Ils sont manipulateurs, machiavéliques ou schizophrènes, ils tuent les innocents à la pelle et violentent les jeunes femmes, ils aiment les jeux de pistes cruels et les boucheries. Et nous, on reste scotchés à l’écran, complètement fascinés par leur spectacle peu ragoûtant. Que seraient Frodon sans Gollum ou Sauron, Blanche-Neige sans sa belle-mère et Sacha sans la Team Rocket ? Un top de masochistes assumés, ces grands méchants du cinéma qu'on aime un peu, au fond.

  1. Dark Vador (Star Wars) : c’est LE méchant le plus célèbre du cinéma, celui dont la voix incarne le Mal absolu, qui n'hésite pas à faire du mal à son propre fils, mais qui en jette sévère avec sa cape noire. Et qu’on a beaucoup plus de mal à détester trente ans plus tard, lorsque l’on voit le visage mutilé d’Hayden Christensen se glisser sous le masque. Méchant peut-être, mais avec classe.

    Crédits photo : Wikipédia

  2. Catherine Tramell (Basic Instinct) : Elle est blonde, sulfureuse, et elle croise les jambes comme personne. CQFD. Oui, bon, elle est aussi manipulatrice, arrogante, dangereuse, et suffisamment dérangée pour poignarder ses amants au pic à glace en plein acte, mais on ne peut pas avoir le beurre, l'argent du beurre et Sharon Stone.

    Crédits photo : divineworld.blogspot.com

  3. Tony Montana (Scarface) : "Moi, c'est Tony Montana !" s'écrie un caïd mégalo et cupide avec un accent impayable. Une étoile est née. Des générations entières admireront cet ambitieux parti de rien qui s'est fait un nom avec son flingue avant de s'écrouler rongé par la cocaïne et détesté de tous. ... C'est amusant, mais formulé comme ça, ça fait tout de suite moins glorieux ?

    Crédits photo (creative commons) : Jaice

  4. Alex DeLarge (Orange Mécanique) : c’est un jeune adolescent, charismatique et fan de musique classique. Mais des fois, quand il s’ennuie, il va taper sur tout ce qui bouge et violer avec ses copains. Puisqu'il n'a aucune morale, le gouvernement va se charger de lui confisquer son libre arbitre au moyen d'expérimentations douteuses. Et nous de ressentir de manière assez étrange de l'empathie pour un monstre.

    Crédits photo (creative commons) : of Scotland

  5. Jack Torrance (Shining) : “Daddy’s home !” hurle Jack Nicholson en défonçant à la hache la porte derrière laquelle Shelley Duval s’est réfugiée. C'est ce qu'on appelle une entrée fracassante. On aime Jack Torrance surtout parce que Nicholson le magnifie et qu'il sera pour toujours le visage de la peur. Et celui qui nous fera détester les hôtels vides et éloignés de tout.

    Crédits photo (creative commons) : GIF ake

  6. Hans Landa (Inglorious Basterds) : Christoph Waltz se fait remarquer dans ce rôle de nazi sadique et polyglotte. Il est calme, aux antipodes du balourd allemand à casquette ne donnant des ordres qu'en hurlant dans la langue de Goethe. Le zèle dont il fait preuve dans sa chasse aux juifs est atroce, la tension insoutenable, et nous... on lui file un Oscar pour ça.

    Crédits photo (creative commons) : Galactinet Prensa

  7. John Doe (Se7en) : Décapiter Gwyneth Paltrow, ce n’est pas un geste qui force la sympathie, surtout quand on le fait avec un calme olympien. C'est peut-être les yeux de cochon d’Inde psychotique qui nous font craquer, mais "John Doe" aka "Monsieur X", aka "Kevin Spacey" est bien un redoutable psychopathe méthodique.

    Crédits photo : horror.com

  8. Anton Chigurh (No Country For Old Men) : Un monstre créatif, dont l'arme de prédilection est un fusil pneumatique traditionnellement employé pour abattre les bêtes. Est-ce parce que les coiffeurs ne le comprennent plus que Javier Bardem est un méchant aussi sanguinaire, patient, imprévisible ? Toujours est-il que ça l'excuse un peu, non ?

    Crédits photo (creative commons) : Peter Forret

  9. Le Joker (The Dark Knight) : Si Jack Nicholson avait déjà placé la barre très haut avec son personnage clownesque et tordu, force est de constater qu’Heath Ledger atteint ici des sommets de sadisme machiavélique, pour notre plus grand plaisir. Parce que Batman est gentil, mais sans le Joker, il n'aurait pas fait carrière.

    Crédits photo : fun-archives.blogspot.com

  10. Hannibal Lecter (Le Silence des Agneaux) : inoubliable Anthony Hopkins dans son rôle de monstre raffiné et manipulateur. Jodie Foster se place sous la coupe de cet éminent psychiatre à l’intelligence rare, dans une relation jubilatoire de fascination-répulsion. Oui, parce qu’accessoirement, le Docteur Lecter est très porté sur le cannibalisme. Chacun ses petits travers.

    Crédits photo (creative commons) : Dave Winer

Et aussi Micheal Corleone (le parrain, dont on aurait presque oublié que ce n'était pas vraiment un gentil), Alien, Le Requin des Dents de la mer, Terminator... Et vous, quels sont vos méchants adorés/détestés ?

Sources: AFI et Times Online

Crédits photo (creative commons) : Galactinet Prensa

Hey, tu fais quoi mardi prochain ? La Topito Comedy Night reprend pour une nouvelle saison. Réserve tes places.