Alors qu’une partie du parti républicain réclame le retrait de Trump de la course à la présidentielle et que plusieurs ténors du mouvement ont affirmé qu’ils ne voteraient pas pour lui, la victoire du candidat semble très clairement compromise. D’autant qu’au-delà même de son parti, les défections se multiplient.

1. Son colistier

Mike Pence a déjà fait savoir qu’il était mal à l’aise avec les propos de Trump sur les femmes qu’il attrape par la foufoune. S’il lâche la barque, Trump va perdre son ami. Son seul ami.

2. Son coiffeur

Le coiffeur de Trump s’apprête à annoncer qu’il refuse désormais de cautionner les propos ET la couleur de cheveux du candidat républicain à la Présidentielle américaine. Encore une défection de poids quand on sait que l’image publique de Trump est essentiellement associée à sa coiffure.

3. Margaret Thatcher & Ronald Reagan

Un télégramme émis de l’au-delà vient de nous parvenir : Margaret Thatcher et Ronald Reagan jugeraient « Trump trop à droite pour (eux) ». Coup dur pour Trump qui perd ses soutiens piliers de l’au-delà, alors qu’on sait que les votants morts forment l’essentiel de son électorat.

Source photo : Giphy

4. Le Dr. Denfer

Le Dr. Denfer a fait savoir dans une tribune publiée dans Méchants Magazine qu’il retirait son soutien à Donald Trump au prétexte que l’élection à la présidence du candidat républicain « ne permettrait plus à des méchants comme lui de s’épanouir dans un monde trop chaotique pour que le bien y survive et mérite d’être combattu ».

Source photo : Giphy

5. Dominique Strauss-Kahn

Selon Dominique Strauss-Kahn, « le comportement de Donald Trump envers les femmes est dégoûtant et donne envie de devenir abstinent » selon un communiqué à paraître demain dans la presse américaine.

6. Vladimir Poutine

Entre deux réunions de crise sur la guerre en Syrie, Vladimir Poutine a pris le temps de revenir sur le cas Trump. Si le Président de la Fédération de Russie a décidé de renouveler son soutien à Bachar Al-Assad « Un méchant selon mon coeur », a-t-il dit, il retire par contre son soutien au candidat républicain à la présidence américaine, « trop vulgaire pour être digne de discuter avec les autorités russes et partir à la chasse avec moi ». Il a par ailleurs évoqué la possibilité de reconsidérer sa politique à l’égard des Femen à l’aune de la violence des propos tenus par Donald Trump.

7. L'empereur Palpatine

Contacté par liaison holographique, l’Empereur Palpatine, depuis Coruscant, a fait savoir qu’il n’accepterait pas d’accueillir Donald Trump dans sa galaxie lointaine au cas où celui-ci serait tenu de quitter la Terre. Cette annonce sonne comme un coup de tonnerre puisque Palpatine avait ouvertement pris fait et cause pour Donald Trump au cours des primaires républicaines.

Source photo : Giphy

8. Michael Corleone

Michael Corleone, un industriel proche de Donald Trump, a décidé de retirer son nom de la liste des soutiens du candidat à la présidence de la république américaine. Il aurait demandé le remboursement des sommes versées pour le financement de la campagne dans une proposition que Trump n’aurait pas pu refuser. Pour Monsieur Corleone, il s’agit de « préserver les intérêts de la famille Corleone et assurer la bonne marche de l’entreprise ».

Source photo : Giphy

9. La guerre

Malgré son emploi du temps extrêmement chargé, la guerre a accepté de répondre, lors d’une conférence de presse donnée depuis la ville assiégée d’Alep, à une question sur la présidentielle américaine. Et elle a tenu à clarifier sa position par rapport au candidat républicain : « En aucun cas et sous aucun prétexte je ne souhaite que l’honneur de la guerre soit bafoué par une quelconque association avec Donald Trump. »

10. Le chasseur qui a assassiné la mère de Bambi

Joint par courrier, le chasseur à l’origine de la mort de la mère de Bambi a affirmé par retour postal qu’il soutenait Hillary Clinton et ne souhaitait en aucun cas être associé à la politique de terreur prônée par Donald Trump.

Donald Trump est un cowboy. Donald Trump est de plus en plus solitaire. Donald Trump a une drôle de coiffure.

Pas de doute : Donald Trump est Lucky Luke.