Le cinéma est bien plus complexe qu’on ne veut le croire, même les films les plus populaires ont leur lot de messages subliminaux que les fans se délectent à détecter. Si l’on se penche en particulier sur les costumes, il y a beaucoup d’analyses variées qui permettent de mieux comprendre un personnage, en tout cas d’aller au delà de notre simple première lecture. Voici donc quelques pistes et si vous avez d’autres analyses à partager avec nous, elles seront les bienvenues.

1. Dans Star Wars, épisode VIII : Les Derniers Jedi, le costume de Luke montre qu'il est suicidaire

Comme on le sait, Luke, après avoir joué à « je te tiens tu me tiens par le sabre-laser » avec Adam Sandler et s’être rendu compte qu’il avait formé un mec à tuer tout le monde, est plutôt du genre « j’aime plus trop les jedis, c’est soooo années il y a bien longtemps dans une galaxie très lointaine. » Pourtant, quand Rey le surprend sur sa montagne irlandaise, il porte ses fringues de jedi. Ensuite, il se change en truc qui ressemble à une veste moche de prof des années 70. Pourquoi était-il attifé en jedi, s’il veut plus entendre parler des jedis ? D’autant que quand il se décide à foutre le feu aux livres sacrés qui parlent de la force et tout le toutim, il remet son costume de jedi… De là à penser qu’il enfile le costard pour les cérémonies, il n’y a qu’un pas. Mais c’était quoi, alors, la cérémonie à laquelle il s’adonnait quand Rey a débarqué ? Ah, oui : probablement son suicide. Puisqu’il est venu sur son île pour clamser et qu’en plus, à la fin du film, quand il meurt pour de vrai il porte le costume de jedi, on peut raisonnablement le penser.

Source photo : Giphy

2. Dans Jurassic Park : le code couleur des personnages est plein de références bibliques

Jurassic Park est bien plus qu’une simple histoire de dinosaures un peu farfelue. Tout dans ce film offre une réécriture de l’allégorie du jardin d’Eden. A commencer par le parc dont l’intention est tout le même de recréer une forme de vie éradiquée de la planète. On se prend donc un peu pour Dieu. Or John Hammond est un archétype de Dieu dans ce film. Vêtu de blanc, gentil barbu, il correspond totalement aux critères de représentation de Dieu dans l’imaginaire commun. Face à lui, Mike Hill (Jeff Goldblum) tout de cuir et de noir vêtu, cheveux noirs et bouclés, est l’exact opposé de John Hammond, d’ailleurs son rôle est de valider (ou pas) le projet scientifique de John. Entre eux deux on trouve l’homme et la femme Adam et Eve (l’un en bleu, l’autre en rose) qui devront survivre dans ce parc plongé en plein chaos, ce même chaos que Mike Hill théorisait à Dr Sattler dans la célèbre scène de la goutte d’eau.

Source photo : Giphy

3. Dans Zootopia, les costumes de Nick et Judy font référence au passé raciste de certains films Disney

C’est pas forcément évident si on n’a pas une maîtrise pointue de La Mélodie du Sud. En effet, dans ce vieux Disney datant de 46 et connu pour son caractère franchement raciste (Oncle Remus en esclave heureux), deux personnages issus des histoires racontées par Oncle Remus le renard et le lapin portent les mêmes vêtement que Nick Wilde et Judy Hopps. Une façon de faire amande honorable sur ce passé douteux ? P’tet bien qu’oui.

Source photo : Giphy

4. Dans Get Out, les costumes renvoient au drapeau des Etats-Unis

Dans ce thriller à l’esthétique particulièrement léchée, aucun détail n’a été laissé au hasard. A commencer par les tenues des personnages. Les couleurs des vêtements du couple de Chris et Rose au début du film rappellent ainsi le drapeau des Etats-Unis : elle avec son t-shirt à rayures rouges et lui avec sa chemise dans les tons bleus. C’est discret mais la référence est bien là. De la même façon, quand Chris est hypnotisé par sa belle-mère il est dans une tenue grise qui symbolise sans aucun doute la frontière trouble entre blanc et noir, or pour un personnage noir qui s’apprête à se faire hypnotiser afin de devenir l’esclave mécanique d’un personnage blanc, c’est assez bien vu.

Source photo : Giphy

5. Dans Indiana Jones et la Dernière Croisade, plusieurs indices nous montrent que Walter Donovan est LE gros méchant de l'histoire

Déjà si on fait un peu gaffe on peut comprendre que les premières et dernières scènes du film fonctionnent en miroir. Il se passe peu ou prou les mêmes choses, et toute la symbolique repose sur la capacité d’Indiana Jones à se réconcilier avec son père en mettant de côté sa cupidité. Mais en dehors de ça on peut voir que le méchant de la première scène qui renvoie donc au passé d’Indiana Jones est habillé exactement pareil que Walter Donovan à la fin. Mais déjà dans la première apparition de Walter, ce dernier porte une fleur rouge sur son veston tout comme le méchant du début ce qui peut constituer un indice sur les réelles intentions du personnage (un type qui a vendu son cul aux nazis, pas sympa).

Source photo : Giphy

6. Dans Kill Bill 1, la tenue de Uma Thurman fait référence à Bruce Lee

Bon OK c’est pas vraiment un message caché mais plus une référence à l’acteur Bruce Lee dans le film Le Jeu de la mort (le dernier film dans lequel il a joué avant de mourir d’un œdème cérébral à 33 ans, snif snif). Toutefois, pour ceux qui ne l’auraient pas relevé c’est un détail d’importance majeure dans l’analyse de Kill Bill et de ses nombreuses références aux films d’arts martiaux.

Source photo : Giphy

7. Dans Scream, Wes Craven fait une apparition habillé dans la tenue de Freddy Kruger

Le mec part carrément dans l’auto-citation de lui-même en s’utilisant lui-même. On est un peu dans la méta-masturbation mais après tout pourquoi pas c’est vrai qu’il nous a pondu de jolis petits joyeux de films d’horreur. C’est ainsi qu’il interprète un tout petit rôle dans Scream, son personnage s’appelle même Fred et il porte le même pull à rayures plus-stylé-tu-meurs dans Freddy les griffes de la nuit.

8. Tous les costumes de Black Panther sont empreint d'afrofuturisme

L’afrofuturisme est un mouvement culturel et esthétique qui combine la science-fiction et la culture africaine. Or le film Black Panther se revendique clairement de ce mouvement en offrant notamment dans les costumes de chacun des personnages des références à différentes tribus comme les Masais ou les Ndébélés.

Source photo : Giphy

Source :

Racked

Cracked

Sympa Sympa