Quand on aime les Beatles, souvent, quand on peut se le permettre, on ne compte pas. Ni les euros ni les kilomètres. C’est ainsi que nombre de fans se livrent à des pèlerinages qui passent par les lieux clés de l’histoire du groupe. Une histoire qui commence bien sûr à Liverpool…

1. Le Cavern Club (Liverpool, Angleterre)

C’est là que Brian Epstein, le manager des Beatles, les vit jouer pour la première fois, le 9 novembre 1961. Une salle mythique qui fut néanmoins détruite en 1973, avant d’être reconstruite, avec une partie des pierres d’origine, en face, au 10 Mathew St.. On peut y voir des formations y reprendre les Beatles dans une salle voûtée reconstituée et d’autres groupes dans une autre salle plus grande et moins axée sur la nostalgie.

2. Les maisons d'enfance des Beatles (Liverpool, Angleterre)

Les maisons où John Lennon et Paul McCartney ont passé leur enfance sont ouvertes au public. On peut respectivement les trouver au 251 Menlove Avenue et au 20 Forthlin Road. On peut aussi se rendre au 10 Admiral Grove, où a vécu Ringo Starr et au 12 Arnold Grove, où est né et a grandi George Harrison. Ces deux dernières maisons ne sont néanmoins pas des musées et restent pour le moment en tout cas, privées. Il n’est donc spécialement recommandé de s’y pointer pour chanter Yellow Submarine bourré à 3 heures du matin.

3. St Peter's Church (Liverpool, Angleterre)

C’est ici que John Lennon, alors dans un groupe nommé The Quarrymen, a rencontré pour la première fois Paul McCartney. Dans le cimetière attenant, on peut voir la tombe d’une certaine Eleanor Rigby, qui aurait inspiré à McCartney (il prétendit tout d’abord le contraire) la chanson du même titre qui figure sur l’album Revolver.

4. Penny Lane (Liverpool, Angleterre)

Chanson nostalgique écrite par Paul McCartney, Penny Lane ne parle pas d’une fille mais d’une rue de Liverpool que fréquentaient les Beatles avant de devenir célèbres. Tout comme Strawberry Field, elle exprime d’une certaine façon l’attachement des musiciens pour leur ville d’origine. Devenue célèbre, régulièrement visitée, la rue en question a vu nombre de fans voler ses panneaux au fil des ans.

5. Abbey Road (Londres, Angleterre)

Il faut aller à Abbey Road pour deux raisons. La première, c’est bien entendu pour voir de ses yeux le légendaire studio où les Beatles enregistrèrent si souvent. Il est plutôt difficile, pour le touriste, d’y entrer mais quand même. On peut toujours aller dépenser quelques livres dans la boutique attenante. La seconde raison d’aller à Abbey Road, c’est bien sûr le passage piéton. Le plus célèbre du monde. Celui que les Fab Four traversent sur la pochette de l’album Abbey Road et celui que des millions de personnes ont depuis traversé pour faire comme eux, ou tout simplement pour passer de l’autre côté de la rue…

6. Le 20 Manchester Square (Londres, Angleterre)

Vous voyez la pochette de Please Please Me, l’album paru en 1963 ? Et bien c’est là, dans ce qui étaient les bureaux d’EMI, que les Beatles ont posé. Dans la cage d’escalier, devant l’objectif du photographie Angus McBean. Bon, depuis l’endroit a été démoli mais les fans les plus hardcore qui ont vu tout le reste sauront s’en contenter.

7. La Beatles-Platz (Hambourg, Allemagne)

Si les Beatles sont nés à Liverpool, en Angleterre, c’est bien à Hambourg, en Allemagne, qu’ils ont fait leurs armes, jouant inlassablement, tous les soirs, devant des poivrots, dans des conditions hyper difficiles. Normal donc que la ville ait tenu à rendre hommage aux Quatre Garçons dans le Vent, en leur dédiant une place. Place sur laquelle figure une belle statue.

8. Le 3 Savile Row (Londres, Angleterre)

Jadis, c’était ici que les Beatles avaient installé les bureaux d’Apple Corps, leur maison de disques, avec un studio d’enregistrement au sous-sol. C’est sur le toit de ce bel immeuble que le groupe a joué son dernier concert le 30 janvier 1969.Rien à voir, mais c’est aussi dans cette rue qu’on peut trouver le tailleur où ont été tournés les deux films Kingsman.

9. Strawberry Field (New York, États-Unis)

Après la dissolution assez violente des Beatles, John Lennon s’exila aux États-Unis. En 1980, Lennon, sa femme Yoko Ono et leur fils Sean, vivent dans un appartement du Dakota Building. C’est devant cet impressionnant bâtiment tout près de Central Park, que Lennon s’est fait assassiner et c’est aujourd’hui de l’autre côté de la rue, dans Central Park, que l’on peut voir Strawberry Field, le mémorial dédié au musicien. Un endroit où il n’est pas rare d’entendre la musique de Lennon, reprise par des artistes locaux ou de passage.

10. La tour Imagine Peace (île de Viðey, Islande)

Qui aurait cru qu’on trouverait un truc en rapport avec les Beatles en Islande, sur une île un peu paumée qui plus est ! Et pourtant, c’est là que Yoko Ono a choisi d’installer un mémorial à son mari. Il consiste en une tour de lumière et n’est visible qu’entre le 9 octobre (date de naissance de Lennon) et le 8 décembre (jour de la mort de Lennon). On peut y lire la phrase « Imaginez la paix » en 24 langues différentes…

Sans oublier la boutique Beatles sur Baker Street, à Londres, à côté de chez Sherlock Holmes.