes sont surreprésentées à seulement 65%.

1. Aides à domicile, aides ménagers et assistants maternels - 97,7% de femmes

C’est bien connu que les femmes, niveau aide, elles sont meilleures que les hommes. Dès qu’il faut s’occuper d’un bébé ou d’une maison et être payé en chèque emploi service par des gens riches, hein, les femmes, c’est idéal. Alors que diriger une grande boîte, ça, c’est un boulot d’homme. C’est atterrant.

2. Secrétaires - 97,6% de femmes

C’est bien connu que quand il faut prendre des lettres dictées, tenir un agenda ou rappeler des rendez-vous (ou encore l’anniversaire du petit), il vaut mieux faire confiance à une femme. Alors que pour dicter une lettre ou consulter l’agenda, hein, on s’en réfère plutôt aux hommes, c’est vachement cohérent comme truc.

3. Employés de maison - 94,3% de femmes

C’est vrai que quand on doit faire la bonniche chez les Bettancourt, c’est quand même mieux d’être une femme, parce que les hommes pour ce qui est de porter une petite robe de soubrette, c’est pas le top. En revanche, pour payer des charges, on fait plutôt confiance aux hommes.

4. Aide-soignants - 90,4% de femmes

C’est vrai que pour faire de l’assistance sanitaire aux malades, les laver et les faire pisser, les faire manger et les faire boire, il faut forcément une forme de douceur féminine, c’est logique, ça se passe de démonstration. Alors que pour passer dans les couloirs les mains derrière le dos et faire des diagnostics, une paire de couilles est indispensable.

5. Infirmiers et sage-femmes - 87,7% de femmes

C’est vrai que pour tendre des instruments à un homme qui procède à une opération ou que pour s’occuper de bébés en train de naître, il vaut mieux avoir une touche féminine, c’est connu. Pareil pour procéder à des taches médicales sur ordre d’une autorité supérieure. En revanche, pour les donner, les ordres, hein.

6. Employés de comptabilité - 84,6%

C’est sûr que pour tenir une compta sur Ciel c’est carrément mieux d’avoir des ovaires, parce qu’on n’aura pas la tentation d’aller jouer à la console en regardant des grosses bagnoles. Par contre, pour devenir commissaire aux comptes et avoir des responsabilités importantes, hein, il vaut mieux dégager de la testostérone en masse.

7. Employés administratifs d'entreprise - 76,9%

C’est vrai que pour occuper des fonctions support sans pouvoir décisionnaire, le mieux est encore d’avoir des seins, sans quoi on risquerait de rêver à une promotion dans l’échelle de l’entreprise et ce serait quand même un peu con. En revanche, pour encadrer ces fonctions support, rien de tel qu’un bon gros mâle des familles.

8. Vendeurs - 73,5%

C’est vrai que pour aider les gens à consommer dans les magasins, le mieux est d’avoir une bonne grosse paire de seins et des jambes interminables, parce que la vente, c’est connu, c’est de la séduction. En revanche, pour monter un magasin, mieux vaut être un mec histoire d’avoir le sens du business.

9. Employés administratifs de la fonction publique - 73,4%

C’est vrai que pour tenir un registre d’état civil ou coordonner la conduite de projets locaux, le mieux est d’avoir un utérus en état de fonctionnement, sans quoi on risquerait de se laisser distraire par quelqu’ambition politique propre aux hommes, c’est connu, ça, que les femmes n’ont pas d’ambition. Alors que pour gérer un conseil municipal, il faut une poigne d’homme, c’est évident.

10. Agents d'entretien - 70,5%

C’est vrai que pour bosser la nuit dans des bureaux vides en lavant la moquette, le mieux est de porter un soutien-gorge et une culotte parce que sinon on risquerait de se coincer le caleçon dans l’aspirateur ou de faire n’importe quoi avec le Karcher. En revanche… J’en ai marre.

Précisons que l’idée n’est pas de dénigrer ces métiers tout à fait utiles et qui n’ont rien de mal ; simplement de s’étonner que les femmes occupent en masse des fonctions subalternes.

Source : Inegalites.fr