Ils constituent ce patrimoine panthéonique français, éternels souvenirs qui vivent dans nos mémoires à défaut de toujours exister dans la réalité. Ces magasins de notre enfance (ou de celle de nos arrières grands-parents) qui assiègent notre cœur de souvenirs mêlant tendresse et allégresse. Hommage nostalgique. On ne vous oublie pas, les gars.

  1. Mammouth, disparu en 2009

    Crédits photo (creative commons) : Jayce2007

    40 ans d'existence, une nomination et un logo qui marquent, et surtout, des blagounettes en rafales et de hautes volées qui demeurent indélébiles dans l'esprit, souvenirs d'enfance qui mènent à l'oeil quelques gouttes tendrement humectées : "Ta mère, elle est tellement grosse, que quand on la croise chez "Mammouth", tout le monde l'appelle patron". L'émotion, toujours.

  2. Rallye, disparu en 2005

    Source photo : Les marques disparues

    1945-2005. Putain de longévité pour un petit magasin créé par un brestois juste après la guerre (un breton qui a du fric à investir juste après l'occupation allemande ? Hum...), qui parvint à ouvrir un hypermarché en 68 (tout le monde ne peut pas faire la révolution sexuelle et sociale hein), et à racheter en 1985 les fameux Coop de Bretagne (je vous entend déjà dire : "impossible". Mais si, c'est bien vrai !). Si l'enseigne est définitivement rachetée par "Casino" en 2005, on pourra toujours se consoler en passant la nuit dans l'hôtel "Formule 1" de Caen.

  3. Prisunic, disparu en 2003

    Source photo : Les marques disparues

    La lutte des classes théorisée par Marx au XIXe siècle, toujours d'une brûlante actualité au XXIe. Encore une fois, ce sont les méchants gros capitalistes enlaidis et spoliateurs qui gagnent, et les gros bourgeois de Monoprix qui finissent par bouffer les prolos de Prisunic, dès l'année 2003. "De la lutte des classes en France, à travers l'exemple des hypermarchés". Je change mon sujet de thèse.

  4. Continent, disparu en 2000

    Source photo : Les marques disparues

    Fusionné avec le groupe "Carrefour" en 2000 qui fête l'arrivée du XXIe siècle en bouffant l'un de ces plus sévères concurrent, "Continent" n'aura pas survécu à la globalisation encore plus sauvage du nouveau millénaire. C'est un comble... Ces quelques paroles mélodieuses raisonnent encore en mon être dès que me revient à l'esprit ce logo longiligne, symbole de la marque de l'hypermarché de mon enfance : "Continent, l'achat gagnaaaaaaaaaaant" !!!

  5. Topco, disparu en 2000

    Source photo : Les marques disparues

    Après des accords avec les géants et apôtres de la classe design "Leader Price" dans les années 1990, les enseignes "Topco" voient, à l'instar des pandas et de Jacques Chirac, leur avenir s'assombrir avec l'arrivée du XXIe siècle. Le requiem ultime est prononcé à Brive-la-Gaillarde (quelle tristesse) pour la fermeture du dernier "Topco", en 2000. On s'en souvient bien.

  6. Unico, disparu en 1997

    Source photo : Les marques disparues

    Né en 1922 en même temps que l'arrivée de Mussolini au pouvoir en Italie, "Unico" passe lâchement à l'ennemi en 1995-1997 notamment entre les magasins "Shopi" ou "Comod". Et laissent un vide qui n'a jamais été comblé en France.

  7. L'Univers, disparu en 1997

    Source photo : Les marques disparues

    1907-1997. Décédées à 90 ans, comme Marlène Dietrich et Georges Brassens, les enseignes "L'Univers" sont un peu un mélange de ces 2 derniers : sexys, adeptes du bons mots et de la grosse moustache, enfumantes et envoutantes...enfin bon, elles sont rachetées par "Géant" en 1997. Brassens mort à 60 ans ? Ah...

  8. Felix Potin, disparu en 1996

    Source photo : Les marques disparues

    Premier magasin ouvert en 1844, première grande surface sur 2 niveaux boulevard de Sébastopol, Félix Potin c'est un peu le parrain de l'hypermarché en France, le mec à qui on ne pouvait pas dire merde au XIXe. "Félix Potin, on y revient !", disait d'ailleurs le slogan qui accompagnait la marque, et qui fera tout le succès de l'enseigne qui ne disparut qu'en 1996.

  9. Euromarché, disparu en 1994

    Source photo : Les marques disparues

    En 1994, Carrefour (encore lui) acquiert 99,999999999999999% des droits de l'enseigne Euromarché, ce qui ne laisse à l'hypermarché qu'une marge de manœuvre relativement réduite. Carrefour, beau joueur, permettra à l'Euromarché de Fort de France de conserver son nom d'origine jusqu'en 2009, dernier combattant vendant chèrement sa peau. Bon après ça devient "Carrefour", comme les autres, mais on peut tout de même noter la beauté du geste.

  10. Montlaur, disparu en 1994

    Source photo : Les marques disparues

    Falsifications des comptes des résultats du groupe, fausses déclarations de stocks, faux et usages de faux..."Montlaur", c'est Dominique Strauss-Kahn qui porterait le maillot de la Juve avec "Moggi" floqué derrière, en espérant briguer la présidence de la République de 2017...Y'a des escrocs partout j'vous dis, jusque dans le rayon laitage et viennoiserie d'un hypermarché né dans le Tarn...

Et vous, faire les courses vous plonge t-il systématiquement dans un état de nostalgie très avancé ?

Source : Marques Disparues, raphadu86.e-monsite

Tu cherches des idées cadeaux pour Noël ? On a tout ce qu'il te faut :