Les guerres ont souvent beaucoup de signes avant-coureurs. Des alliances se créent, des défenses se préparent, des plans se font. Mais il suffit parfois d’une seule personne pour mettre le feu aux poudres. Une goutte d’eau pour faire déborder le vase. Voilà ceux qui ont fait la petite action de trop qui a déclenché un gros conflit.

1. Gavrilo Princip (Premières Guerre mondiale)

C’est sûrement l’exemple le plus connu d’homme qui a tout fait péter en une seule action. Pour résumer l’affaire, suite à pas mal de différends entre les puissances européennes, notamment pour des histoires de colonies, deux blocs d’alliances se sont formés. D’un côté le Royaume-Uni, la France et l’Empire Russe forment la Triple Entente, et de l’autre l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie et l’Italie forment la Triple Alliance. L’Autriche-Hongrie avait annexé la Turquie des années plus tôt, ce qui ne plaisait pas aux Serbes. Le contexte était très tendu, et il aura fallu que Gavrilo Princip, un nationaliste serbe, tue l’archiduc François-Ferdinand, héritier de l’Empire austro-hongrois le 28 juin 1914, pour que tout pète. Une petite étincelle qui a mis le feu au poudre pour provoquer un des pires conflits de l’Histoire. Après, il faut pas se leurrer : ça aurait sûrement pété à un moment de toute manière.

Crédits photo (creative commons) : Unknown photographer

2. Georges Thierry d'Argenlieu (guerre d'Indochine)

L’Indochine française était un gros pays qui comprenait les actuels Vietnam, Laos, et Cambodge. Après la seconde Guerre Mondiale, la France avait gardé sa colonie, mais elle était affaiblie et les nationalistes de chaque territoire voulaient leur indépendance. Le Haut commissaire français Georges Thierry d’Argenlieu arrive en 1945, et lorsqu’un accord est signé pour reconnaître la République du Vietnam, il est pas trop content. Contre l’accord, il proclame alors une République de Cochinchine. Pour faire taire l’opposition, il fera aussi bombarder le port d’Haiphong par l’intermédiaire de son remplaçant. Résultat : 6000 morts, et le début d’une guerre que la France perdra en 7 ans et demi. Bien joué.

Crédits photo (creative commons) : Conrad Poirier (1912–1968) DescriptionCanadian photographerDate of birth/death17 July 191212 January 1968Location of birth/deathMontrealMontrealWork period1932-1960Work locationMontreal, Quebec, CanadaAuthority controlRKD: 406774

3. Rafid Ahmed Alwan al-Janabi (guerre en Irak)

Rafid Ahmed Alwan al-Janabi était un citoyen irakien qui avait fui le pays en 1999. C’est lui qui a raconté aux Américains que l’Irak préparait un programme de développement d’armes de destruction massive, déclenchant ainsi la guerre en Irak. Plus tard, il a avoué que tout ça c’était des conneries et qu’il voulait juste qu’on renverse Saddam Hussein. En tout cas, ça a bien arrangé les States qui cherchaient très probablement un prétexte pour attaquer le pays.

4. Igor Strelkov (Guerre en Ukraine)

Igor Strelkov, colonel russe, a affirmé avoir convaincu Poutine de mener la guerre en Ukraine et se compare désormais à Gavrilo Princip, auteur de l’attentat de Sarajevo (on en a parlé juste au dessus, un peu de mémoire s’il vous plaît.) Mais après avoir acquis le statut de héros en Russie, il gène maintenant Poutine et une partie de la population puisqu’il est devenu une grande figure de l’extrême-droite russe qui conteste plusieurs décisions du président.

Crédits photo (creative commons) : Dom kobb

5. Jules César (la Guerre des Gaules)

Même s’il vendait cette guerre comme une manière de se protéger contre les Gaulois, utilisant comme prétexte le sac de Gaule qui avait eu lieu bien avant, les historiens s’accordent à dire qu’en fait, le p’tit Jules il voulait surtout une belle conquête à son palmarès pour acquérir plus de pouvoir. On estime qu’il y a eu entre 100.000 et 1.000.000 de morts, selon les sources. Pas mal pour un petit caprice de général.

Crédits photo (creative commons) : Public domain

6. Naief Abazid (Guerre en Syrie)

En 2011, à 14 ans, pendant le Printemps Arabe, Naief Abazid tague sur un mur d’une ville syrienne : « c’est votre tour, Dr Bachar el-Assad ». Il fait ça un peu pour faire rire les autres. Sauf que ça ne fait pas rire les autorités, qui l’arrêtent et le torturent pendant un mois, avec 22 autres garçons. Les parents, inquiets de la disparition de leurs fils, ont alors organisé une marche de protestation. Les autorités ont ouvert le feu sur eux et tué deux personnes, puis libéré les garçons pour essayer d’apaiser la situation. Mais, trop tard, la guerre civile était lancée.

7. Alexandre le Grand (beaucoup trop de guerres)

C’est simple : par simple désir de conquérir, Alexandre le Grand, roi de Macédoine au IVème siècle avant JC, a mené des guerres dans une partie de l’Europe, de l’Afrique du Nord et une grosse partie de l’Asie, jusqu’à l’Inde. Il faut dire qu’il ne se prenait pas pour n’importe qui et aimait se mettre en scène. Il est même devenu pharaon d’Egypte. Comme quoi il ne faut pas forcément qu’il y ait des tensions pour qu’un seul mec arrive à foutre la merde partout.

Crédits photo (creative commons) : Jean-Pierre Dalbéra from Paris, France

8. Eris, la déesse de la discorde (Guerre de Troie)

D’accord, c’est de la mythologie, et alors ? Eris, déesse de la discorde, n’avait pas été invitée aux noces de Pélée et Thétis sur l’Olympe alors que tous les autres dieux l’étaient. Dégoûtée, elle a décidé de faire un joli bitch-move : elle a envoyé une pomme d’or avec la mention « pour la plus belle ». Pâris le Troyen a été chargé de choisir entre Héra, Athéna et Aphrodite pour désigner la plus belle. Il a choisi Aphrodite qui lui a alors promis l’amour d’Hélène. C’est à cause de ça que Pâris est allé enlever Hélène, la femme de Ménélas, déclenchant ainsi la Guerre de Troie. La déesse de la discorde porte bien son nom.

Crédits photo (creative commons) : Public domain

9. (Bonus) Celui qui a raté son coup : Dylann Roof (fusillade de Charleston)

En juin 2015, Dylann Roof est entré dans l’église africaine de Charleston pour tuer 9 personnes. Il voulait, selon ses propos, déclencher une guerre raciale. Eh ben c’est raté mon p’tit pote.

10. (Bonus 2) Stanislav Petrov, celui qui a empêché une guerre mondiale

Stanislav Petrov est mort en mai 2017, et on lui doit peut-être tous d’être en vie. En 1983 il était lieutenant colonel dans l’armée soviétique et était en charge de prévenir les éventuelles attaques nucléaires provenant des Etats-Unis. Le 26 septembre de cette année-là, le système de détection annonce que 5 missiles américains ont été lancés. Il aurait pu demander aux autorités de répliquer immédiatement, ce qui aurait bien sûr conduit à une 3ème Guerre Mondiale. Mais il a pris le temps de se dire que le nombre de missiles était trop faible et de vérifier les radars au sol (qui ne montraient pas la présence de missiles.) Il a finalement convaincu ses supérieurs de ne pas répliquer, et il a eu raison : les détecteurs s’étaient trompés. On peut le remercier pour sa lucidité.

 

« Un seul homme peut déclencher une guerre mais il faut être deux pour faire la paix. » OMG C BO.

Sources : Wikipedia, entre autres.