Crédits photo (creative commons) : topito

Les chats c'est bien, mais un peu de lecture ne fait pas de mal. Topito a défriché pour vous les classements critiques de l'Express et Télérama et de quelques blogs littéraires: des polars, des biographies, des nouvelles, des romans, on a fait notre sélection et on revient pour vous sur l'année littéraire 2011. Chaussez vos lunettes, prenez votre pipe en bois et l'air intelligent, la revue des Belles Lettres, c'est par ici. Pour vos longues soirées d'hiver...

  1. Jayne Mansfield 1967 de Simon Liberati: l'impitoyable biographie de celle qui fut longtemps considérée comme une Marylin discount. De son amour pour ses chiens aux épisodes sordides de son existence mouvementée, Simon Liberati retrace un portrait corrosif de la playmate devenue actrice.
    Oui, je le veux (sur Amazon)
  2. Ce qu'aimer veut dire de Mathieu Lindon: malgré un titre un peu Marc-Levytique, ce livre n'est pas une histoire à l'eau de rose mais un hommage sous forme romanesque au philosophe Michel Foucault, ainsi qu'une réflexion sur les différentes formes d'attachement. Ce qu'aimer veut dire a reçu le prix Médicis (ça cause).
    Tiens je vais l'acheter sur Amazon
  3. L'été tous les chats s'ennuient de Philippe Georget: prix SNCF du Polar Français, ce premier roman décrit les circonvolutions de psychopathes jouant avec la police, dans le Roussillon (ceci expliquant sûrement cela). Une bonne occasion de redécouvrir le "roman de gare" sous un jour plus reluisant.
    Vite un bouquin sur les chats
  4. Bande-son de Bertrand de La Peine: Sven est "Cet artiste danois[qui] s'était peu à peu imposé dans le monde de l'art contemporain en créant des installations composées de microsons inaudibles pour une oreille normalement constituée", comme par exemple l'escargot mangeant sa salade, amplifié 300 fois. Le roman nous narre ses tribulations à la recherche de pierres chantantes dans la lande irlandaise. Et oui, Sven a visiblement un très bon dealer.
    Je vous fais confiance, je l'achète
  5. L'Œuvre des mers d'Eugène Nicole: le dernier roman d'une vaste fresque autobiographique d'un natif de Saint-Pierre-et-Miquelon (dont on se souvient uniquement pendant l'élection de Miss France, soyons honnêtes).
    L'acheter sur Amazon (pour l'offrir)
  6. Dino Egger d'Eric Chevillard : ce roman complexe est fondé sur l'hypothétique existence d'un génie dont on ne connaît que le nom. Il serait potentiellement l'inventeur du « le funiculaire stellaire », le théoricien de « la faculté du chat d’être pour soi-même brosse et coussin ». Et rien sur l'invention de Topito, bien entendu.
    Du funiculaire stellaire, j'en veux
  7. La Lettre de Buenos Aires d'Hubert Mingarelli: ce recueil de nouvelles mélancolique met en scène des anti-héros aux prises avec le temps qui passe et les malheurs ordinaires. Bon ok, comme ça, on se dit "oui mais pourquoi je devrais m'infliger ça ?". C'est pas faux. Mais avec ce genre de raisonnement, on ne regarde que "Plus belle la vie".
    Un anti-héros ? C'est tout moi
  8. Corps mêlés de Marvin Victor: à travers l'histoire d'une Haïtienne de 45 ans, l'auteur décrit le séisme qui a frappé Haïti en 2010. Un sujet léger, donc, qui sert de toile de fond à une peinture sociale d'un pays qui a dû attendre un tremblement de terre pour que le reste du monde se soucie de son sort.
    L'acheter sur Amazon (en plus d'un don pour Haïti
  9. Des femmes disparaissent de Christian Garcin: Zhu Wenguang est un détective chinois dont la mission est la "récupération" de jeunes femmes vendues à des maris violents. Pour ce faire, il est accompagné d'une médium et d'un chien, qui serait potentiellement la réincarnation de quelqu'un qu'il a connu autrefois. Si avec ça vous n'avez pas envie de suivre les aventures de ce héros surnommé "Zuo-lo" (Zorro) sur fond de littérature chinoise et de contes traditionnels, depuis la Chine du Sud jusqu'à China town à New York en passant par le Japon...
    un zorro chinois ?
  10. Tuer le père d'Amélie Nothomb: l'auteure de Stupeurs et Tremblements s'astreint au rythme d'un livre par an. Le cru 2011 parle du "bluff parfait", de magie et de trahison. Et comme le dit la quatrième de couverture, "allez savoir ce qu'il se passe dans la tête d'un joueur"... A l'an prochain
    Il me faut ma dose annuelle

Et vous, vous avez lu quoi de bien cette année ? (Sources: L'Express.fr, Telerama.fr et quelques blogs)