Se faire virer, ce n’est pas agréable du tout. Démissionner, en revanche, ça peut être agréable, surtout quand vous terminez votre lettre par « avec l’assurance de mes sentiments les plus aigres ». Mais se faire virer, ah ça non, c’est un mauvais moment à passer. Mais, même dans l’horreur, il existe une gradation. Ce n’est pas la même chose de se faire virer en tête à tête avec la RH ou de se rendre compte qu’on ne peut plus rentrer dans les locaux après un exercice d’évacuation. Pas du tout la même chose.

1. Une entreprise de Singapour a viré tous ses employés à l'occasion d'un exercice d'évacuation

Exercice d’évacuation : 5000 employés évacuent le siège social de leur boîte. Ils se rassemblent dehors selon les consignes qui leur sont données et entendent alors le message suivant :

« Chers employés – C’est avec émotion que je vous annonce que pour beaucoup d’entre vous c’était la dernière évacuation. À cause de la crise, nous nous séparons d’environ la moitié des effectifs. En rentrant, si votre badge ne fonctionne pas, c’est que vous faites partie de cette moitié, et vos affaires vous seront renvoyées par courrier demain. Nous avons agi de la sorte pour éviter de remplir les boîtes aux lettres de mails d’adieux par milliers, et aussi pour éviter des disputes dans les locaux. Nous vous souhaitons une bonne poursuite de carrière. S’il vous plaît entrez et tentez votre chance. »

2500 personnes virées d’un coup. Par contre, bonne nouvelle, il n’y avait pas d’incendie.

2. L'administration d'un comté anglais a viré tout le monde pour les réembaucher à moindre salaire

Problème de liquidités dans votre entreprise ? Pas de problème. L’administration du Shropshire a trouvé une solution : virer 6500 employés et les réembaucher en faisant baisser leurs salaires de 5%. Apparemment, c’était ça ou en virer 400 pour de vrai. Et c’est vrai que pour contourner une négociation salariale, c’est pratique. Le libéralisme, finalement, c’est rien que du pragmatisme et de la liberté.

Source photo : Giphy

3. Une boîte américaine organise volontairement une grève pour virer tout le monde

La boîte Gate Gourmet a été jugée en 2005 pour ça. En gros, les salariés avaient organisé un sitting pour protester contre leurs conditions de travail. Réponse de la direction au mégaphone : tous les grévistes sont virés, ainsi que les absents, qu’ils soient en vacances ou en arrêt maladie. 670 personnes virées. Là où c’est encore pire qu’on ne ne le pense, c’est qu’on a retrouvé une note RH indiquant la chose suivante : « Recruter et former […] de nouveaux employés. L’annoncer aux représentants syndicaux, provoquer une grève spontanée, licencier les grévistes et les remplacer par les nouvelles recrues préalablement formées. »

Coolos.

4. Une boîte de fibre optique déménage mais ne prévient pas les employés

En 2004, les 14 salariés de OCT, une boîte de l’Essonne spécialisée dans la fabrication de fibres optiques, arrivent au travail mais il n’y a plus d’endroit où travailler : l’entreprise anglaise avait vidé les locaux la nuit précédente. Au cas où ce ne serait pas suffisamment clair, les employés ont ensuite reçu une lettre précisant bien qu’ils étaient tous virés avec effet immédiat.

Sympa, quoi.

Source photo : Giphy

5. Une usine de conditionnement vire tout le monde par lettre, sans prévenir

Toujours en 2004, les salariés d’une usine de Normandie ont reçu une lettre recommandée leur indiquant qu’ils étaient tous virés et que le site fermait. Personne n’avait prévenu les employés, la décision sortait de nulle part, mais c’est vrai que c’est quand même la solution la plus pratique pour être sûr que personne ne s’organise pour contester la décision.

6. Une boîte de pièces automobiles va chercher ses employés et les forcent à se tailler

La Barre Thomas, une entreprise de pièces automobiles, a viré 309 de ses 1400 salariés manu militari. Les managers allaient chercher les ouvriers à leur poste de travail, les attrapaient par le bras, leur faisaient vider leur casier et les foutaient dehors sur la base de « tu bosses plus ici ». Dégagement immédiat : pas même le droit de dire au revoir à ses collègues.

Mais comme on n’est pas des chiens, les employés ont quand même eu droit à un dédommagement : des bonbecs. Sans rigoler.

7. Un employé d'une société de gardiennage viré par texto

Il n’est pas le seul, mais la méthode est plus prisée aux États-Unis qu’en France. Le type s’est levé un matin, et il a reçu ça : « Nous vous confirmons votre mise à pied conservatoire à compter de ce jour, cordialement ». Évidemment, il a saisi les Prud’hommes et gagné. On apprécie quand même l’attention portée à la cordialité.

Source photo : Giphy

8. Un salarié d'AOL viré par le patron dans une visioconférence devant 2000 personnes

En 2013, à l’occasion d’une visioconférence organisée par le patron d’AOL à laquelle énormément d’employés participaient, un salarié s’est fait dégager devant tout le monde. Le PDG faisait tout un laïus sur le sens du devoir et de l’engagement pour la boîte et, pendant ce temps-là, un des salariés prenait des photos. Réponse du PDG : « T’es viré. Tout de suite. » Tout le monde est mal à l’aise et pense que c’est une parole en l’air, mais pas du tout. Le lendemain, le mec reçoit une confirmation de son licenciement. Bonne ambiance.

9. Une employée disparaît des radars en dix minutes

Un jour Philipp avait rendez-vous avec une de ses collègues pour déjeuner le midi. Mais la collègue ne s’est pas pointée. Philipp est donc allé la voir à son bureau. Il n’y avait plus de bureau. Quand il a interrogé les collègues de la fille, ils ont fait comme si elle n’existait pas. Un type a fini par lâcher, quand même : « on l’a faite disparaître ». Ambiance Corée du Nord aux États-Unis.

Source photo : Giphy

10. Les salariés d'une boîte de l'Ohio appelés à voter pour savoir s'il faut ou non virer leur collègue comptable

C’est sympa la démocratie. Tellement sympa que le patron d’une boîte audiovisuelle de l’Ohio, qui n’était pas satisfait du boulot de la comptable, a décidé de consulter tous ses collègues pour savoir s’il fallait la virer ou non. On a organisé un vote à bulletins secrets et, soit que la comptable en question puait de la gueule, soit qu’elle ne rendait jamais les stylos qu’on lui prêtait, mais elle s’est fait virer par la vindicte populaire. Les synergies, l’esprit de groupe, tout ça, tout ça.

Le travail, c’est la santé, rien faire c’est la conserver.

Sources : Les Inrocks, Linkedin