Suite à la catastrophe que le Japon subit encore en ce moment, difficile de ne pas penser aux adaptations de catastrophes naturelles au cinéma. Qu'ils nous impressionnent ou non, ces films voulus prémonitoires sont de plus en plus "oh la vache c'est bien fait" grâce aux effets spéciaux numériques donc, du coup, de plus en plus proche du réalisme. Enfin on pense qu'ils sont réalistes vu que la fin du monde n'est pas encore arrivée. Mais certains réussissent à tirer leur épingle du jeu, sans pour autant être des chefs-d'oeuvres. Retour sur les 10 moins mauvais films de catastrophes "naturelles" (et donc pas de "Tour Infernale" ou de "Zombie"). Du moins ceux dans lesquels on ne voudrait pas se retrouver en vrai.

  1. La dernière vague (Peter Weir, 1977)
    Un petit budget pour un grand film à base d'eau. Et puis, cette fois-ci ce sont les Australiens qui sont au coeur du cataclysme, et non les américains. Et ça, mine de rien, ça change.

  2. The day after tomorrow (Roland Emmerich, 2004)
    Le film qui fait "froid" dans le dos (ah ah)! Bon on n'a toujours pas compris comment les héros arrivent à s'en sortir malgré les - 8000°, mais ça donne envie de remplacer le bain par une douche, d'être fan de recyclage, d'aller au boulot en vélo et d'aduler Nicolas Hulot.

  3. The Impossible (Juan Antonio Bayona, 2012)
    Forcément le Tsunami asiatique vu de près, presque de trop près, ça impressionne. Bon, Naomi Watts arrive à rester jolie après avoir pris une vague force 12 dans la tronche, mais il n'en reste pas moins qu'on est content d'avoir choisi la Bretagne cette année là pour ses vacances de Noël.

  4. 2012 (Roland Emmerich, 2009)
    Les mayas nous ont prévenus et ils avaient raison : La fin du monde était prévue pour 2012. Le film catastrophe le plus récent donc forcément le plus époustouflant graphiquement, 2012 se projette dans le futur et nous donne les chocottes sur ce qu'il pourrait nous arriver si la terre se déréglait. Mais se termine tout de même par une "fin guimauve", où tout le monde qui reste s'aime et se tient la main en chantant "we are the world".

  5. Armageddon (Michael Bay, 1997)
    Bruce Willis qui se sacrifie pour sauver le monde, ça c'est du vrai patriotisme. Américain, certes. Mais bon, Les clichés et les amourettes un peu niaises, c'est une recette qui marche.

  6. Perfect Storm (Wolfgang Petersen, 2000)
    On se souvient surtout de la voix grave qui disait le titre dans la bande annonce. Et pourtant George Clooney y joue un marin aux conditions de vie difficiles. Et puisque c'est pas assez dramatique, on ajoute à ça une grosse grosse tempête. Question acharnement, George est servi. Mais George il sourit quand même. Peut-être en pensant à son chèque à la fin du film.

  7. Earthquake (Mark Robson, 1974)
    Un des premiers films catastrophes qui lança la mode. L'intrigue, comme son nom l'indique: un tremblement de terre qui fait de sacrés dégâts à Los Angeles. Pas the Big One, mais quasi.

  8. Twister (Jan de Bont, 1996)
    L'interpretation d'Hélène Hunt en chasseuse de tornades et de spectaculaires effets spéciaux pour l'époque, ont donné droit à la nomination à l'Oscar des meilleurs effets spéciaux en 1997. Mais aussi au prix du plus mauvais scénario lors des Razzie Awards. A vous de voir ce qu'il mérite.

  9. Volcano (Mick Jackson, 1997)
    Après des extras terrestres dans Men in Black, Tommy Lee Jones s'attaque cette fois-ci, à un volcan qui entre en éruption et menace Los Angeles. Heureusement, il parvient à mettre fin à cette catastrophe avec l'aide de 2-3 personnes et un bout de carton. Il est fort Tommy.

  10. Le pic de Dante (Roger Donaldson,1997)
    Si aucun autre film sur les volcans n'est pas sorti depuis, c'est surement parce qu'en 1997 tout a été fait sur le sujet. Ou peut être parce que deux échecs au box office ça donne pas envie de renouveler l’expérience. Quoi qu'il en soit, débranchez votre cerveau et admirez Pierce Brosnan en vulcanolgue déprimé qui essaie tant bien que mal de sauver sa ville.

  11. Fusion (Jon Amiel, 2003)
    Mi nanard, mi vrai film, il cumule toutes les catastrophes en une. Réchauffemen subit, période glaciaire soudaine, orages... Une sorte de voyage au centre de la terre de Jules Vernes, mais en moins bien. Même la bande annonce est un peu longue.
  12. Bonus : Astérix aux jeux olympiques
    La franchise Astérix nous a donné surtout du pas terrible, Chabat mis à part évidemment. Pas vraiment une catastrophe naturelle, mais à bien y réfléchir, presque.

Et vous, quel est le film de catastrophe naturelle que vous avez le moins détesté ?

Sources : Wikipédia, Excessif.com, allociné