Graves ou non, il existe plein de maladies très communes en France et en Europe dont on n’a jamais entendu parler, soit parce qu’elles sont rarement diagnostiquées avec acuité par les médecins, soit parce que les malades eux-mêmes ne se rendent pas compte qu’ils sont malades et ne se présentent donc pas chez le médecin. Ce manque d’information peut avoir des conséquences dramatiques (ou pas si dramatiques), d’autant que des maladies comme la rosacée ou l’endométriose touchent près de 10% des populations qu’elles concernent. Il n’est pas inutile de rappeler leur existence.

1. La rosacée

La rosacée touche 4 millions de personnes en France dont seulement 12% sont diagnostiquées. En gros, la rosacée, ce sont des inflammations des vaisseaux sanguins sur les pommettes, le nez, le front, le menton et le contour des yeux : on devient tout rouge, la peau granuleuse, on peut avoir des petits boutons qui rappellent l’acné. Ensuite, la maladie, qui se déclare à partir de 25 ans, peut dégénérer (surtout chez les hommes et dans peu de cas) vers des gros nez de poivrots et des vaisseaux éclatés partout. C’est une maladie chronique, contre laquelle il n’existe pas de traitement infaillible, et dont le déclenchement est favorisé par la consommation d’alcool, de bouffe épicée, de liquides chauds en quantité et surtout surtout surtout par les changements de température (d’où un genre d’enfer en hiver quand tu passes du froid aux bureaux surchauffés). C’est très très chiant, parce que les gens pensent que tu as ça parce que tu es alcoolo, alors que tu as juste une maladie de peau. Si on a ce genre de symptômes, il faut consulter un dermato au plus tôt pour endiguer la maladie.

2. La bronchiolite

La bronchiolote est une maladie infantile, qui touche les enfants de moins d’un an et sévit surtout l’hiver. Ultra contagieuse, elle se transmet par virus et se manifeste par des symptômes de rhume, une toux, des difficultés à respirer, le tout pendant plusieurs jours. La maladie guérit le plus souvent d’elle-même, mais les parents tendent à identifier une bronchite ou un gros rhume et à filer plein de médicaments au gosse. Il n’y a rien à faire qu’attendre.

3. La mélioïdose

Selon les auteurs de l’étude, publiée dans la revue Nature Microbiology, la maladie qui se propage surtout par l’intermédiaire d’animaux, est difficile à diagnostiquer. La bactérie est de surcroît résistante à de nombreux antibiotiques. La maladie « tue beaucoup de gens de façon silencieuse », a expliqué Direk Limmathurotsakul, de l’unité de recherche en médecine tropicale de l’Université Mahidol à Bangkok, co-auteur de l’étude. « C’est une maladie sous-estimée et sous analysée », ajoute-t-il.

En Europe, on connaît mal la mélioïdose, une maladie infectieuse tropicale qui tue énormément de monde chaque année. Peu habitués au diagnostic, les médecins européens tendent à ne pas identifier la maladie, qui se propage à 165.000 nouvelles personnes chaque année pour environ 90.000 décès. Les déplacements de population du Sud vers le Nord sont à même de créer des formes épidémiques en France et en Europe. Et c’est pas marrant : maladie chronique, la mélioïdose engendre des abcès et des lésions au poumon qui déclenchent souvent un diagnostic de tuberculose erroné. Sauf que la mélioïdose crée le même genre de lésions à la rate, aux intestins, à la peau et au cerveau. Autant vous dire que les personnes atteintes ont pas la forme.

4. Les maladies parodontales

Tout le monde ne se lave pas bien les dents, et c’est là qu’on peut choper une bonne grosse maladie parodontale. Celle-ci consiste en une destruction des tissus constituant les gencives et les os de la mâchoire sur plusieurs dizaines d’années en raison de bactéries qui ont stagné sur la plaque dentaire. C’est vers 30 ans que la maladie se développe, et son évolution est très lente, ce qui explique pourquoi elle n’est souvent pas traitée car pas diagnostiquée. Autant dire qu’elle ne se guérit pas. Pour la détecter, il y a plusieurs indices : les saignements gingivaux lors des brossages, la rétractation des gencives, la perte de dents. Il faut se faire checker régulièrement par un dentiste.

5. L'endométriose

On ignore l’origine de l’endométriose, une maladie chronique qui touche quand même une femme sur dix en France. L’endométriose consiste en la colonisation de tissu hors de l’utérus provoquant des lésions et des kystes. C’est l’utérus qui est visé, mais la maladie peut toucher d’autres organes. L’endométriose provoque des douleurs très aiguës pendant les règles, les rapports sexuels, pendant qu’on pisse, et des douleurs lombaires et abdominales. C’est aussi une cause d’infertilité. Mais son diagnostic met généralement 7 ans à être établi, preuve du manque d’information dont jouit la population à son sujet.

6. La maladie de Lyme

La maladie de Lyme est transmise via une morsure de tique, qui peut survenir dans n’importe quelle promenade en forêt ou lors d’une simple séance de jardinage. La plupart des biotopes sont colonisés par les tiques et leur fréquentation est à risque. La maladie de Lyme prend depuis plusieurs années une ampleur qui alarme les médecins, lesquels évoquent une épidémie mondiale. La sous-détection de la maladie en Europe pose problème mais les scientifiques s’accordent à penser qu’un pourcentage important de la population est atteint, sans qu’un diagnostic idoine ait été réalisé : le chiffre d’un million de personnes atteintes en France a été avancé. La maladie présente plusieurs phases de plus en plus difficiles à vivre pour le patient, mais jusque récemment, seules les phases avancées étaient reconnues comme parties prenantes des maladies chroniques. Le regard est en train de changer. En gros, la maladie évolue d’une grosse fièvre avec des courbatures vers des complications articulaires importantes, pour faire simple.

Mieux vaut faire le check up complet offert par la Sécu, même si ça fait peur.