fifty shades
Crédits photo (creative commons) : J. Gimme

Le battage autour du livre "Fifty Shades of Grey" a dévoilé une niche dont on avait mal mesuré l'ampleur : celle de ces amatrices de "mommy-porn" qu'on ne soupçonnait pas forcément. Une étude de l'Ifop pour Femme Actuelle a mesuré, auprès d'un échantillon d'un millier de femmes françaises majeures, l'évolution des pratiques, des fantasmes et du rapport à l'offre érotique et pornographique. Une étude palpitante qui décomplexera certaines femmes, celles qui réaliseront que leurs envies sont assez répandues, et qui rendra service aux hommes qui apprendront qu'ils ne sont pas les seuls à avoir "des besoins".

  1. Le pire tue-l'amour pour une femme, ce sont les commentaires obscènes
    Commenter crument la situation est cité par davantage de femmes qu'oublier les préliminaires ou une totale passivité. Donner son avis avec des mots douteux est un comportement qui fait fuir (oui, ça inclue très largement "prends ça morue"). C'est officiel, ça n'a pas que du bon le porno : Youporn nous a fait beaucoup de mal à nous les hommes.
  2. Le sex-toy contribue à l'amélioration de la vie sentimentale
    Elles sont paradoxalement plus nombreuses, 38%, parmi les femmes qui se disent comblées par leur vie amoureuse, à avoir fait appel à des gadgets, que celles qui se disent insatisfaites par leur relation de couples, 32%. Conclusion : à la prochaine Saint Valentin, messieurs, ravalez un peu votre amour propre et misez sur des trucs qui fonctionnent avec des piles.
  3. Recevoir une fessée est plutôt une pratique de droite
    Contrairement à la fellation et à l'échangisme qui seraient plutôt de gauche. 28% des sympathisantes FN se sont déjà faites "fessées", contre 21% des sympathisantes UMP ou PS et seulement 12% des électrices du Front de Gauche. La gauchiste accepte mal la domination, même au lit.
  4. Une majorité de femmes a déjà visionné un porno avec son partenaire ou envisage de le faire
    41% des femmes interrogées ont déjà regardé un film pour les grands en couple et 15% comptent le faire. Ça fait 56% de conversations hypocrites, quand vous, en vrai bonhomme, vous réussissez à lui balancer "non moi, ce genre de filles, ça ne me plait pas du tout..."
  5. Plus d'une femme sur trois prend davantage de plaisir en s'imaginant avec un autre homme
    C'était donc ça... Elles sont 35% à fermer les yeux pour se concentrer sur quelqu'un d'autre : même une femme pour 15% d'entre elles, et plusieurs hommes pour 21% des personnes interrogées. 5% déclarent prendre du plaisir, pendant l'acte, à imaginer leur homme s'ébattant avec un autre homme. Un conseil, tout simple : ne lui demandez jamais "et là tu penses à quoi ?", elle pourrait vous répondre.
  6. Non, on ne peut pas faire tout et n'importe quoi
    En tout cas pour 60% des femmes interrogées. Un quart d'entre elles ouvre une porte et veut bien un peu de fantaisie tant que ça reste exceptionnel. 16% sont prêtes à tout. Oui, à tout, pourvu que ce soit demandé gentiment. Damned, c'était ça le secret ?
  7. Le chantage affectif ne marche pas. En tout cas pas toujours
    Seules 15% des femmes disent être prêtes à accepter tous les fantasmes les plus lubriques pour garder leur homme. Ce chiffre est légèrement plus élevé chez les catholiques pratiquants et dans les communes rurales. Pour les autres, se déguiser en Chewbacca, c'est non et pis c'est tout.
  8. Plus les femmes vieillissent, plus il y a de chance qu'elles aient déjà lu un livre cochon
    Dit comme ça, c'est logique. Mais dans les chiffres, cela signifie que 41% des 25-34 ans ont déjà feuilleté un livre adulte et que 70% des plus de 65 ans en ont lu. Fermez les yeux et imaginez ces dernières... Ca y est. Maintenant vous pouvez essayer d'enlever cette image de votre tête pour le reste de la journée.
  9. Une femme sur dix a déjà filmé ses ébats avec une caméra ou un téléphone portable
    Messieurs, regardez autour de vous au bureau. Sur les dix collègues féminines que vous voyez, il y en a une pour laquelle il existe une sex-tape. Maintenant, essayez de reprendre le boulot.
  10. Parmi les lectrices de romans érotiques, une bonne moitié le cache
    Et certaines le font pour ne pas passer pour des nymphomanes, d'autres pour ne pas passer pour des frustrées, et enfin certaines pour ne pas avoir l'air coincée. Cette étude montre donc que certaines femmes répondent n'importe quoi aux sondages qui parlent de cul.

Maintenant, vous savez...

Source : Ifop