Parfois on est sûr de son fait sans que rien de tangible ne vienne le corroborer. Alors on s’engage à fond et, indéboulonnable, on prend des paris. Si j’ai pas raison, je ferai la roue déguisé en paon dans la rue. Si j’ai pas raison, je me ferai une ablation du pénis. On connaît, vous voyez le tableau.

Et ensuite on a tort et on regrette.

1. Le maire de Mont-de-Marsan

Le type avait parié que Paris se qualifierait contre Barcelone en Champion’s League. Là où n’importe qui aurait parié 5 euros ou un jeu à gratter, lui s’est engagé à manger un rat si sa prédiction n’advenait pas.

Le mec s’est avalé un rat. Peinard.

2. Ce mec qui a dit qu'il sucerait tout le monde si Neymar signait au PSG

Jacquie et Michel s’en est donné à cœur joie maintenant que Neymar a signé.

3. Christine Boutin sur Chirac

Christine Boutin, c’est la madame Soleil de la dimension parallèle. La seule personne qui annonce la mort de quelqu’un, en l’occurrence Chirac, qui n’est pas mort, au milieu d’une année où tout le monde meurt.

4. La tennisman Eugénie Bouchard

Eugénie Bouchard s’était engagée à passer une soirée avec un inconnu si les New England Patriots s’imposaient face à Atlanta. Au moment de son pari, elle ne risquait pas grand chose, rapport au score, largement en faveur des Falcons. Du coup, Bouchard s’est retrouvée à devoir passer une soirée entière avec un inconnu, ce qu’elle a documenté sur Twitter pour avoir l’air sympa alors que tout le monde sait plus ou moins qu’elle est pas sympa du tout.

5. Bill Clinton quand il a dit qu'il n'avait pas du tout du tout couché avec Monica Lewinsky

Mais alors pas du tout du tout. Ou comment se retrouver dans une drôle de situation quand on est accusé, sperme à l’appui, d’avoir menti devant le Congrès. Mais Clinton s’en est tiré comme un chef, chef, grâce à sa capacité de mensonge hors du commun et sa propension à avoir l’air tout simplement un peu sympa.

6. Mélenchon sur Nyssen

Le nouveau député a commencé à accuser la ministre de la culture, Françoise Nyssen, d’être proche des sectes, comme si c’était Tom Cruise qui présidait aux destinées culturelles de notre nation. En vrai, c’était juste n’importe quoi, et Mélenchon s’est retrouvé gros Jean comme devant.

7. Ievgueni Kafelnikov sur Lleyton Hewitt avant un match de Coupe Davis en 2001

Alors numéro 2 mondial, Kafelnikov avait cherché à humilier ce pauvre Lleyton Hewitt en lui promettant une »petite leçon ». Après s’être fait plier en trois sets, Kafelnikov a eu le plaisir de voir Hewitt sortir son portefeuille en lui demandant combien il lui devait pour ladite. Humiliation 2000.

8. Valls façon "expliquer c'est déjà excuser"

Plus con que cette phrase, tu meurs. Déjà que le mec n’a plus beaucoup d’avenir politique, mais cet avenir est désormais à tout jamais lié à cette phrase de merde qu’on lui ressortira dès qu’il prendra la parole. Pauvre Manu, s’il sentait pas autant l’after shave, on aurait envie de lui faire un câlin.

9. Chirac qui devait se baigner dans la Seine

En 1988, Chirac, alors maire de Paris, promettait qu’il se baignerait dans la Seine à l’issue de son mandat, en 1994. Voilà. On commence à peine à pouvoir se baigner à Paris, plus de 20 ans plus tard, et Chirac est passé pour un débile qui ne tient pas ses promesses – et encore, à l’époque, il n’était même pas président de la République.

10. Fillon et la mise en examen

« Si j’étais mis en examen, je renoncerais à me présenter » martelait le champion de la Sarthe pendant la Primaire de la droite. Une preuve de droiture qui lui a coûté cher quand, mis en examen, il a tout simplement refuser de se retirer de la course. Ou comment se mettre tout seul dans une situation humiliante.

C’est vite dit