Les hôtels font clairement partie de l’Histoire mouvementée du rock. Des scènes sur lesquelles des trublions ont parfois réalisé leurs plus belles performances. Une bonne raison pour leurs fans de s’intéresser à ces lieux qui ont un jour accueilli les frasques de leurs idoles.

1. Le Backstage Hotel à Amsterdam pour les fans des Libertines

Comme son nom l’indique, cet hôtel a été pensé (et décoré) comme les backstages d’un concert de rock. Ici, les projos remplacent les lampes traditionnelles, les flightcases servent de tables de nuit, alors qu’un piano accueille les autographes des groupes de rock de passage dans l’établissement. Dans le désordre, The Fleet Foxes, TV on the Radio, The Errors et l’ancien leader des Libertines, Carl Barât, auraient séjourné entre ces murs. Derniers clins d’oeil à l’esprit rock des lieux, le bar est ouvert 24H sur 24 et il est même possible d’emprunter gratuitement une guitare, histoire de se dégourdir les doigts et de s’échauffer les cervicales.

2. Le Sanctum Soho de Londres pour les fans de Metallica

Kirk Hammett, guitariste des 4 Horsemen a déclaré avoir eu l’idée du riff d’Enter Sandman, dans cet hôtel, une nuit vers 3 heures du matin. Pour vous aider à trouver l’inspiration, des guitares sont disponibles à l’accueil sur simple demande. Mais pas besoin d’être un gratteux pour séjourner dans le premier boutique hôtel rock de Londres (c’est ce qui est écrit sur la brochure), puisque un certain Nicko McBrain, batteur légendaire d’Iron Maiden y aurait également ses habitudes.

3. Le Mandarin Oriental de Bangkok pour les fans de Billy Idol

Si vous ne connaissez pas le personnage, Billy Idol était un rocker peroxydé, sorte de créature hybride entre le punk de ses débuts, et le glam rock qui lui permis de faire bouillir la marmite. Ses tribulations artistiques l’auraient amené jusque dans cet hôtel perché le long de la rivière Chao Phraya, où il aurait passé quelques soirées particulièrement animées en compagnie de demoiselles à parcmètre. Lors de l’une d’elle, Billy Idol aurait démoli la TV ainsi que les meubles de sa suite, avant de vider toutes les bouteilles d’alcool sur le sol. La direction dû appeller la Police qui parvint à le neutraliser en lui tirant des fléchettes tranquillisantes.

4. Le Ibiza Rocks Hotel pour les fans des Arctic Monkeys

Ibiza n’est pas seulement un repaire de DJ puisque des groupes comme les Artics Monkeys, Kasabian, Vampire Weekend et les Klaxons sont également venus gratter quelques riffs à l’Ibiza Rocks Hotel. On ne va pas se mentir, l’établissement est surtout réputé pour ses sets electro-dance, mais il accueille également parfois des after show dans l’enceinte de son bar, ouvert non stop jour et nuit. Accessoirement, l’hôtel possède son propre studio d’enregistrement, des fois qu’une envie de (faire un) bœuf vous prenne en plein milieu de la nuit

5. Le Hard Days Night Hotel de Liverpool pour les fans des Beatles

Aucun des membres des Beatles n’a officiellement posé ses valises dans cet hôtel, au grand damne de son propriétaire, qui au vu de la déco, semble vouer un véritable culte au groupe de Liverpool. Tout ici rappelle les plus belles heures de John Lennon, Paul McCartney, George Harrison et Ringo Starr, depuis le juke-box jaune pop de l’accueil, en passant par le piano blanc aperçu dans le clip d’Imagine, où les nombreuses statues des Fab Four. Par contre, pour passer une nuit dans une des suites de l’hôtel, all you need is love… avec en sus un chèque d’environ 900 euros.

6. Le Andaz West Hollywood de Los Angeles pour les fans de Led Zeppelin

En 1975, Robert Plant déclara depuis le balcon de sa chambre « i am the Golden God ». Sans doute, sa façon de crier au monde son bonheur de résider dans cet hôtel. Le groupe y avait d’ailleurs ses habitudes, comme celles de balancer des bouteilles de Dom Pérignon sur les passants. Les séjours de Led Zepelin dans l’établissement étaient tellement chaotiques à l’époque, que l’Andaz West Hollywood était connu comme le « Riot House ». Aujourd’hui encore, des groupes comme Slipknot feraient partie des clients réguliers… mais sans leur maquillage.

7. Le Portobello de Londres pour les fans de Damon Albarn

Le leader de Blur et de Gorillaz a d’abord bossé derrière le bar de cet hôtel (en 1988) avant d’en devenir à son tour client. D’autres artistes comme George Michael, Tina Turner (qui aurait depuis acheté une maison voisine), y aurait passé également quelques nuits. Quant à Johnny Depp et Kate Moss, la légende voudrait qu’ils aient pris un bain de Champagne ensemble. Attention, cette prestation n’est à priori pas comprise dans le prix.

8. L'Hôtel de Paris pour les fans de Jim Morrison

Avant de devenir une adresse select de la capitale, l’établissement était connu sous le nom d’Hôtel d’Alsace, et attirait davantage les clients amateurs de libertinage, que les rock stars (bien que les deux ne soient pas en soi, incompatibles). Oscar Wilde et Jim Morrison ont longtemps séjourné ici. Et même si aujourd’hui le lieu a changé d’âme et de standing, il attire toujours quelques têtes connues, comme celle de Lenny Kravitz ou de Quentin Tarantino.

9. Le Sofitel de Brisbane pour les fans de Maroon 5 et d’Ozzy Osbourne

Le groupe californien n’est pas le genre à retourner des chambres d’hôtel. Non, ses membres sont plutôt proprets, à distribuer de l’amour et accessoirement des places de concerts. C’est en tout cas ce qui se produisit lors de leur passage dans l’hôtel Sofitel de Brisbane, au cours duquel ils offrirent des billets pour leur show à tous les clients qu’ils croisèrent à l’accueil. On n’a pas fait mieux depuis pour remplir des salles vides. Quant à Ozzy Osbourne, il fut également client de l’établissement, se gavant de poulet à tous les repas, sans doute pour lui faire passer l’envie de décapiter la tête de poussins vivants avec les dents pendant ses concerts.

10. Le Formule 1 de Garges-les-Gonesses pour les fans de Kyo

Les vrais rockeurs eux, ne s’embarrassent jamais de chichis !

#instaphoto #hotelformule1 #view #photography #weekendvibes #bangalore

A post shared by Srijan Deb (@srijan_view) on

On the rocks.

Source : Theguardian.com