9% de chômeurs ; 90% de gens qui se plaignent de leur boulot. 0,7% de mecs qui vivent de leur pratique artistique et se la pètent grave. Et 0,3% de gens qui touchent de l’argent pour ne rien faire du tout, soit parce que l’administration a bugué sur leur cas, soit parce qu’ils ont le cul bordé de nouilles, soit parce qu’on a oublié dans leur entreprise jusqu’à leur existence – à part quand il s’agit de rédiger les fiches de paie. Heureux hommes.

1. Être payé pour faire la queue

En Italie, des études ont prouvé qu’en moyenne, les Italiens passaient 400 heures par an à faire la queue auprès des services administratifs, ce qui représente une perte sèche de 44 milliards d’euros en équivalent productif. Et pour contrer le problème, un nouveau métier façon ubérisation s’est développer, le codista, ou mec qui fait la queue, et que vous rémunérez pour attendre à votre place et payer vos factures ou envoyer vos courriers. Le même genre de job existe aux Etats-Unis : vous envoyez un mec faire la queue devant la salle de concert pour avoir une bonne place sans vous faire chier.

2. Le fonctionnaire espagnol qui n'est pas venu bosser pendant 6 ans

Entre 2004 et 2010, Joaquin Garcia, un fonctionnaire de la régie des eaux de Cadix, n’a pas mis une seule fois les pieds au boulot. Et le pire, c’est que personne ne s’en est rendu compte : il continuait à percevoir sa paie. Un beau jour, Joaquin s’est juste rendu compte qu’il n’avait strictement jamais rien à faire et pas vraiment de hiérarchie active. Il n’est pas venu le lendemain. Ni le surlendemain, ni… Au total, Garcia a perçu 6 x 37.000 euros, soit 222.000 euros et n’a été condamné qu’à 27.000 euros d’amende. Il explique avoir passé ce temps libre à étudier la philosophie de Spinoza, un auteur déterministe. A croire que tout était écrit.

Source photo : Giphy

3. La NASA peut te payer pour rester allonger

Que se passe-t-il chez un corps qui demeure allongé pendant de très longues périodes ? Voilà une question qui intéresse au premier chef la NASA dans l’idée d’envoyer des humains très très loin en les plaçant dans un sommeil artificiel. Et pour obtenir un embryon de réponse, les chercheurs de l’agence spatiale organisent souvent des tests et recherchent pour ce faire des cobayes. En France, un programmé équivalent a été réalisé : les cobayes devaient rester allongés 60 jours et touchaient 15.000 euros.

4. Joue-la comme Flavie

Depuis 2009, Flavie Flament ne présente plus aucune émission sur TF1. Ce qui n’a pas empêché le groupe de la conserver comme salariée de la chaîne – du moins jusqu’en 2010. L’animatrice percevait ainsi 40.000 euros par mois pour ne rien faire du tout, une somme qu’elle cumulait avec son activité d’animatrice radio. Cette situation a pris fin à son départ définitif du groupe, en 2010.

5. Les tennismen ont une prime de présence, même quand ils abandonnent avant le premier tour

Jusqu’en 2017, un joueur qui se retirait pour blessure avant le début d’un tournoi ne touchait pas sa prime de présence, son prize money pour sa participation au premier tour. Résultat : les blessés entraient sur le court, faisaient semblant de jouer 25 minutes et puis abandonnaient. Au final, les spectateurs qui avaient payé leur billet l’avaient mauvaise, mais c’était comme ça. Pour y remédier, l’ATP a mis en place une nouvelle règle : si un joueur aligné abandonne AVANT son match, il peut quand même toucher son prize money et se voit remplacé par un lycky loser, sans jouer donc. Il est donc littéralement payé à ne rien foutre.

6. Le scandale des tracteurs qui ne font rien

C’est une magouille dont le fonctionnement est bien connue : on confie des chantiers bidon à des entreprises pour qu’elle déplacent leurs tracteurs sur des lieux et ne fassent rien, tout en encaissant d’importantes sommes issues de la commande publique. Une affaire de ce type a eu lieu en 2004, à Chicago : des entreprises ont touché des millions de dollars pour faire voir leurs tracteurs près de chantiers et donner l’illusion de l’avancée des travaux.

7. Le cheminot qui s'en tire bien

Charles Simon, un cheminot tout ce qu’il y a de plus normal, a eu vent un beau jour d’une fraude à la facture qui coûtait à la SNCF des millions d’euros. Après avoir reporté l’information à son chef, on lui a signifié sa mise à pied, tout en lui promettant une nouvelle affectation… Qui n’est jamais intervenue. Pendant 12 ans, il a donc touché 5400 euros par mois pour ne rien foutre, jusqu’en 2015, année où il a décidé d’attaquer la SNCF pour avoir ruiné sa carrière – tout en prenant sa retraite.

Source photo : Giphy

8. Être payé à dormir ? C'est fastoche

Le sommeil, c’est le mystère, et le mystère c’est le truc préféré des chercheurs. Du coup, il existe plein d’appels à cobayes d’instituts prêts à vous payer simplement pour vous observer dormir via un moniteur. Et ça peut rapporter : une femme aurait touché 12.000 dollars pour 11 nuits de sommeil – ça va la vie.

9. Les types payés à attendre dans une maison de repos

En 2014, la fermeture d’une maison de repos dans le New Jersey a placé une centaine d’employés au chômage technique, le temps d’être recasés dans d’autres institutions. Mais les autorités ont privilégié d’abord le transfert des patients, avant celui des encadrants. Résultat : pendant des mois et des mois, certains mecs sont venus travailler dans un hospice vide en étant payés. Ils mataient la télé ou jouaient aux cartes toute la journée, faute d’avoir quoi que ce soit à foutre.

10. Le Français le plus heureux du monde

En 2017, Vice interviewait Kevin, 33 ans. Le job de Kevin consiste à superviser les activités internationales de son entreprise – en réalité, cela revient à se rendre sur deux ou trois salons par an, soit au total pendant deux semaines en cumulé, pour vendre des trucs. La filiale française a été abandonnée par le Siège et personne ne se soucie de ce qu’il fout. Il ne fout donc rien. Comme son supérieur est dans le même cas et les autres employés aussi, c’est un peu la grande foire au n’imp : on mate des séries, on discute… Tout sauf du travail. Et il touche 40.000 balles par an en plus des tickets resto pour ça. Le rêve.

Source photo : Giphy

Et dire que nous, on écrit des tops pendant ce temps-là.

Source : Listverse, Vice, RMC Sport