Cette année comme tous les ans, des gens ont fait des trucs bien et d’autres ont fait des trucs moyen moyen. Et souvent, quand on fait un truc moyen moyen publiquement, on s’attire les foudres du public : c’est le bad buzz. C’est la déferlante bad buzz, les messages outrés, les messages dégoûtés, les messages indignés, les excuses publiques puis un nouveau bad buzz. Le cycle du gros fail.

1. Kevin Spacey et sa lettre d'excuses

Accusé une première fois pour un harcèlement survenu dans les années 80, Kevin Spacey décide de publier une lettre pour présenter ses excuses : outre le fait qu’il assure ne pas se souvenir des faits, il en profite pour révéler son homosexualité, créant une confusion zarbi entre homosexualité et harcèlement qui fait hurler la communauté LGBT (et pas que). Surtout que, derrière, les accusations ont été légion : s’il oublie chaque moment où il a touché des jeunes acteurs ou les a harcelés, Spacey doit avoir un vrai gros problème de mémoire.

2. La reprise de Don't Look back in anger de Grégoire

Une risée absolue sur les réseaux sociaux.

3. Le film Bad Buzz

Gros bad buzz pour Bad Buzz qui a eu des critiques catastrophiques et quasiment aucun spectateurs. Pauvres Eric et Quentin ! On retiendra cette critique d’Ecran large : « Candidate au titre d’étron de l’année, cette tentative de recycler deux des pires comiques actuels est un naveton métastasé. »

4. Les gens qui réussissent et ceux qui ne sont rien de Macron

« Dans une gare, vous croisez des gens qui réussissent et d’autres qui ne sont rien » déclarait Macron en visite à un salon de start up. Evidemment, la déferlante est arrivée, parce que ça sous-entend vaguement que si tu n’as pas un rond tu n’es rien. Mal ouej.

5. Hanouna et l'homophobie

En décidant d’imiter une grande folle pour piéger un homo en direct à la télévision, Hanouna a tout simplement produit la séquence la plus vulgaire et malaisante de l’année en plus de colporter des clichés sur l’homosexualité. Sanctionné par le CSA, il a aussi reçu des milliers de lettres de protestation, de même que la haute autorité sur l’audiovisuel. Hanounaze.

6. Les oscars et La La Land

Gros moment de malaise quand Warren Beatty et Faye Dunaway annoncent que l’oscar du meilleur film revient à La La Land, alors qu’il revient en fait à Moonlight. Gros moment de malaise quand Chazelle monte sur scène. Gros moment de malaise quand le mec qui s’est gouré d’enveloppe s’est fait virer.

7. Cauet, à l'aise blaise sur le 13 novembre

Je pense que ce tweet se passe de commentaires, même s’il en a déclenché des milliers.

8. La pub Dove qui lave plus blanc

Bon, évidemment ce n’était pas volontairement raciste, mais Dove a déclenché une belle polémique en dévoilant une pub dans laquelle l’utilisation de Dove semble permettre à une fille noire de devenir blanche, sous entendu une fois qu’elle s’est lavée.

9. Macron et le président burkinabé

Président qui est « allé réparer la clim ». Grosses accusations de racisme de partout. Bon c’était une vanne, hein, pas forcément bienvenue, mais une vanne.

10. Ardisson avec Squeeezie

Quand il accueille Squeezie dans son émission, Ardisson décide de la jouer vieux con : t’es qui ? Pourquoi tu gagnes de la thune ? Qu’est-ce que tu fous là ? Bref, Ardisson ne comprend rien à Internet et le montre, quitte à grossir le trait. Sauf que les téléspectateurs ne l’entendent pas de cette oreille et crient à l’humiliation publique. Heureusement, Squeezie s’en sort grave bien en restant calme et marrant.

Bad Bouse.