Ouais, ouais, c’est bon, on est au courant. Y a mille types d’ingénieurs différents et ils ne gagnent pas forcément tous le même salaire. Néanmoins, si on considère qu’un ingénieur gagne en moyenne 3000 euros/mois à ses débuts et 7 000 à 8 000 euros en fin de carrière(en France évidemment), on peut décemment affirmer qu’ils feraient mieux de se reconvertir en candidat de télé-réalité. VOILÀ.

1. Candidat de téléréalité, en revanche va falloir sacrifier votre dignité

Et oui, c’est un métier (oui, oui, se pavaner sur des plages magnifiques, choper des nanas et exposer son inculture sous couvert d’humour, ça se rémunère). Et oui, les candidats de télé-réalité sont payés en tant qu’intermittents du spectacle. En fonction de leur notoriété, ils peuvent toucher des salaires mirobolants qui, cumulés, leur permettent de vivre plus que confortablement. D’autant plus qu’une fois les programmes finis, ces derniers deviennent des panneaux publicitaires ambulants et ça, c’est la beauté de ce milieu.

2. Youtubeur de renom : demande une certaine sagacité il faut le dire

Bon. Certes. Ceux qui parviennent vraiment à en vivre très correctement sont présents depuis de nombreuses années et triment comme des ânes pour réaliser leurs vidéos. Et on a bien compris que ce n’était pas le nombre de vues qui permettaient de se faire un maximum de biffes mais bien les partenariats et autre. Et faut dire c’qui est, ce n’est pas non plus donné à tout le monde de réussir dans ce domaine… T’en trouves toi des marques connues qui viennent te solliciter après que tu te sois filmé(e) sur Snapchat bourré(e) en boîte de nuit ? J’crois pas non… (et c’est plutôt rassurant).

3. Footballeur professionnel. En ligue 1 de préférence.

On a estimé le salaire moyen d’un joueur du PSG à 750 000 euros par mois. Et oui. Avec de gros bonus pouvant atteindre jusqu’à 3 millions d’euros (pour Neymar par exemple). Ce qui fait quand même un maximum de tunes. Bon les gars sont plutôt bons dans leur domaine mais faut pas déconner, tu me donnes une baballe et deux ou trois heures d’entraînement, j’te fais pareil hein. Allez hop, ça dégage

4. Instagrameur, le métier de la lie

J’en reviens au concept de panneaux publicitaires ambulants. Lorsque vous défilez le « fil d’actualité » Instagram, vous ne pouvez qu’être attiré par ces innombrables photos de filles ultra gaulées sur fond de plage sublimes qui vous vendent des maillots de bain importables, des kits de blanchiment dentaires, des crèmes à la con, des bijoux à deux balles et j’en passe. Plus l’instagrammeur/instagrammeuse est suivi(e), plus ses « posts » coûtent cher. Petit exemple : pour 500 000 abonnés, le prix d’une publication sponsorisée peut aller jusqu’à 3 000 euros, ce qui n’est pas rien.

5. Chirurgien, ces mecs-là sont des impostures

Alors eux, ce sont vraiment les plus abusés. Les gars recousent en despi les gens. Ils trifouillent les organes des autres sans respect (parfois même ils attendent que ces derniers soient inconscients). Et franchement, on comprend mal pourquoi les gars sont payés aussi chers : entre 5 000 et 11 000 euros par mois. Choquant.

6. Peintre mort

Demandez à Van Gogh.

7. Député

Depuis le 1er février 2017, le salaire mensuel brut d’un député est fixé à 7185,60 euros. Plus une jolie petite somme à distribuer à ses assistants parlementaires. Et on en connaît qui n’ont pas vraiment super bien compris le concept… Suivez mon regard… Vous ne voyez rien… C’est normal, on est sur Internet.

8. Chercheurs au CNRS...

ET NON. PRANK. C’EST UNE BLAGUE. Les mecs ne gagnent qu’entre 2 200 euros et 3 900 euros. En même temps, à part contribuer à l’évolution des sciences, ils font pas grand chose ces gros bouffons.

9. Tueur à gage (mais on vous le déconseille)

L’institut de criminologie de l’université de Birmingham a réalisé une étude visant à établir le prix moyen d’un contrat de tueur à gage : la somme est de 18 4000 euros. Ce qui n’est pas rien. Le contrat le plus coûteux qu’ils aient relevé est celui prévoyant le meurtre de Robert Magill en 1994 : 120.000 euros. Après ça t’es tranquille. Même si tu risques la taule. Oups oups.

Alors ? Reconversion en perspective ?

Source : Europe1 ; Droit finances ; Le Figaro