Bien sûr que non, c’est non ; parfois, cependant, on ne veut pas exprimer clairement son choix, non par crainte ou sous la menace, mais parce qu’on aurait peur de blesser l’autre, ce truc pas menaçant qu’on se coltine depuis 3 heures en rendez-vous Tinder alors qu’il nous plaît pas avec ses épaules tombantes et son regard de chien roué de coups. Il faut ruser ? Rusons.

1. La migraine

Le classique des classiques. Assortie d’une prétendue allergie à l’aspirine ET au paracétamol, la migraine ophtalmique est une garantie reconnue de sortie de crise. Si toutefois la personne en face propose naïvement une solution efficace que vous ne pourriez pas refuser pour x ou y raison, ne vous tracassez pas jusqu’à développer une vraie migraine, passez au point 2.

Source photo : Giphy

2. L'intoxication alimentaire

Si la migraine peut donner l’impression qu’elle est fastoche à contourner, l’intoxication alimentaire, gêne inventée presque exclusivement pour servir d’excuse afin d’éviter de faire des choses qu’on ne veut pas faire, implique un lot de tracas gastriques suffisant pour annihiler tout appétit sexuel. Si l’annonce, en tant que telle, ne suffit pas à désarmer l’adversaire mais néanmoins ami, une revue détaillée des effets ressentis de ladite intoxication devrait boucler la boucle.

Source photo : Giphy

3. L'accident bête

Si vraiment tout ça ne marche pas, il est toujours temps de traverser la rue sans trop regarder et de se faire rouler sur le pied. Il est peu probable que votre compagne(on) d’infortune accepte de vous emmener à l’hôpital uniquement en espérant avoir du sexe à l’issue de votre séjour aux urgences. Tous les cas de figure étant envisageables, il est possible de réfréner toute ardeur en prévoyant, durant l’attente à l’hôpital, des discussions gratinées.

Source photo : Giphy

4. Le traumatisme d'enfance

Impossible pour vous de faire l’amour depuis que vous avez surpris vos parents l’un dans l’autre sur du Patrick Fiori, le corps couvert de chantilly. Déjà 10 ans de psychothérapie. « Je suis sûr(e) que tu comprendras. »

Source photo : Giphy

5. La fausse gentlemanerie

Marche essentiellement pour les mecs ; la fausse gentlemanerie consiste à faire croire que vous ne voulez pas faire l’amour non parce que vous n’en avez pas envie, mais parce que vous n’êtes pas comme ça. Vous désirez autre chose des femmes que simplement faire l’amour avec elle, et en l’occurrence vous désirez l’enregistrer sur liste noire, ce que vous ne pourrez pas faire en sa présence. Le risque est de paraître encore plus désirable une fois ces précautions prises ; opposer alors à toute forme d’insistance un refus catégorique, « au nom de valeurs supérieures aux plaisirs de la chair », et remettre son foulard en place avec dignité.

Source photo : Giphy

6. La prétendue maladie vénérienne

Si vraiment tout ça ne marche pas, il est encore temps d’avoir recours au bon vieux stratagème du « tu veux pas coucher avec moi, tu vas choper des miasmes » en évoquant longuement votre traitement anti-syphilitique. 97% des gens s’arrêtent à cette étape. Si vous faîtes partie des 3% restants, c’est probablement que vous avez EXTREMEMENT RAISON de ne pas vouloir coucher avec la personne qui souhaite, elle, coucher avec vous, parce qu’elle est totale zinzin.

Source photo : Giphy

7. Le récital de blagues de Toto

Dès lors, la technique est de saper peu à peu toute forme de désirabilité chez vous. La première étape, souvent décisive, de cette stratégie, consiste à monopoliser la conversation que votre partenaire souhaiterait faire dévier sur l’intime à force de blagues de toto sans chute ni rythme, de préférence faisant référence à bananes et bonbons allégoriques, en usant et abusant des mots « pipi » et « caca ».

Source photo : Giphy

8. La beauferie caractérisée

Il est possible de pousser la tentative un cran plus loin en s’inventant une passion dévorante pour l’oeuvre « pas si mal écrite » de Patrick Sébastien, en revendiquant son amour de Cyril Hanouna et en se livrant à des imitations ratées de C. Jérôme. Normalement, votre corps devrait être purgé de tout sex-appeal au deuxième couplet de « C’est moi ». Si ce n’est pas le cas, vérifiez que le partenaire en question n’est ni un robot, ni un chien, et en cas de certitude inverse, passez à l’étape suivante.

Source photo : Giphy

9. Le port du slip

Profitez d’un passage aux toilettes pour changer de sous-vêtements au profit d’un slip kangourou blanc. 99,99% des personnes confrontées à un slip kangourou blanc prétextent une migraine pour éviter, à leur tour, de faire l’amour avec le porteur dudit slip.

Source photo : Giphy

10. Le souvenir par trop prégnant d'une personne autrefois aimée

Si malgré tout vous vous retrouvez en position de devoir faire du sexe alors que vous n’en aviez pas envie au départ et que vous vous refusez toujours à dire clairement la vérité à la personne, nous vous conseillons d’appuyer sur le bouton « histoire chiante » de votre cerveau et, d’un air pénétré, de décrire par le menu les mille tourments que vous a fait subir Cassandra, femme idéale trop vite envolée de votre année de quatrième, sur le souvenir de laquelle s’est bâtie votre vie sexuelle triste et jalouse d’un autre qu’on ne connaîtra jamais. Effet soporifique GARANTI.

Source photo : Giphy

Vous l’aurez compris, nous ne minimisons pas l’importance de l’expression d’un refus en matière de sexe, mais, si l’on n’a pas le cœur d’exprimer clairement ses vues et en l’absence de pression réelle adverse, nous l’affirmons : des excuses existent.


Tu cherches des idées cadeaux pour Noël ? On a tout ce qu'il te faut :