La Playstation, c’est un peu comme la personne avec laquelle tu as fait l’amour pour la première fois : avec le recul, c’était très loin d’être parfait, mais quand tu y repenses, c’est malgré tout avec plaisir et empreint d’une douce nostalgie… Si bien qu’il t’est difficile d’en dire du mal. Pour autant, quand tu t’y remets (à la Playstation, pas à ton ex) force est de reconnaître qu’elle a pris un sacrée coup de vieux et que tout n’est pas tout rose : 3D et textures dégueulasses, graphismes littéralement taillés à la hache, polygones et pixels apparents : y’a franchement de quoi saigner des yeux. Pas de panique, on est là pour te permettre de te rabibocher avec ce doux souvenir.

1. Oddworld : L'Odyssée d'Abe (1997)

Encore aujourd’hui, le jeu reste un must de la plate-forme, avec sa DA simple, épurée pourtant chargée de poésie, son univers cohérent, plein d’humour tout en restant franchement retors : on va pas se mentir, y’a pas grand monde ici qu’a sauvé les 99 Mudokons, hein…? On est vraiment là sur un des tous meilleurs jeux de la PS1. Le soft a plus de 20 piges, mais réalisé en 2D, il reste étonnamment frais, jouable et tout à fait actuel. A rejouer les yeux fermés.

2. Heart of darkness (1998)

Jeu de plateforme plutôt classique dans sa forme, en 2D, se déroulant écran par écran, HOD avait pas mal fait parler de lui à sa sortie, notamment du fait de la minuscule équipe qui l’a accouchée (12 personnes) et par le temps de développements qui leur a été nécessaire (6 ans !). Force est de reconnaître que les mecs ont fait du bon boulot, réalisant un jeu presque cinématographique, très maniable, et superbe pour l’époque. Son style cartoon, la fluidité de son animation ainsi que ses niveaux riches en détails en font un jeu très largement jouable, à l’instar de certains jeux de plateforme de notre bien-aimée Super Nes.

3. Grand Theft Auto (1997)

1er jeu de la série mythique qu’on ne présente plus, il avait déjà grandement défrayé la chronique en son temps, par son approche résolument trash et immorale. Le protagoniste principal, un gangster notoire, y enchaînait les missions (illégales évidemment) en vue du dessus pour notre plus grand plaisir. Déjà à l’époque, écumer les rues de Liberty City, à la recherche d’un forfait à commettre était des plus grisant. Étonnamment, il passe toujours plutôt bien, du fait de son parti pris graphique « minimaliste » qui déjà à l’époque, lui donnait un côté décalé et intemporel. La liberté d’action et la nostalgie font le reste.

4. Kula world (1998)

Un peu moins culte, mais tout de même pas mal en vue à sa sortie, pour l’originalité de son concept (à l’époque), ce jeu de plateforme 3D, flirtant avec le puzzle game, nous mettait aux commandes d’un petit ballon de plage (oui oui) qu’il fallait diriger dans de complexes labyrinthes en 3 dimensions. A la fois simple, de par son concept, et rapidement complexe, du fait du level design, le jeu avait tout de même de quoi nous faire tourner la tête, au propre, comme au figuré, sur un peu plus de 150 niveaux de plus en plus difficiles. Bien qu’en 3D, il passe toujours crème, notamment du fait de la simplicité du rendu visuel de ses décors.

5. Rayman (1995)

Jeu de plateforme mythique, qu’on ne présente plus, Rayman se paie également le luxe d’être le doyen de ce top. Tout droit sorti du cerveau génial de Michel Ancel, le jeu a d’abord été édité sur Jaguar (sur quoi ?) avant de voir le jour sur la console de Sony. Beau, coloré, varié, et plutôt drôle, il s’impose rapidement comme un jeu de plateforme classique de la PS1. Comme Heart of Darkness, son rendu cartoonesque en 2D le rapproche de certains jeux de la Super Nes, et le rend encore tout à fait jouable aujourd’hui.

6. Micro Machine V3 (1997)

Jeu de courses en vue du dessus mettant en scène les petits véhicules de notre enfance, Micro Machine V3 a marqué son temps, principalement pour son intérêt en multijoueurs (jusqu’à 8 !) et pour la grande richesse de son contenu (courses et véhicules). Très rythmé, et pas si facile à prendre en main, il a mis les réflexes et les nerfs de nombreux joueurs à rude épreuve : rien que pour ça, il mérite sa place dans ce top. Bon, visuellement il a quand même un peu plus vieilli que les autres, avec des décors souvent kitchs, et pas toujours très jolis, mais le gameplay reste tellement pêchu et jouissif qu’on est prêt à lui pardonner ces petites imperfections.

7. Les Chevaliers de Baphomet (1996)

Le mythique point-and-click de Revolution Software, premier opus d’une série qui a depuis fait date auprès des amateurs du genre, transporte le joueur aux 4 coins du mondes, sur les traces de l’Ordre des Templiers. Jeu d’aventure au scénario riche et bien ficelé, et aux énigmes complexes, parfois raillées pour leur côté farfelues, il n’en reste pas moins un des précurseurs du genre, et une référence en la matière. L’histoire tient bien la route, les graphismes façon dessin-animé n’ont pas tant vieilli que cela : c’est un oui positif !

8. Herc's Adventures (1997)

Un petit jeu d’aventure, en 3D isométrique, aux graphismes un peu à l’ancienne, se déroulant dans la Grèce Antique. On y incarne au choix Hercule, Atlanta ou Jason, et on a pour objectif de délivrer Perséphone, et d’aller coller une petite branlée à Hadès au passage. Pas si « connu » que ça, il a pourtant reçu un excellent accueil critique à l’époque, et c’est vrai qu’il est plutôt agréable à (re)jouer. Le must étant les partie à 2 joueurs, en coop…! Côté graphisme, la 3D isométrique continue de bien passer, tout comme les décors, encore une fois assez « cartoonesque » et on ne saurait que trop vous recommander de goûter ce petit jeu des plus rafraîchissant.

9. Final Fantasy IX (2000)

Bon celui-là est un peu plus discutable, mais on ne se sentait pas de faire un Top 10 PSX sans citer un seul FF… Depuis le VII, et le VIII, les progrès graphiques sont réels…. même si bon, les personnages par exemple ne sont pas toujours modélisés de manière très très fine… N’empêche, la direction artistique globale, les musiques, le plaisir de jeu inchangé depuis la toute première heure en font une oeuvre magistrale, avec un potentiel de rejouabilité réel. Fais pas trop ta diva sur ce coup là et ça devrait passer…

10. Hercule (1997)

« Quoi, 2 fois Hercule dans ce top, mais tu te fous de nous Topito ou quoi ?! » Eh oh, on se calme, c’est nous qu’on décide ici OK ?? Pour nous, l’adaptation vidéoludique de l’adaptation Disney du mythe d’Hercule (tu suis ?) mérite largement sa place ici : ses pixels n’ont (presque) pas pris une ride, le rendu graphique est donc toujours aussi sympa. Le gameplay varié, les voix françaises au top et le (vieux) système de password finissent de lui conférer un charme particulier, malgré une durée de vie certes un peu légère. N’empêche, c’est toujours un plaisir de le relancer…

On a hésité à mettre la série des Crash Bandicoot, parce que même si on est définitivement fans, et qu’on y joue toujours avec plaisir, il est difficile de dire que ça n’a pas pris un petit coup de vieux… Vous en voyez d’autres ?