En 2017, les Français avaient acheté quelques 356 millions de livres. On aura beau dire mais les bouquins sont encore loin d’être détrônés par le livre numérique. Parce qu’on aime bien avoir notre petite bibliothèque, même si on vit dans une piaule de 3m², on veut avoir au moins une petite pile de livres (quitte à se qu’elle serve de tabouret). Alors mauvaise nouvelle, je tiens à vous prévenir, on a tous peu ou prou les mêmes bouquins calés dans un meuble IKEA brinquebalant.

1. Ceux que tu ne liras/finiras jamais mais que tu ne peux pas te résoudre à virer

« Crimes et Châtiments » de Dostoïevski (le titre fait pas assez putaclic), « Les Misérables » de Victor Hugo (trop long + le titre fait pas assez putaclic), « Belle du seigneur » d’Albert Cohen (trop chiant), et « Ulysse » de James Joyce (trop long + trop chiant)… Oui tout ça tu le sais, mais bizarrement plus les années passent, plus ces livres s’ancrent dans la durée et dans le marbre de ta bibliothèque (tu ferais mieux d’avoir une bibliothèque en bois).

Source photo : Giphy

2. Ceux dont tout le monde parle et qu'il faut absolument avoir lu pour capter 90 % des conversations ambiantes

« Sérotonine » de Michel Houellebecq (et puis même tous ses romans en fait). Ça te coûte très cher parce que tu ne peux pas attendre les sorties en éditions poches.

3. Ceux qu'on garde précieusement du collège pour montrer qu'on a quand même un peu de culture (mais dont on a lu que le résumé sur Wikipédia)

« Du côté de chez Swann » de Proust, « Perceval ou le conte du Graal » de Chrétien de Troyes, « En attendant Godot » de Beckett (enfin pour celui-là à vrai dire tu n’as pas la pièce tu as juste l’analyse littéraire du prépabac), « Méditations métaphysiques » de Descartes, « Anthologie de la poésie française » de Georges Pompidou, « Phèdre » de Racine. Je continue, ou vous les avez déjà tous ceux-là ?

4. Ceux qu'on nous a offerts et dont on ne sait pas quoi foutre

Un vague livre de citations féministes (parce que tu es vachement engagé.e) ou un livre au titre qui sous-entend une vanne trop MDR comme par exemple « Comment se faire des amis » de Dale Carnegie, haha elle est bonne celle-là.

Source photo : Giphy

5. Ceux dont les auteurs ont écrit tellement de livres qu'on est obligé d'en avoir au moins un (par soutien moral)

Amélie Nothomb, Michel Onfray et Jacques Attali. C’est un peu la taxe auteur productif. En revanche, rien de t’oblige à les lire hein, faut pas charrier non plus.

6. Ceux qu'on a acheté sur un coup de tête parce que le titre était marrant mais qu'on sait qu'on ne lira jamais

« L’art de péter » de Pierre Thomas Nicolas Hurtaut (lol y’a « prout » dedans), « Manuel de civilité pour les petites filles à l’usage des maisons d’éducation » de Pierre Louÿs (houhouhou ça parle de feeeeesses), « Le guide du jeune papa » de Topito. Sympa hein. Mais qu’on se le tienne pour dit, ces craquages de dernière minute que tu fais à deux mètres de la caisse de ta librairie finiront sans aucun doute dans un espace dédié proche des toilettes. Attention, c’est loin d’être le pire des destins, on a toujours besoin de lire aux toilettes.

7. Ceux dont on a un peu (beaucoup) honte

« La vérité sur l’affaire Harry Québert » de Joël Dicker (pitié ne lisez jamais « La disparition de Stéphanie Meiler » qu’il a écrit dernièrement, c’est le pire bouquin que l’humanité ait jamais produit), « Quatre filles et un jean » (oui bon ça va, on était ado quand on l’a lu quoi, et puis bon bah on en a gardé un bon souvenir), « Simetierre » de Stephen King (avec King en gros y’a 1 bouquin sur 5 de vraiment bien), « 50 nuances de Grey » (no comment)… Bon bah voilà, les livres, c’est comme les films il y en a qu’on aime honteusement. Restez stables.

8. Ceux qu'on met en avant pour avoir l'air hyper intelligent

« Le capital » de Marx, « Le Capital au XXIe siècle » de Thomas Piketty (parce que Marx s’était arrêté au XIXème siècle cette feignasse), « Guerre et paix » de Tolstoï, « L’art de la guerre » de Sun Tzu, « La conjuration des imbéciles » de John K. Toole (enfin pour le coup ce livre est le plus génial de la terre, pour ma part il fait même partie des bouquins que j’ai en plusieurs exemplaires chez moi histoire d’en avoir toujours un à refiler aux âmes perdues qui ne l’ont pas encore lu).

9. Des pièces de théâtre aux titres aventureux que tu as achetées parce que tu as pris trois cours de diction

On a les classiques en alexandrins de Racine, Corneille et Molière, puis on a les pièces de théâtre torturées qui parlaient vachement à ton mal-être comme « Juste la fin du monde » de Jean-Luc Lagarce (et non de Xavier Dolan, je précise) « 4.48 psychose » de Sarah Kane, « Les démons » de Lars Noren ou encore « Vous êtes tous des fils de pute » de Rodrigo Garcia (oui, oui, ça existe).

10. Les bouquins de SF parce que la littérature classique ça va deux minutes

L’intégralité des livres de Philip K. Dick qui te permet de penser que le monde est une vaste matrice et que toi seul en es conscient, puis sinon ta bibliothèque est parsemée de Dan Simmons, d’Azimov, ou encore du Lovecraft parce que le monde est tellement pourri selon toi qu’il vaut mieux s’évader dans la SF. Ouais bah pourquoi pas après tout hein.

Source photo : Giphy

Comme dirait Jean-Michel Lamorale « On dira ce qu’on veut hein, mais un bon livre… c’est quand même mieux que tous ces réseaux sociaux pas vrai les d’jeuns ? ».