Crédits photo : Saint Hoax

Dans l’agréable parfum années 30 dont on nous asperge depuis les années 00, soit l’équivalent des années 20 du siècle dernier, l’Europe se dressait comme un rempart imaginaire à toutes les dérives du monde, au Moyen-Orient comme aux Etats-Unis. L’Europe, vieux sage incontinent de conseils en tout genre façon « plus jamais ça » et regardez comme on respecte les droits de l’Homme. L’Europe est en train de perdre, c’est indéniable, mais elle perd surtout de l’intérieur. Peu à peu, le progressisme d’antan fait place à des lois rétrogrades.

1. La dépénalisation des violences conjugales en Russie

Le parlement russe doit se prononcer incessamment sous peu sur un projet de loi dépénalisant la violence domestique. En gros, taper sur sa femme, ses enfants, ou son mari, ne sera plus considéré comme un crime. Le gouvernement russe justifie le projet par la nécessité de « sauver le modèle familial russe ». Ouiouiouiouioui.

2. La Pologne se retire de la Convention d'Istanbul

A l’heure où le Parlement européen a voté une résolution demandant à l’UE d’adhérer comme partie unique à la Convention d’Istanbul, qui oblige ses signataires à œuvrer pratiquement pour la défense des droits des femmes, le gouvernement polonais, extrêmement conservateur, a signifié qu’il comptait se retirer de ladite convention. La Pologne se positionne comme le seul pays européen refusant de venir en aide aux femmes victimes d’agressions ou de harcèlement. Trop cool.

3. La Hongrie et les lois anti-migrants

La Hongrie a légiféré pour autoriser son armée à utiliser des armes non-létales pour chasser les migrants. Les militaires n’ont pas droit de les tuer sur place, mais ils peuvent leur tirer dessus avec des balles en caoutchouc ou des équipements pyrotechniques, juste comme ça, même s’ils ne sont pas agressifs. Sans compter sur la formation autorisée de milices anti-migrants.

4. Au Vatican, les femmes ne peuvent ni voter, ni divorcer

Au Vatican (certes, ce n’est pas un Etat comme les autres), les femmes ne peuvent ni voter, ni divorcer. C’est quand même complètement dingue pour un truc situé au cœur de Rome.

5. La Pologne et la réforme du Tribunal constitutionnel

La réforme du Tribunal constitutionnel polonais, équivalent de notre Conseil constitutionnel, est très préoccupante. Le gouvernement pourra désormais directement nommer les juges qui y siégeront, ce qui entraîne un véritable danger pour l’état de droit polonais. Toutes les réformes engagées par le gouvernement réactionnaire pourraient se voir entérinées par la haute instance pour des raisons idéologiques et politiques, au mépris du respect de la constitution.

6. En Russie, 456 professions sont interdites aux femmes

Ces interdictions sont souvent basées sur des observations physiques. C’est vrai qu’une femme est pas assez costaude pour conduire un camion, quoi.

7. En France, l'Etat d'urgence n'est pas utilisé que contre les terroristes

Loin s’en faut. La plupart des perquisitions et placements en détention préventive concernent le droit commun. Amnesty International s’est fendu d’un rapport alarmant à ce sujet. L’Etat d’urgence est en effet pour les affaires non-terroristes une manière d’accélérer les procédures au mépris des droits des prévenus.

C’est quand même pratique la loi.

Hey, on vient de sortir notre premier jeu de société ! Commande-le dès maintenant.

Tu cherches des idées pour Noël ? On a déniché les cadeaux les plus cool :