Il paraît qu’acteur, c’est un métier. Peut-être, mais il existe de nombreux exemples, notamment dans le cinéma social, où la performance d’un acteur non-professionnel surpasse de loin celle qu’aurait livrée Leonardo Di Caprio pour le même rôle. Comme quoi, hein, c’est pas bien compliqué de raconter des trucs devant une caméra.

1. Lamberto Maggiori dans Le voleur de bicyclette

Dans Le voleur de bicyclette, Vittorio Da Sica fait jouer des acteurs non professionnels afin de donner une puissance sociale supérieure à son histoire. Lamberto Maggiori, choisi pour jouer Ricci, le rôle principal, était un vrai travailleur d’usine. Film fondateur du néoralisme italien, Le voleur de bicyclette puise sa force dans cet ancrage à la réalité que le jeu en retenu des acteurs renforce.

2. Kalieaswari Srinivasan et Antonythasan Jesuthasan dans Dheepan

Dheepan, le film de Jacques Audiard palme d’or à Cannes, retrace le parcours de réfugiés sri-lankais en France. Le réalisateur a choisi deux comédiens non professionnels pour incarner les premiers rôles, en salles ce mercredi 26 août. L’objectif, pour Audiard, était autant de bousculer ses habitudes que de donner plus d’authenticité à ses personnages, ballottés par l’histoire et qui devaient pouvoir ressembler à n’importe quels réfugiés coincés en France.

3. Le casting de Païsa

Païsa de Roberto Rosselini, retrace en six récits distincts l’histoire d’une Italie en passe d’être libérée par les Alliés. Réalisé en 1946, le film met en scène des vrais soldats américains encore sur place, des citoyens italiens originaires des régions de tournage et des prisonniers allemands. C’est là la force du film que de réussir à refaire vivre avec une très grande précision une histoire extrêmement contemporaine en s’appuyant sur le vécu des personnages qui l’habitent.

4. Le casting de La graine et le mulet

L’essentiel du casting du film de Kechiche, sorti en 2008, est composé d’acteurs non-professionnels, notamment Habib Boufares. Pour autant, le réalisateur a été exigeant à l’heure de les sélectionner. Il cherchait chez eux une forme de don. D’ailleurs, Hafsia Herzi, a décroché le césar du meilleur espoir féminin et continué sa carrière.

5. Le casting de La Cité de Dieu

Douglas Silva, Jonathan Haagensen ou Roberta Rodrigues, qui jouent les principaux rôles dans La Cité de Dieu, de Fernando Meirelles, étaient vraiment issus de favelas et n’avaient jamais joué dans d’autres films. Tous n’ont d’ailleurs pas continué à tourner.

6. Harold Russel

Harold Russel, un vétéran de la Seconde guerre mondiale ayant perdu ses deux mains lors d’un accident, a été repéré par William Wyler dans un film institutionnel d’instruction militaire. Le réalisateur le choisit pour jouer le rôle de Homer Parrish dans Les plus belles années de notre vie, sorti en 1946. Sa prestation vaudra à Russel un oscar du meilleur second rôle. Russel ne tournera plus jamais dans un film.

Crédits photo (creative commons) : Samuel Goldwyn Company

7. Le casting de The We and the I

Pour son film sorti en 2012, Gondry souhaitait pouvoir s’approcher de la vérité d’un groupe de jeunes adolescents en choisissant pour tous les rôles de vrais lycéens non-professionnels. L’équipe s’est donc rendue dans le Bronx auprès de structures associatives et a laissé les jeunes qui le souhaitaient s’inscrire pour jouer dans le film, sans sélection préalable. C’est par la suite, au fil d’entretiens, que Gondry a décidé quel lycéen jouerait quel rôle. Ce travail a duré 3 ans.

8. Le casting d'Entre les murs

Pour l’adaptation du roman de Bégaudeau, Laurent Cantet a choisi de se tourner vers des acteurs non professionnels. C’est donc François Bégaudeau lui-même qui a hérité du rôle du professeur. Quant aux élèves, ils ont été sélectionnés sur la base du volontariat dans une école. Le film a obtenu la palme d’or au festival de Cannes 2008.

9. Mathieu Schaller dans La loi du marché

Dans La loi du marché, Stéphane Brizé a donné un rôle-clé à un acteur non-professionnel. Aux côtés de Vincent Lindon, on retrouve ainsi Mathieu Schaller un travailleur handicapé de 25 ans qui joue son fils. Sa prestation est remarquable et sans doute supérieure à ce qu’aurait pu livrer un acteur valide.

10. Joël Dupuch dans Les petits mouchoirs

Ostréiculteur et pote de Canet, Joël Dupuch joue Jean-Louis les bons conseils dans Les petits mouchoirs, un ostréiculteur distillant sa morale bon sens dans des scènes qui foutent super mal à l’aise. Il aurait mieux fait de refuser.

Je suis dispo pour tout casting à gros chèque.

Tu ne sais pas quoi offrir pour la fête des mères ? On a déniché les trucs les plus cool :