Il y a plein d’îles en France, y compris sur la Seine. 117, c’est le nombre d’îles que l’on peut croiser en longeant la Seine. Ok, on ne va pas se mentir, sur le lot, seules quelques-unes valent d’y jeter l’ancre. Que ce soit pour une balade champêtre, pour une pause dej’ en plein centre-ville, ou le temps d’un week-end sur les traces d’histoires insolites, voici 9 îles qui plairont à tous les insulaires dans l’âme.

1. L'île Saint-Étienne (77) dite l’île-prison

Ne vous fiez pas à son nom, l’île Saint-Étienne se trouve bien à Melun dans le 77. De cet îlot de 1200 mètres de long sur 170m de large, la ville s’est peu à peu développée depuis le temps des Romains. En 1808, les bonnes sœurs de l’ancien couvent vont céder leur place à des âmes moins charitables, avec la transformation du bâtiment en centre de détention. L’Alcatraz du 77 était né. Depuis 1977, la prison a perdu de sa splendeur et n’accueille plus les VIP des crapules, préférant les condamnés à de courts séjours et ceux proches de la quille.

View this post on Instagram

Melun

A post shared by @ kev_india on

2. L'île aux Cygnes (75) dite l’île à l’aérodrome (et à la Statue de la Liberté)

Cette île artificielle créée au début du XIXème siècle a longtemps servi d’entrepôt industriel et de déchetterie à ciel ouvert, avant que l’effondrement du pont de Grenelle en 1873 n’oblige les autorités à réaménager les lieux. L’île aux cygnes devint alors un espace propice à la promenade, jusqu’à ce qu’en 1932, un architecte proposa de transformer cet espace de 900 mètres de long en un petit aéroport de centre-ville, pile au pied de la Tour Eiffel… Évidemment, le projet ne vit jamais le jour. Aujourd’hui inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, l’île reste un écrin plutôt préservé où se croisent joggeurs, marcheurs, pique-niqueurs et simples touristes qui viennent notamment admirer une des 7 répliques parisiennes de la statue de la Liberté.

3. L'île Saint-Denis (93) dite L'île des hommes à hublots

L’île Saint-Denis est la seule île-commune de la Seine. Quant à ses habitants, ils ont sans doute le nom le plus classe du monde : les Ilodyonisiens ! Elle abrita longtemps une population de pêcheurs, mariniers et ceux qu’on appelait jusque dans les années 40 : « les scaphandriers de la Seine ». Depuis, l’île Saint-Denis a mué en port industriel, avant de normalement accueillir le village Olympique lors des JO de 2024.

4. L’île de la Loge (78) dite l’île aux vaches vip

Mais ça c’était avant. De la fin du XIXème siècle jusqu’à celle de la Première Guerre Mondiale, l’île de la Loge située à Bougival accueillit une ferme-château surnommée « Jersey Farm » où fut expérimenté la première traite électrique de vaches en France. Importées de l’île de Jersey, ces dernières y étaient particulièrement chouchoutées, s’abreuvant d’eau du puits, celle du fleuve étant déjà jugée trop polluée, elles dormaient dans des étables carrelées de faïence bleue et recouvertes de sable fin changé tous les jours. Le lait issu de l’exploitation était ainsi particulièrement recherché par les fines gueules de l’époque et notamment par les chefs cuisiniers des grands hôtels parisiens. Aujourd’hui, moins illustre qu’hier, l’île de la Loge accueille entre-autre un centre des compagnons d’Emmaüs ainsi que le Centre Sports et Loisirs de la Banque de France.

5. L’île de Villennes (78) dite L'île des milliardaires

La légende voudrait qu’un célèbre viking y ait enterré le trésor de ses conquêtes du côté de Poissy et de Lutèce. Problème, ces chevelus un peu bourrus se seraient entre-tués avant d’avoir eu la riche idée d’indiquer où ils avaient planqué la maille. Le trésor se trouverait encore aujourd’hui bien planqué sous une des 111 villas luxueuses construites depuis les années 30, donnant au lieu son surnom d’île des milliardaires.

6. L'île du Platais (78) dite l'île des premiers nudistes

De 1927 jusqu’aux premiers coups de canon en 1939, l’île du Platais à Medan réunissait une communauté nommée Physiopolis, fondée par 2 médecins, qui préconisaient de vivre dans le plus simple appareil. Un slip et un cache-seins pour ces dames, une tente en guise de toit, et tout était réuni pour partager un moment entre personnes de bonne compagnie. Attention, ça n’avait rien à voir avec l’ambiance du Cap D’Agde, le domaine de Physiopolis annonçait surtout 10 ans à l’avance la société des loisirs et les premiers congés payés. Aujourd’hui, si l’île a grandi et a vu la lumière avec l’arrivée de l’électricité, elle reste sauvage à sa façon.

View this post on Instagram

La piscine !!! #wakecity

A post shared by Nicolas "KanaR" Desgardin (@kanar_ride_travel) on

7. L’île de la Jatte (92) dite l’île aux impressionnistes (et aux riches aussi)

Réserve de privilégiés nichée aux portes de Paris, l’île de la Jatte a d’abord été festive avec ses célèbres guinguettes, et limite mal famée à cause de ses bandits et filles de petite vertu. Ce capharnaüm attira les artistes (Money, Sisley, van Gogh…) qui s’y installèrent un temps, inspirant au lieu son surnom d’île aux impressionnistes. Plus tard, c’est un pôle industriel automobile et aéronautique qui squatta les parages avant de plier boutique et de rendre les clés à de riches propriétaires qui y installèrent leurs belles demeures.

8. L’île de la Cité (75) dite l’île monument

Peut-être la seule cité que les vrais Parisiens verront dans leur vie. Et pour cause, pas besoin de s’aventurer au-delà du périphérique pour venir se dévergonder sur cette île qui abrite, entre autres joyeusetés : la cathédrale Notre-Dame, l’Hôtel Dieu, la Conciergerie et, clou du spectacle, le fameux 36 quai des Orfèvres ! L’île de la Cité, en plus d’être la plus touristique, est aussi la seconde plus grande île naturelle de la Seine avec une superficie de 22,5 hectares, soit l’équivalent d’une vingtaine de terrains de foot.

9. L’île Saint-Germain (78)

Cette ancienne île militaire a été réaménagée au début des années 80 avec, d’un côté, un parc départemental qui attire sportifs, familles et curieux en balade, avec en point d’orgue la sculpture monumentale appelée la Tour aux figures. De l’autre, l’île Saint-Germain s’urbanise avec des demeures d’architectes et d’artistes qui voisinent quelques bureaux, mais aussi des jardins ouvriers, qui n’en ont sans doute plus que le nom.

Si vous préférez l’ambiance cocotiers, eaux turquoises et plages de sable blanc, Topito a aussi ce qu’il faut (là où il faut)!

Source