Alors comme ça on est dingue de culture ? Bon, on s’accordera donc pour dire que l’expression « dingue de culture » ne veut rien dire du tout ; passons, après tout, comment t’appeler ? Un aficionado de la production humaine ? Un mordu d’oeuvres picturales ? Un fondu de connaissance ? Elles sont insupportables, hein, toutes ces expressions ? Très bien : les applis qu’on te présente ici ont le mérite de ne pas les utiliser.

1. Magnus

Le Shazam des œuvres d’art. Vous voulez savoir qui a peint ce tableau ou formé cette sculpture tout en obtenant des informations sur l’oeuvre en question ? Hop : Magnus scanne ce que vous lui montrez et vous dit tout ça. Il s’agit d’un service collaboratif, alimenté par les utilisateurs, qui bénéficie d’une grosse base de données. Et en plus, c’est gratuit.

2. Wikipédia

Ca paraît bête, mais l’encyclopédie en ligne est désormais suffisamment fournie pour pouvoir être considérée comme une source de référence, malgré toutes les réticences universitaires dont elle a longtemps fait l’objet. Certaines pages historiques sont alimentées par des professionnels et font l’objet de discussions historiographiques sans fin pour proposer un contenu d’extrême qualité. Une bonne vieille encyclopédie, ça fait toujours le travail.

3. Cultureclic

Cultureclic donne des informations sur les monuments, les immeubles, les oeuvres d’art et les sites touristiques en réalité augmentée. On en apprend sur l’art, sur l’architecture, sur l’histoire, directement en filmant son environnement. Les oeuvres en haute définition sont géolocalisées et reliées aux fiches des musées. Pour l’heure, l’application ne marche qu’en France.

4. Arte

La chaîne culturelle par définition. On y trouvera une foule de documentaires, de reportages, de films rares en replay et de séries. Son pendant radiophonique est un puits infini de culture et d’apprentissage. L’application est très bien faite et rend les informations extrêmement accessibles.



5. My Paris street art

L’application propose des promenades parisiennes en lien avec le street art. Elle sert alors de guide pour en apprendre davantage sur la culture graffiti et l’origine des œuvres urbaines. Bien foutu.

6. Who art you

Une application pour partager ses découvertes artistiques : on prend les oeuvres en photo et on peut reconfigurer leur situation dans un musée virtuel où l’on choisira la thématique des salles. Sorte de Pinterest de l’art avec une dimension sociale, l’appli vise à réunir les amateurs d’art autour de goûts communs.

7. Google Arts & Culture

Un musée numérique. On peut y découvrir les collections de la plupart des musées du monde et bénéficier de notices et de visites guidées virtuelles. Les peintures sont présentées en très haute définition. On peut également découvrir des oeuvres par thématiques visuelles (par couleur, par exemple), et l’application s’intéresse aussi à la grande musique. Un must-have.

8. Savoir inutile

Un peu nul, mais pas si nul. Une anecdote au hasard tirée d’une bonne grosse base de données collaboratives, idéale pour apprendre des choses que l’on ne savait pas au hasard par exemple aux toilettes. Une façon comme une autre de naviguer au hasard sur Wikipédia en condensant l’information.

Tu mourras moins bête.

Source : Mother Shaker