Crédits photo (creative commons) : Gui Rio

C'est un critère qu'on néglige trop souvent quand on décide de l'achat d'une voiture : est-elle adaptée à des activités de sèsque si d'aventure une urgence survenait (bouchons interminables, auto-stoppeur sympathique, constat à l'amiable qui devient de plus en plus amiable... etc)? Le concessionnaire vous explique que vous pourrez aisément caser un siège-bébé sur la banquette arrière, mais ne précise pas si vous pourrez le concevoir au même endroit. Et ces négligences des vendeurs pourraient vous mettre dans l'embarras le jour venu et vous rappeler que le sexe en voiture, ce n'est pas de tout repos..

  1. C'est limite prudent
    Lancé à 130km/h sur l'autoroute, ce n'est pas prudent de téléphoner, ni de faire des cochonneries. Et encore moins de faire des cochonneries avec un téléphone. On ne le répètera jamais assez : avant de faire du sexe, garez-vous sur la bas-côté et enfilez un gilet jaune pour sortir couvert.
  2. On ne peut pas faire boire son (sa) partenaire pour arriver à ses fins
    Puisqu'il est hors de question de rentrer dans une voiture avec plus de deux verres derrière la cravate, votre partenaire doit être d'accord AVANT. Ou alors, il faudra utiliser des arguments plus subtils une fois au volant (du genre : "je crois que j'ai trouvé mon âme-soeur").
  3. On est limité en nombre (ou en taille)
    Si vous êtes du genre partageur, il faudra miser sur un modèle familial, ou carrément sur un utilitaire. Ce n'est pas au moment de débuter les hostilités qu'il faudra se rendre compte que les sièges ne peuvent pas se rabattre et que le levier de vitesse pourrait devenir limite dangereux. N'hésitez pas à contacter votre concessionnaire en amont pour vous en assurer.
  4. Pas d'accès direct à la salle de bain
    Ni au frigo pour reprendre un cocktail vitaminé avant de remettre le couvert, ni à la boite à pharmacie en cas de griffure, ni à la cafetière pour amener à son ou sa partenaire la petit déjeuner au lit. Il faut donc multiplier les allers-retours à la supérette. Le sexe en voiture, c'est pire que le camping.
  5. Le risque d'être déconcentré par des badauds
    En effet, comment être totalement à son affaire quand un sympathique Roumain prend l'initiative de passer un coup de raclette sur votre pare-brise ou que vous prenez une prune pour stationnement gênant ?
  6. La difficulté de filmer ses ébats
    Si une chambre offre en général suffisamment de profondeur de champs pour ne pas craindre de sortir du cadre à chaque initiative, une bagnole montrera rapidement ses limites (à moins de miser sur des TRÈS gros plans...) et vous risquez d'être déçu, au moment du montage, par la faiblesse de la mise en scène.
  7. Un supplice pour vos suspensions
    Et quand le mec de chez Midas vous demandera si vous prenez quotidiennement des départementales de campagne mal entretenues, vous serez bien emmerdé.
  8. Le risque de se faire percuter par un connard pendu au téléphone
    Et bien que vous soyez dans votre bon droit, l'autre con ne manquera pas de signaler dans le constat que vous aviez un slip dans la main et le froc sur les chevilles au moment des faits. Et si l'on s'en tient à la jurisprudence récente, ça ne sera pas en votre faveur.
  9. La difficulté de maintenir une ambiance sonore sensuelle
    Vous avez trouvé une station qui passe du Marvin Gaye, mais les chansons sont entrecoupées de messages de votre GPS vous signalant des difficultés de porte de Bagnolet ou de points "info-trafic" sur 107.7 qui signale une biche vue sur l'A10 au kilomètre 54. Vous pourriez couper ces informations, mais ce ne serait pas très prudent.
  10. Les problèmes récurrents de stationnement
    C'est déjà compliqué de trouver une place en ville, mais en plus vous devez éliminer les espaces de stationnement à proximité des écoles, des commissariats et les lieux de culte. Sans compter que la plupart des stationnements vous demanderont de bouger toutes les 2 heures. Il reste bien les parkings, mais la plupart sont payants. Et payer pour du sexe, jamais!
  11. (bonus) Vous ne vous déplacez qu'en Autolib
    Et forcément faire du sesque là ou n'importe qui vient de s'asseoir, en sortant de chez Leroy Merlin par exemple, ça a quelque chose de dérangeant. Surtout que la place est encore chaude. La voiture électrique d'accord, mais un lupanar électrique ambulant et public, pas encore.

Alors, on passe la seconde ?