Parler une autre langue, acquérir de nouvelles compétences, sortir de sa zone de confort, tu sais que c'est important. Et ça tombe bien, parce que la perspective de voyager et de découvrir plein de trucs t'excite aussi beaucoup. Le problème, c'est que partir demande de la préparation, du temps et de l'argent, et que tu ne sais pas du tout par quoi commencer. Surprise, surprise, il existe un bon paquet d'organismes prêts à t'aiguiller, à commencer par le Service Civique, qui te propose des missions à accomplir à l'étranger, pour aider ceux qui en ont besoin.

Top partenaire [?]

ÉTUDIER

1. Pour partir dès le lycée

Et pour pas trop cher surtout, avec le Rotary Youth Exchange. Tu peux partir une année scolaire complète, ou seulement l’été si tu as encore un peu les chocottes. Si l’aller-retour, l’assurance et ton argent de poche sont à tes frais, au moins les frais de scolarité, le logement et les repas sont-ils pris en charge. Il est très compétitif, donc il vaut mieux t’y prendre bien à l’avance. Il faut que tu postules au Rotary club de ta région, que tu trouveras ici, ce sont eux qui t’indiqueront les démarches à suivre.

En savoir plus : c’est là.

2. Pour partir un semestre ou deux après le Bac

Qui que tu sois, Erasmus est ton ami. Et ouais, il n’y a pas que les facs qui proposent ce type d’échanges, renseigne-toi directement auprès de ton école pour connaître les universités avec lesquelles elle a un partenariat. Le principe est simple : tu payes ta scolarité en France comme si de rien n’était, et ça finance tes frais de scolarité à l’étranger.

En savoir plus : c’est par là.

3. Continuer sa scolarité à l'étranger, carrément

Ce n’est pas parce que tu es français(e) que tu es obligé(e) de faire tes études en France : si tu le souhaites, le monde n’attend que toi. Quel que soit ton niveau d’études (bac, licence, master), tu peux obtenir un équivalent qui te permettra de bouger où tu veux, il suffit d’un peu d’organisation, mais on te connaît, t’es super débrouillard(e).

En savoir plus : c’est par là.

Travailler

4. Pour une première expérience à l'étranger

Quand tu es tout(e) jeune, les séjours au pair sont la formule idéale. En gros, tu es logé(e) et nourri(e) par une famille en échange de services, la plupart du temps de nombreuses heures de baby-sitting. Ce qui est bien, c’est que tu seras bien encadré(e), et bien immergé(e) (et donc tu progresseras dans la langue comme un fifou). Tu auras aussi du temps libre pour sortir un peu et te faire des potes.

En savoir plus : c’est par là.

5. Pour se faire un peu de thunes, sans que ça ne te prenne trop de temps

Les programmes d’assistant(e) de français sont ce qu’il y a de mieux : tu travailles quelques heures par semaine aux côtés d’un professeur de français, en échange d’une rémunération, généralement intéressante. C’est plus facile quand on s’oriente déjà vers l’enseignement, mais pas obligatoire. Il faut surtout avoir entre 20 et 30 ans, être étudiant(e), et avoir minimum le niveau B1 dans la langue du pays où tu souhaites aller.

En savoir plus: c’est là.

6. Pour trouver un stage en Europe

Théoriquement, tu peux le trouver tout(e) seul(e) en cherchant sur l’Internet, mais c’est pas forcément évident, et c’est pour ça que des Programmes Européens Eurodyssée et Erasmus+sont là pour t’aider, ils sont sympa quand même. Et tu peux même postuler si tes études sont finies et que tu es en recherche d’emploi, histoire de bonifier ton petit CV.

En savoir plus: c’est , et .

7. Dégoter une entreprise française à l'étranger

Par le biais des VIE, soit Volontariat International en Entreprise. Attention, ici il n’est pas question de bénévolat, tu es même plutôt grassement payé (1300 euros minimum, et aller-retour offert) , et c’est une chouette opportunité pour décrocher un CDI en France après coup.

En savoir plus : c’est là.

Faire autre chose qu'étudier et travailler

8. Faire du volontariat en Europe

Merci le Service Volontaire Européen. Tu bosses, mais tu es nourri(e), logé(e), assuré(e), tu as un peu d’argent de poche et on repasse tes petites culottes (bon, ça, non). Tu peux choisir ta mission (sociale, culturelle, en rapport avec l’environnement…) et envoyer un dossier. Après, ils t’aident vraiment beaucoup et te soutiennent même pendant ton séjour, où tu seras entouré de plein d’autres jeunes en SVE qui deviendront très vite tes petits copains.

En savoir plus : c’est par là.

9. Faire pareil (du volontariat), mais n'importe où dans le monde

Le Service Civique, c’est pas qu’en France, et partir faire de l’humanitaire, c’est assez compliqué quand on est limité financièrement. Heureusement le volontariat te permet de trouver des missions un peu partout dans le monde, tout en étant indemnisé tous les mois, histoire de réduire les coûts. Attention, ces missions à l’étranger sont très demandées. Mieux vaut t’y prendre tôt pour trouver ton bonheur.

En savoir plus : c’est par là.

10. Découvrir la vie à la ferme, où tu veux sur la planète

Pour ceux qui rêvent de grand air et de campagne, le Woofing est génial. Tu aides aux travaux d’une ferme biologique en échange du logement et du repas, tu t’immerges comme il faut pour bien parler la langue et rencontres très souvent d’autres copains woofers. D’ailleurs, tu peux même partir avec des copains à toi. C’est très chaud d’obtenir un VISA pour les States, mais pas de panique si tu veux progresser en anglais, le réseau est très bien développé au Royaume-Uni, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

En savoir plus : c’est par là. Tu peux aussi passer par l’organisation HelpX mais il faut avoir au moins 18 ans, contre 16 pour le Woofing.

11. Pour mener ton propre projet à toi

Si ce dont tu as envie, c’est d’être indépendant(e), de beaucoup voyager, mais surtout que tu as un projet (sportif, culturel, humanitaire) qui te tient vraiment à cœur et que tu voudrais profiter d’une année pour le mettre à bien, c’est génial, fonce, des bourses seront là pour t’aider. Il ne s’agit donc pas ici de tourisme attention pas d’entourloupe, tu seras le plus souvent redevable de l’argent qui te sera accordé en préparant au préalable un dossier très solide et en rédigeant un compte-rendu détaillé de ton expérience.

En savoir plus : c’est par là.

Allez hop, réfléchis au projet qui te fait rêver, choisis un pays, vois pour les dates, et au boulot. On croit en toi mon petit. Pour te faciliter la tâche si jamais tu ne sais pas comment t'y prendre ou que tu n'as toujours pas vraiment d'idée de projet, le Service Civique peut t'aider, en te proposant des missions dans le monde entier, mais aussi plein d’autres missions partout en France pour mettre à profit ta motivation et ton envie d'être utile aux autres !


Websérie du Service Civique : l'annonce par service-civique