Le viol n’a pas toujours été considéré comme un crime par la loi. En France, il a fallu ainsi attendre 1980 pour qu’il puisse donner à lieu à une condamnation à de la réclusion criminelle. Mais nombreux sont encore les pays qui appliquent une législation scandaleuse en matière d’agressions sexuelles sur les femmes.

On va pas beaucoup se marrer, c’est pas trop l’objet.

1. En Inde, le viol conjugal n'est pas considéré comme un viol

Bah après tout, c’est ta femme, tu fais ce que tu veux, quoi. Et qu’elle n’essaie pas d’aller porter plainte, sinon elle pourrait être condamnée à un viol collectif par le chef de son village, comme ça a été le cas pour une jeune Indienne en 2013. Heureusement, la Justice indienne est intervenue et a condamné le chef du village et tous les protagonistes du viol collectif. Après coup.

2. Au Liban, il suffit d'épouser sa victime pour éviter les poursuites

Là encore, super logique : le principal préjudice causé par un viol, c’est quand même d’entacher la réputation d’une jeune fille ; donc, si tu assumes et que tu es prêt à te marier avec une nana souillée, c’est cool, on n’en parle plus. Du coup, on peut penser que les viols conjugaux, c’est juste de l’incompréhension.

L’horreur.

3. En Arabie Saoudite et au Qatar, les victimes de viols peuvent se voir inculpées pour adultère

Rassurez-vous, c’est pas automatique, ça s’applique juste si la fille se fait violer alors qu’elle sort toute seule dans la rue. Elle l’a bien cherché avec sa burka toute courte, aussi, à pavaner toute seule.

4. Au Pakistan, une femme violée peut être battue à mort par sa famille

Ce n’est pas une disposition légale, mais les auteurs de lapidation sont très rarement poursuivis. C’est une question d’honneur, vous voyez. Quand ta fille est violée, c’est la honte de dire bonjour aux voisins ensuite, normal.



5. Au Soudan ou au Yémen, les femmes sont considérées comme des demi-personnes

Du coup, elles n’ont pas le droit de témoigner devant une Cour de justice seule. Du coup, c’est coton de porter plainte pour viol, mais possible techniquement. Du coup, pour assurer le coup, on les a de toute façon interdites de s’exprimer sur des affaires de viol ou de maltraitance. J’imagine que ça n’empêche personne de dormir, puisque ce sont des demi-personnes.

6. En Guinée, les femmes ne disposent pas de leur corps

Ce n’est plus du mariage, c’est de l’acquisition. Si un connard de mari décide qu’il a envie de baiser, sa femme est foutue, elle est obligée de dire oui. Compte tenu du fait que 63% des femmes ont été mariées de force, on peut parler d’organisation nationale du viol légal.

7. En Irlande, les victimes de viol peuvent écoper d'un traitement judiciaire inhumain

Une victime de viol irlandaise a été arrêtée et emprisonnée  pour avoir refusé de confronter ses agresseurs au tribunal. Elle ne cherchait pas à les disculper, mais se sentait incapable de les affronter devant la Justice. Son arrestation a eu lieu après une tentative de suicide. Par ailleurs, ses agresseurs ont été acquittés.

Le Dublin Rape Crisis Center indique que le système judiciaire irlandais tend à traiter les victimes de viol comme des coupables. Le taux de viols ne donnant pas lieu à des condamnations en Irlande est parmi les plus élevés d’Europe.

8. Jusqu'à récemment, en Allemagne, la question de la volonté n'entrait pas dans la définition du viol

La loi vient d’être modifiée. Jusqu’à présent, seule la notion de violence était retenue pour caractériser le viol. Le consentement de la victime n’apparaissait pas dans la loi. L’évolution législative fait suite aux nombreux viols commis à Cologne à l’été 2016.

On peut se satisfaire d’être en France en lisant ça. On peut aussi se satisfaire des avancées notables en matière de répression des agressions sexuelles dans de nombreux pays du Moyen-Orient, et notamment au Maroc. On peut se satisfaire surtout d’être arrivé au bout de ce top absolument glaçant.