Tout était réuni pour les voir triompher. Ils avaient mis la concurrence si loin qu’ils ne la voyaient même plus. Et pourtant, un accroc, une erreur ou un procès les ont mis à terre, les laissant se faire piétiner allègrement par ceux qu’ils méprisaient tant. L’ascenseur émotionnel, ça fait mal.

1. Atlanta

Je ne m’y connais pas trop en foot US, mais les types menaient quand même de 25 points face à New England, ce qui a l’air d’être beaucoup. Mais à la fin, le destin leur a dit d’aller se faire mettre parce que c’était pas leur jour. Si vous avez besoin d’autres analyses sportives, appelez-moi, je touche ma bille.

Source photo : Giphy

2. Juppé

C’était son année. Alain Juppé 2017, le renouveau de la politique. Sisi, je vous jure, la preuve c’est qu’il avait joué au beer-pong. Mais il semblerait que son passé judiciaire l’ait rattrapé, au profit du candidat de la transparence et de l’honnêteté, qui aurait probablement eu sa place dans ce top.

3. La France (euro)

On y était. La finale au stade de France, c’était du tout cuit. On avait un Griezmann on fire, et eux un Cristiano blessé. Elle était pour nous putain. Et là, Eder débarque et prouve pour la seule fois de sa carrière qu’il est un joueur de foot.

Source photo : Giphy

4. Les romains

Un petit village résiste encore et toujours à l’envahisseur. Vous ne passerez pas les gars.

Source photo : Giphy

5. Palpatine

Il avait bien mené sa barque quand même. Tous les Jedis massacrés, deux étoiles de la mort, et Dark Vador aka le méchant le plus badass du cinéma à son service. Mais il a fallu qu’un mec avec une main en moins, et qui a découvert la force 2 jours plus tôt vienne le bolosser chez lui.

6. Clinton

C’était du tout cuit. Les instituts de sondage prévoyaient qu’elle écraserait sans problème Donald Trump, le candidat pas sérieux, le novice en politique. Et là, c’est la douche froide. Pour les mecs qui font les sondages, c’est pas de leur faute s’ils se sont trompés, c’est celle des réseaux sociaux, les bulles de filtrages, tout ça, qui l’ont fait élire. On l’avait déjà vu avec le Brexit, l’algorithme des réseaux sociaux semble clairement voter à droite. Clinton, de son côté, fait du crawl dans ses larmes.

7. Les nazis

Ils étaient pourtant pas mal placés. A un moment ils étaient quand même au sommet, mais ils ont fâché les mauvaises personnes, et ça leur est retombé sur le coin de la gueule. Depuis, Adolf et ses potes préparent leur revanche depuis la face cachée de la Lune.

8. Goliath

L’équivalent actuel, ça serait The Rock contre Tyrion Lannister. Et Tyrion gagnerait en lui jetant des cailloux dans la gueule. Pour un mec qui se balade en sautant de tank en tank tout en broyant des cabines téléphoniques avec les dents, ça ferait mauvais genre.

Source photo : Giphy

9. La France (eurovision)

De manière générale, il faut qu’on évite les compétitions qui commencent par « euro ». C’est clairement pas notre truc. On est peut-être pas les favoris à chaque édition, mais en 40 ans, on aurait pu espérer la gagner. Seule satisfaction, les Portugais ne l’ont de leur côté jamais remporté. On a le palmarès qu’on mérite.

10. Golden State warriors

Les mecs battent tous les records imaginables pendant la saison régulière, Stephen Curry marche sur l’eau et sur ses adversaires. Ils sont les immenses favoris pour la finale, qu’ils mènent 3-1. A ce moment, la côte des Cleveland Cavaliers doit être d’approximativement 1253.40. Mais ces derniers se sortent les doigts, notamment grâce au bon Lebron, et ils finissent pas s’imposer 4-3. Cheh.

11. Les Etats-unis - Organisation de la coupe du monde 2022

Soyons honnêtes, aucun des pays candidats à l’organisation de la coupe du monde n’était une grande terre de football. C’est pas parce que le Qatar a racheté le PSG que ça a changé leur histoire. Mais entre un pays qui participe régulièrement aux compétitions internationales et qui a une équipe d’un bon niveau malgré tout, et un pays sans aucune culture fooballistique mais qui déborde de pognon, la démocratie a parlé. C bo put1 :'(

Source photo : Giphy

12. Loïc Le Guelvedec

Brest, 2003. Loïc et moi sommes engagés dans une partie de Monopoly endiablée depuis près de 9 heures. La fatigue se fait ressentir. Il détient toutes les propriétés à l’exception de 3 gares et de l’avenue de Breteuil. Comme vous pouvez le constater, j’étais très mal parti dans cette formidable aventure humaine. Heureusement, ma détermination, mon courage, ma stratégie, et un coup de batte de baseball ont eu raison de son petit sourire narquois, faisant de moi le champion incontesté du centre aéré.

13. Le chasseur

Ah, l’erreur. Il a vendu la peau de l’ours avant de l’avoir tué, le con. En plus il savait pas chasser sans son chien (c’était un mauvais chasseur). Du coup, logique, il s’est fait tuer par un lapin. C’était un lapin qui avait un fusil.

Allez, et bon anniversaire si c’est aujourd’hui. Sinon, n’hésitez pas à relire ce top le jour adéquat.