Il paraît que le voyage c’est la santé ! Ce n’est pas une raison pour ne pas prendre quelques précautions. Juste au cas où, manque de bol, vous attrapiez une saloperie pendant votre séjour au bout du monde. Et tant pis, si vous passez pour l’hypocondriaque de service.

1. Un anti allergique

Les allergies c’est comme les moustiques, quand il y en a dans les parages, vous pouvez êtes sûr qu’elles vont vous tomber sur le museau. Et parce que le pollen n’a pas de frontières, mieux vaut prévoir de quoi faire face à une crise allergique carabinée, comme quelques plaquettes de comprimés type Aérius ou Clarityne par exemple (fonctionneraient même pour les piqûres de Méduse et d’acariens). Une simple précaution qui pourrait vous éviter de passer votre séjour avec le nez qui coule, des yeux de lapin et des plaques sur tout le corps.

Source photo : Giphy

2. Un antalgique / aspirine

C’est peut-être le médicament auquel on pense en premier au moment de préparer sa trousse à pharmacie. Et pour cause, le Paracétamol et l’aspirine sont les couteaux suisses des médicaments… même si entre-nous plus personne ne se sert de couteau-suisse aujourd’hui. Bref. Ces antalgiques vous permettront de faire face à bien des maux, de tête évidemment, mais aussi dentaires, lombaires, à des poussées de fièvre, ou à de règles douloureuses (pour le doliprane, pas l’aspirine malheureuse). Sachez enfin que l’aspirine, si vous la supportez, est un puissant anti-inflammatoire, recommandé en cas d’entorses et autres bobos.

Source photo : Giphy

3. Un anti diarrhéique…

La tourista guette en permanence le voyageur imprudent, le kamikaze gastrique qui s’enfilerait sans sourciller des salades de crudités (lavés à l’eau du robinet), tout en sifflant des jus de fruits (soit disant) frais. L’anti diarrhéique n’est certes pas le remède miracle, mais à défaut de vous guérir, il permettra de faire face aux urgences et d’éviter certaines situations embarrassantes. Et si vous vous retrouvez à court de médocs, il existe des alternatives plus ou moins naturelles pour faire face à une gastro, ou à une intoxication alimentaire.

Source photo : Giphy

4. … et son contraire

A l’inverse du cas précédent, il arrive fréquemment que le changement d’alimentation pendant un voyage, bloque totalement votre transit intestinal. Sans parler du choc psychologique de faire vos besoins ailleurs que dans vos WC préférés, c’est-à-dire, chez vous, les fesses bien au chaud. Les problèmes de constipation peuvent être graves et ne sont clairement pas à prendre par dessus la jambe… Mieux vaut donc prévoir des médocs pour vous aider à aller à la scelle, et vous libérer d’un poids pour le reste de votre séjour.

Source photo : Giphy

5. Un collyre et une crème contre les infections de l’œil (voire des yeux)

Avec la fatigue, les excès en tout genre pendant le voyage, des conditions d’hygiène pas toujours au top (on parle pas de la vôtre uniquement, mais de celle de votre lieu de villégiature), une conjonctivite, voire pire, un orgelet est vite arrivé. En plus d’un collyre pour nettoyer vos yeux, pensez à emporter une crème ophtalmique dans votre trousse à pharmacie. Vous aurez l’impression de vous mettre de la Biaphine sur la cornée, mais c’est toujours mieux que de vous balader pendant des semaines avec une boule pustule sur la paupière.

Source photo : Giphy

6. Un anti-spasmodique

Les spasmes et autres contractions sont une vraie saloperie. Raison de plus de faire le plein de médicaments type Spasfon pour soulager la douleur en cas de crise et vous éviter d’être plié en deux, même si ce n’est pas drôle.

Source photo : Giphy

7. Un antibiotique large spectre

Rien qu’en lisant le nom, on sait qu’on a affaire à du costaud. L’antibiotique large spectre est l’inverse de la frappe chirurgicale. Son truc, c’est plutôt le karcher pour nettoyer au maximum l’organise des bactéries qui lui pourrissent la vie… et la vôtre forcément. C’est LE médoc à avoir avec vous en voyage. Il vous sortira de bien des galères comme des angines carabinées, des infections cutanées sévères, ou des infections ORL susceptibles de vous péter un tympan (voire deux) pendant un vol.

Source photo : Giphy

8. Un anti inflammatoire / Cortisone

Outre l’aspirine qui peut faire office d’anti-inflammatoire, on vous conseille lors de longs séjours, de demander à votre médecin de vous prescrire des anti-inflammatoire, voire quelques cachets de cortisone (à consommer avec modération). Ces derniers sont efficaces pour traiter certaines infections, douleurs articulaires ou musculaires, et vous aideront à gérer la douleur, le temps de rentrer au bercail, ou de trouver un spécialiste sur place.

Source photo : Giphy

9. Un médoc contre les démangeaisons

En voyage, votre peau est plus exposée qu’habituellement. D’abord parce que vous passez votre temps à moitié à poil, ensuite parce qu’elle est un peu comme tata Claudine, elle n’aime pas trop le changement. Résultat : entre les allergies, les coups de soleils et les piqûres de ces p…. d’insectes, vous risquez d’avoir des envies irrépressibles de vous gratter. Pour vous éviter de vous écorcher vif, emportez avec vous des médicaments comme le Diprosone, et une crème hydratante pour préserver votre peau de bébé.

Source photo : Giphy

10. Un médicament contre le mal des transports

Si vous êtes du genre à être malade en voiture dès le 2ème virage, mieux vaut prévoir de quoi éviter de passer votre temps le nez dans un sac plastique, et de vous choper au passage, l’étiquette de relou de service. Des médocs comme le Dramamine ou de l’homéopathie feront très bien l’affaire. Sinon, vous pouvez tenter cette astuce anti mal des transports, qui consiste à boucher votre oreille opposée à votre main la plus agile (ou la moins maladroite). Ex : si vous êtes droitier, bouchez-vous l’oreille gauche. Ça peut sembler débile, mais c’est plus efficace qu’il n’y paraît (testé et approuvé sur un trajet de 8h en (très vieux) train entre Hanoï et Sapa et j’ai même pas vomi!)

Source photo : Giphy

Bon et évidemment on oublie pas que l’automédication c’est pas génial, donc si vous avez une douleur inhabituelle il faut consulter un médecin, même à l’étranger.

Source : Routard.com