Il y a des matchs qui comptent plus que d'autres, ceux qui peuvent décider du sort d'une génération de joueurs, et des occupations du sélectionneur dans les mois qui suivent. Certains soirs où le sommeil est un peu plus difficile à trouver, il n'est pas rare qu'on entende encore la voix de Thierry Roland hurler le nom d'un joueur bulgare... Retour sur 5 soirs décisifs pour les bleus.

  1. France 1 - 2 Bulgarie (1993)
    Le "crime" de Ginola (version Houllier), le chrono qui s'égraine, Roche qui se rate, Thierry Roland qui s'égosille dans un "Kostadinooovvvv!" qui n'en finit pas, Jacquet qui se prend la tête à deux mains... On a tous ces images en tête, dans un parc des Princes muet qui voit les portes d'embarquement pour les US se fermer devant ses yeux alors qu'on a le billet à la main. Cantona ne verra jamais la coupe du monde, Boli non plus. Jolie soirée.
  2. France 2 -0 Pays Bas (1981)
    Il y avait Batman, et il y a eu Platini. Dans les deux cas, quand tu as un problème, tu fais appel à eux. C'était le temps où l'Equipe de France n'avait pas encore de résultats, mais avait un tireur de coup-francs, quitte à s'y reprendre à plusieurs fois. Après il n'y avait plus qu'à battre Chypre pour aller devenir immortel pendant la coupe du monde en Espagne.
  3. France 2 - 3 Israel (1993)
    Il fallait 1 point en deux matches. Et quand tu es certain de les prendre après une victoire 4-0 à l'aller et que tu perds à la dernière seconde, ce n'est plus une grosse baffe que tu prends dans la tronche, mais un bon coup de boule. Un but à la 93ème minute, comme pour annoncer la catastrophe qui allait suivre contre la Bulgarie. Faut dire qu'avec des maillots aussi moches, fallait s'attendre au pire.

  4. France 3 - 1 Bulgarie (1977)
    Ca faisait 12 longues années que l'Equipe de France ne participait pas à la coupe du monde et il fallait battre les bulgares, déjà, couverts à l'aller par ce "salaud de monsieur Foot", dixit Thierry Roland. Les maillots sont un peu brillants et l'image incertaine, mais la frappe de Platini est elle bien pure. La France gagne le droit d'aller se faire taper par les cheveux longs en Argentine.

  5. France 1 - 1 Irlande (2009)
    On a tout dit et tout écrit sur le sujet. La "main de Dieu en moins bien" offre un voyage en Afrique du Sud pour les bleus, dans la douleur. Mais comme ils n'oublient rien et savent d'où ils viennent, les joueurs français mettront à profit cet épisode douloureux en sortant une coupe du monde 2010 extraordinaire. Thierry Henry, meilleur buteur de la compétition et capitaine, finit sa carrière au Zenith. Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants.
  6. (bonus) France 2 - 2 Bosnie (2011)
    La France pousse un grand ouf de soulagement avec l'égalisation dans les arrêts de jeu de Djibril Cissé qui, pour l'occasion, se fait faire un nouveau tatouage sur la pelouse à la fin du match. Certes l'Euro 2012 ne donnera rien à part la démission de Laurent Blanc à son terme, mais au moins ce 11 octobre ne restera pas comme un traumatisme dans le calendrier des bleus.

Et vous, vous en voyez d'autres des matchs de qualification où on a un peu serré les fesses ?