DROP_Carre

Fan de rugby comme nous hein ? Alors on va s'entendre. Pour fêter ensemble les gros matchs du tournoi des VI nations, vous pouvez retrouver nos meilleurs tops et vidéos sur le ballon ovale ! De l'humour décalé, des placages de voyous faits par des gentlemen. Du Rugby et des tops, c'est DROP! notre plateforme dédiée à l'Ovalie !

Top partenaire [?]
Crédits photo (creative commons) : Anna Tesar

Alors que nos Bleus vont jouer leurs premiers matchs sous l'ère Guy Novès, on se demande un peu ce que vaut vraiment notre XV de France, et jusqu'où pourra t-il aller dans la compétition. Mais ne vous inquiétez pas : c'est bon signe. Imprévisibles et capables du meilleur comme du pire, les Bleus ne gagnent peut-être pas toujours à la fin, mais ils sont presque systématiquement impliqués dans les plus grands matchs des grandes compétitions. Pour vous, nous avons sélectionné 10 matchs des bleus aussi mémorables qu'un premier caramel. Et on ne parle pas du bonbon.

  1. France – Nouvelle-Zélande, Twickenham, 31 octobre 1999 (43-31) :
    Un Tournoi 99 catastrophique (4 défaites), une tournée qui suit où ils touchent le fond (humiliation chez les Blacks (64-10) et défaite historique contre... les îles Tonga). C'est donc une équipe de bras cassés (et privée de stars comme Castaignède, Califano et Carbonneau, tous forfaits) qui débute péniblement le Mondial 99 avec des victoires poussives contre les modestes canadiens et fidjiens. Mais qui pouvait imaginer ce qui arriverait à Twickenham en demi-finale contre la Nouvelle-Zélande ? Menés 24 à 10 après deux essais caterpillar d'un Jonah Lomu au sommet de sa forme, les Bleus vont sortir le match le plus improbable de l'histoire du rugby français. Dominici slalome au milieu des Blacks, Lamaison enchaîne les drops et les coups de pieds millimétrés, Richard Dourthe distribue les cartouches et fait chialer Tana Umaga. Le match parfait. On passera sur la gueule de bois qui a suivi et la large défaite en finale contre l'Australie...
  2. Australie – France, Sidney, 13 juin 1987 (24-30) :
    Faire une demi-finale de légende puis se prendre une taule en finale est une grande spécialité du rugby français. En 1987, pour la première Coupe du Monde, ils font l'exact opposé de 1999 en battant d'abord les Wallabies avant de se faire calmer par les All Blacks en finale à l'Eden Park. Alors qu'il y a égalité 24 partout à quelques minutes de la fin du match, les français nous offrent du grand n'importe quoi (on va dire que c'est le mouvement perpétuel) avec des passes dans tous les sens et une conclusion inespérée du grand Serge Blanco, tout en coin. Avec un total de 4 essais à 2 au final, les Bleus n'ont pas volé leur finale.
  3. France – Nouvelle Zélande, Cardiff, 6 octobre 2007 (20-18) :
    8 ans après la demi-finale légendaire de Twickenham, le rugby français a changé. Bernard Laporte a pris la tête de l'équipe de France et les joueurs eux, ont pris du muscle : dans ce 1/4 de finale disputé à Cardiff (alors que la Coupe du Monde se déroule en France, bravo l'organisation) c'est cette fois le courage des Bleus et leur défense héroïque qui fera tomber les Blacks. En début de match, les français viennent défier le Haka des Blacks les yeux dans les yeux et nous offrent le plus beau frisson de ce mondial. Puis le futur capitaine Thierry Dusautoir aligne 29 plaquages, et gagne son surnom de "Dark Destroyer". Au milieu de cette guerre de tranchée, un éclair va néanmoins illuminer la rencontre : une chevauchée fantastique de Frédéric Michalak, qui envoie ensuite habilement Jauzion à l'essai.
  4. Nouvelle-Zélande – France, Auckland, 3 juillet 1994 (20-23) :
    En France, on bat les All Blacks une fois tous les 4 ans, mais quand on le fait, c'est avec la manière. En 1994, l'équipe de France va faire encore mieux : l'emporter deux fois de suite, à Christchurch puis à Auckland. Le second test remporté 23 à 20 va accoucher du chef d'oeuvre du rugby français : l'essai du bout du monde. Quasiment toute l'équipe va toucher le ballon pour envoyer Jean-Luc Sadourny dans l'en-but.
    http://youtu.be/6iJ9YGzLZh8
  5. Angleterre – France, Twickenham, 16 mars 1991 (21-19) :
    Après l'essai du bout du monde, voici l'essai du siècle. En 1991 face à l'Angleterre à Twickenham, le futur sélectionneur du XV de France Philippe Saint André est à la conclusion d'une relance depuis l'en-but initiée par Berbizier et Blanco. Tout y passe : passe croisée, par dessus, coup de pied de recentrage, essai... fingers in the nose. Le match est perdu (21-19 pour le XV de la Rose) mais on n'en retiendra que cet essai qui fera le tour du monde. Enfin, des 6-7 pays qui savent ce qu'est le rugby en tout cas.
  6. France – Angleterre, Vincennes, 28 octobre 1900 (27-8) :
    Avant de revenir aux JO 2016 au Brésil, mais à 7 cette fois, le rugby a brièvement été sport olympique. Et en 1900 à Paris, c'est la France qui remporte le tournoi et la médaille d'or après une victoire face à l'Angleterre au Vélodrome de Vincennes. Le tout devant 6000 spectateurs, record d'affluence pour les jeux cette année-là. Parmi les médaillés, on retrouve Frantz Reichel, sportif accompli (athlète, boxeur, escrimeur, pilote automobile...) qui donne aujourd'hui son nom aux compétitions de rugby junior en France. Aux JO de 1920 et 1924, les français prendront cette fois la seconde place. Les deux fois derrière... les Etat-Unis. Et oui.
  7. Pays de Galles – France, Cardiff, 23 mars 1968 (9-14) :
    Le parcours de l'équipe de France dans le Tournoi des 5 nations n'aura pas été de tout repos. Punching bag à ses débuts à partir de 1910 (1 victoire en 28 matchs...) puis exclue entre 1932 et 1939, elle doit attendre 1958 pour connaître sa première victoire (partagée) dans le Tournoi. En 1968, elle réalise son premier Grand Chelem en allant l'emporter à l'Arms Park contre des gallois qui deviendront bientôt les terreurs du rugby européen (8 tournois remportés entre 69 et 79).
  8. Angleterre – France, Twickenham, 21 mars 1981 (12-16) :
    En 1981, on assiste au 3ème Grand Chelem des Bleus, après 1968 donc, et 1977 avec la bande à Fouroux. Lors de l'ultime match, il faut aller l'emporter à Twickenham, ce qui n'est jamais chose aisée. C'est pourtant ce que vont faire les Bleus, emmenés par une génération exceptionnelle: Dintrans, Berbizier, Codorniou, Blanco et bien sûr le capitaine Jean-Pierre Rives, qui gagnera la reconnaissance internationale et son surnom de « Casque d'Or ». C'est quand même plus classe que « l'homme des cavernes ».
  9. Angleterre – France, Twickenham 1er mars 1997 (20-23) :
    On ne se lasse jamais de battre les anglais, surtout chez eux. Avant-dernière journée du Tournoi des 5 Nations. Les équipes de France et d'Angleterre, toutes les deux invaincues, vont probablement se disputer la victoire finale. Menés 20-6 à la pause, les Bleus se réveillent en seconde mi-temps grâce au Full House de Titou Lamaison (1 essai, 1 drop, 2 pénalités et 2 transfo pour 18 points) et finissent par l'emporter en terre ennemie. La semaine suivante, l'Ecosse tombe au Parc des Princes et la France remporte son premier Grand Chelem depuis 10 ans.
  10. Afrique du Sud – France, Durban, 17 juin 1995 (19-15) :
    Les rencontres les plus mémorables n'accouchent pas toujours de victoires. En 1995, la France possède peut-être la meilleure équipe du monde. Mais ce jour-là tout était contre elle : le temps, l'arbitre et l'Afrique du Sud toute entière. Ca fait beaucoup. Sur une pelouse complètement inondée, les Bleus s'inclinent après voir vu deux de leurs essais refusés, et en encaissant un non-valable, de l'aveu même de son auteur. Benazzi lui échouera (ou pas ?) à quelques centimètres de la ligne en toute fin de match. Tant pis pour les français. Tant mieux pour la nation arc-en-ciel. Et pour Morgan Freeman qui gagnera un Oscar dans l'affaire grâce à l' « Invictus » de Clint Eastwood.

Et vous, vous en voyez d'autres des matchs mythiques du XV de France ?

Fan de Rugby ? Chez Topito, on a voulu profiter de la plus grosse actu Rugby de l'année pour partager avec vous nos meilleurs tops et vidéos sur le sujet !
Retrouvez tous nos contenus Rugby sur DROP!, notre plate forme dédiée à l'Ovalie. Du Rugby et des tops, c'est DROP!

DROP_CONCLUSION_1